Coma, mort cérébrale et mort clinique – définition

0
9346

Les termes et la définition de «mort clinique», de «mort cérébrale», de «coma» décrivent des situations différentes et précises dans le monde médicale.

Le coma (en Anglais : coma, brain death,  issu du Grec : kôma : assoupissement et kômatos : sommeil profond) est une perte de conscience de plus de six heures (6), pour des causes qui peuvent être diverses, pendant laquelle la personne ne peut être réveillée. La gravité va du stade I, où la personne réagit à une stimulation douloureuse, jusqu’au stade IV, aussi appelé coma dépassé, qui est irréversible et correspond à l’état de mort cérébrale.

  1. Le stade I (coma vigil) : il y a des réactions d’éveil du patient aux stimulations douloureuses (mouvements, ouverture des yeux, grognements)
  2. Le stade II : le patient n’a plus de réactions d’éveil mais conserve des réactions motrices (par exemple, il retire sa main si on le pince).
  3. Le stade III (ou coma carus ou coma aréactif) : abolition totale des réflexes. Au cours de ce coma qui s’accompagne de troubles respiratoires et circulatoires accentués, le patient ne réagit pas aux stimuli extérieurs. On voit apparaître des troubles respiratoires et oculaires.
  4. Le stade IV (ou coma dépassé de Mollaret et Goulon, appelé également mort cérébrale et plus récemment mort encéphalique)

La mort cérébrale ou encéphalique correspond à l’arrêt définitif de toute activité électrique du cerveau, souvent caractérisé par un électroencéphalogramme plat. Comme le cerveau contrôle toutes les fonctions vitales, cet état est en général constaté sur une personne placée sous respirateur artificiel.

JdF1-300x225 Coma, mort cérébrale et mort clinique - définition

La mort clinique, ou mort apparente. Le médecin constate qu’une personne est dans un état de mort clinique quand elle n’a plus d’activité musculaire spontanée, qu’elle ne respire plus et n’a plus de réflexe. Cet état peut être réversible, grâce aux nombreuses techniques de réanimation cardiaque et respiratoire.

Lire aussi :  Harmonie Mutuelle : