Virus Ebola : 300 candidats pour un test de vaccin « sans danger »

1
142
Le virus Ebola

C’est une petite annonce que passe l’Inserm (Institut national de la recherche médicale) : contre rémunération, venir tester l’efficacité d’un vaccin contre le terrible virus Ebola. 300 volontaires « sains » sont attendus à partir de ce mercredi. Pas sûr que les foules ne se déplacent.

« Il n’y a aucun danger de contracter Ebola», jurent les scientifiques qui lancent ce programme, et une campagne de communication. Tout en ne pouvant écarter des effets secondaires. Les candidats entre 18 et 65 ans seront suivis pendant un an, effectuant entre six et douze visites de contrôle. Certains testeront réellement le vaccin préventif Ebovac2, d’autres n’auront reçu qu’un placebo. Montant de l’indemnité : entre 760 et 1240 euros selon la durée de l’essai clinique.

Une étude similaire a démarré en Grande-Bretagne l’été dernier. L’originalité de ce vaccin, c’est l’effet double-couche. Le « prime-boost », en langage médical, encore jamais testé contre Ebola mais efficace contre le VIH. Une première injection fait réagir (en théorie) l’organisme à une protéine du virus présent actuellement en Afrique de l’Ouest. Quelques semaines plus tard, une deuxième (avec un produit issue des recherches contre la variole cette fois) renforce les défenses immunitaires. Deux vecteurs dans le but de tromper l’organisme, au cas où il aurait développé des anticorps contre le premier produit donné. Le bénéfice de cette stratégie : une réponse plus forte et plus durable.

L’épidémie qui sévit en Afrique de l’Ouest depuis 2013, dont on situe le premier cas en Guinée, a connu 11.315 morts sur 28.637 cas recensés à la fin novembre 2015. Un bilan « sous-estimé », selon l’Organisation mondiale de la santé. Des cas ont également été détectés hors d’Afrique (Etats-Unis, Royaume-Unis, Espagne).Deux membres d’ONG ont été soignés en France à l’automne 2014. Cette fièvre ne connaît actuellement pas de traitement homologué. En octobre 2014, les dirigeants américain, français, allemand, anglais et italiens l’ont qualifié de « plus grande urgence sanitaire de ces dernières années ».

Lire aussi :  Six Feet Under, Hydrosystem, résurrection, pierre tombale...L’actualité du 15 juin 2018

Renseignements au 0800 156 156.

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here