Atelier « je fabrique mon cercueil  » en maison de retraite

32
106485
club du cercueil kiwi

« Qu’est-ce que tu vas faire pour occuper ta retraite ? » est une question traditionnelle des pots de départ. Ces Néo-Zélandais y apportent une réponse originale : « Ben, je vais construire mon cercueil ». Ca change de la pêche et des parties de cartes…

On sait ce que les personnes âgées craignent, arrivées à un certain âge, plus que le cercueil : l’absence de but, la solitude, l’inactivité, et, au final, coûter de l’argent à leurs famille au moment du départ. Tranquillement en train de tricoter sur son canapé, en 2010, Katie Williams, alors âgée de 71 ans, a eu une idée lumineuse : fonder un club. Pas un club de Bridge, le but était de faire oublier l’ennui, pas de le souligner, ni de Scrabble, le but étant d’améliorer la qualité de vie des personnes âgées, pas de les pousser au suicide.

Non, un club qui permette aux personnes âgées de faire fonctionner à la fois leurs méninges et leur adresse, dans une ambiance conviviale, tout en en retirant un bénéfice.

Euréka ! Pourquoi ne pas créer un club où les retraités pourraient fabriquer eux-même leur propre cercueil ? Aussitôt dit, aussitôt fait, Katie Williams jeta immédiatement son tricot, épargnant peut être sans le savoir à son petit-fils d’avoir à porter un pull over qui lui aurait coûté de longues et onéreuses années de psychanalyse, et créa aussitôt dans son garage le premier Kiwi Coffin Club, soit « Club du cercueil Kiwi ».

Il faut dire que Katie Williams avait déjà un passif : avant sa retraite, elle était infirmière spécialiste en soins palliatifs. Comme elle l’a confié à un journal local, elle « avait l’habitude d’être en deuil ».

Lire aussi :  Johnny Depp salarié de pompes funèbres pour Hunter S. Thompson

Sept ans plus tard, Katie Williams a 77 ans, un cercueil à sa taille fait de ses propres mains, mauve avec des petites fleurs, et contemple d’un air bienveillant les Kiwi Coffin Club qui ont fleuri à travers le pays.

Les membres de ces clubs passent la journée ensemble, écoutant de la musique, prenant le thé et le déjeuner, et, donc, fabriquant des cercueils. Les associations mettent même en place des actions de bienfaisance, en offrant des cercueils pour enfant aux hôpitaux locaux, bien entendu fabriqué par leurs soins.

Travail du bois, travail intellectuel (en faisant les plans du cercueil), travail artistique (la décoration de la boîte), et, au final, une substantielle économie au moment des obsèques, les pompes funèbres étant obligées d’accepter l’usage de ces cercueils, expliquent sans doute en partie le succès de ces clubs.

Un des clubs de l’île du Nord compte 120 membres. Même si, pour certains, faire le premier pas est difficile, l’ambiance bienveillante et conviviale les aide ensuite à s’intégrer.

Ses membres considèrent que leurs cercueils, tant qu’ils sont vivants, ne sont que des boîtes, et ces boîtes servent à unir, jusqu’à l’ultime séparation.

32 COMMENTAIRES

  1. Est-ce que vous pensez vraiment que tous les retraités jouent aux cartes ou vont à la pêche toute la journée ? Est-ce que vous croyez que certains n’ont aucune autre occupation ? Vous êtes complètement à côté mon cher ! Beaucoup ont des tas d’activités que semble-t-il vous ne soupçonnez même pas. Vous les classez tous dans le même tiroir comme si vous saviez tout et vous ne savez rien du tout. Déjà il y a ceux qui sont obligés de continuer à travailler jusqu’à leur dernier souffle car le montant de leur retraite est insuffisant pour survivre ! Vous y avez pensé ? Il y a ceux qui ont des petits enfants et qui s’en occupent, les conduisent à l’école, vont les chercher. Pendant qu’ils sont à l’école ils font différentes courses pour aider leur enfants. Ils font aussi divers travaux dans la maison, cela peut aller de la plomberie au jardinage en passant par la peinture, le tapissage etc…
    J’ai une grande maison et je peux vous dire que je commence sur le toit et que quand j’arrive aux caves, je peux recommencer sur le toit ! Car quand je travaillais j’ai reporté plein de choses dont je me disais que j’aurais le temps de les faire à la retraite. Il y a ceux qui font non seulement tout ça mais qui en plus ont une passion comme la musique, le vélo. Moi c’est le billard français. J’ai toujours été un assez bon joueur et un grand passionné et je me suis promis qu’une fois à la retraite j’allais tout faire pour m’améliorer. Je suis des leçons avec un ami qui a été 5 ème mondial depuis 8 ans et depuis deux ans et demi que je suis retraité je m’entraîne en moyenne trois heures par jour. J’ai acheté un grand billard et cela me permet de m’adonner à cette passion à fond. Je pense que je pourrai un jour me mesurer aux plus forts ! Vous voyez, mes journées sont trop courtes !Alors jetez vos stupides stéréotypes et renseignez vous un peu plus avant au lieu d’écrire n’importe quoi.
    Bonne journée.

    • Bonjour Cher Monsieur,
      Je constate en effet que votre retraite est bien occupée. S’il vous reste un peu de temps libre, puis-je me permettre de vous suggérer d’ajouter une atelier « lecture de l’ironie et décryptage du second degré » à vos activités ? Ils vous seront profitables et vous aideront à ne pas participer à la caricature du retraité qui passe son temps à râler, c’est tellement cliché.
      Très cordialement,
      Guillaume Bailly

    • Vous m’inquiétez, René… Avez-vous essayé la méditation ? On dirait que vous avez tout gardé pour la fin… 🙂
      Allez, dîtes-le nous, dans quelle administration avez-vous travaillé pour être comme « neuf » à l’âge de la retraite ?

    • oui c’est légal ! ! d’ailleurs personne le sait, mais vous pouvez tout faire après la mort d’un proche. Le plus dur c’est le transport car il faut louer un véhicule réfrigérer habilité à ce genre de transport. De la mise en bière à l’inhumation en passant par la cérémonie (civile) jusqu’au creusement de la fosse tout est possible au moment que vous détenez le certificat de décès d’un médecin et de l’acte de décès de la mairie.
      Pour le cercueil il suffit juste de suivre la norme NF D80-001 que vous trouverez sur internet sans problème.
      Ne demandez pas aux Pompes Funèbres si c’est possible ? ? ils répondront que non… il y a bien trop à perdre…
      Mes sources ? ? je travaille étroitement avec les entreprises de Pompes Funèbres ! ! ! dont j’ai fait des formations sur ce sujet…..
      Au fait il n’est pas possible de crématiser un corps sans passer par un crématorium… je le précise des fois que …..

  2. Tout le monde n’a pas cette chance de pouvoir être bien occupé, voyez-vous cher René! pour ma part je n’ai que 62 ans et suis dans un état de semi-invalidité, devant me contenter de juste être autonome chez moi sans rien avoir à demander à quiconque et faire mon ravitaillement une fois par semaine…tout le reste m’est impossible…et ça fait déja 5 ans que c’est ainsi, ajouté à plus de 20 ans de souffrances, non pas quotidiennes, mais ininterrompues…donc, nous ne sommes pas tous logés à la même enseigne et ce n’est pas une question de volonté, de culture, d’argent, non l’état de santé dirige tout…le reste est un luxe! je ne pourrais même pas faire une partie de billard avec vous, parce que rester plantée sur mes deux jambes est trop douloureux! non il faut être cool René et un peu moins dans le jugement, vous qui avez justement cette chance de pouvoir vous dépenser sans compter, en services, en sports, en bricolages! quelle chance!!..ceci dit, je suis une adepte des loisirs créatifs en solo et je ne suis absolument pas prête à aller dans un club construire ma cabane!..l’idée est quand même très spéciale, non? je ne suis pas sûre que ce soit source de pensées positives dans la tête de celui ou celle qui s’adonne à cette sorte de loisir créatif…

  3. Ayant travaillé (très peu de temps) auprès de personnes âgées, beaucoup parlent de la mort parce que plus l’âge avance et plus on sait qu’elle approche. La plupart du temps on se sent mal à l’aise et on répond mais non, vous avez encore le temps etc… pourtant, je pense que ces personnes ont besoin de pouvoir en parler et s’y préparer. Ces ateliers me paraissent plutôt sains dans le sens ou ils rendent la mort moins taboue et abstraite. Les personnes qui y vont le font uniquement parce qu’elles le souhaitent! D’autant plus qu’on n’a pas envie qu’au moment du deuil nos proches se retrouvent en plus avec des difficultés financières pour une histoire de cercueil… Une idée à développer en France!

  4. Guillaume Bailly, j’adore votre réponse à René !! Tout en subtilité mais tellement claire !! AH AH AH, j’ai bien ri ! (je ne suis pas retraitée, au fait).

  5. Je trouve que c est une superbe idée inutile de mettre des fortunes et d endetter ses enfants .tout est question de fric tout comme les cercueils en carton que l on interdit dans beaucoup de villes en France au but de profit pour les mairies

  6. Bonjour à tous,
    Un super merci pour le partage de cette info. Merci aux nouveaux zélandais pour cette activité lumineuse car choisie. Elle est porteuse de sens et pas uniquement occupationnelle. Elle valorise les capacités de chacun et permet des relations sociales. Merci à vos échanges qui montrent la variété des regards sur le sujet de la mort qui est encore trop tabou chez nous et pourtant est présent plus ou moins fortement dans la pensée de chacun.

  7. Merci Nico, M. bailly et tous pour vos commentaires.
    je voudrais juste vous faire partager que l’idée est EXCELLENTE pour les points suivants :
    1 – Cela permet de voir la mort comme un départ joyeux, et ne pas laisser dans la mélancolie nos proches
    2 – D’apprendre que les goûts et couleurs du défunts sont peut-être loin de ce que j’imaginais.
    3- Lors du départ de la personne vers un monde sûrement plus lumineux que (la pollution que nous créons tous ici bas), de concentrer nos pensées sur ce qu’il aimait vraiment au lieu de pleurer ou être triste de je ne sais quoi…
    4-Pour finir (plus de place pour causer -:), cela permet aussi de se concentrer sur le vivant des êtres qui nous entourent et qui nous sont chères pour ne pas le regretter ou avoir des remords par la suite.
    Bien amicalement à tous,
    Patrick (77)

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here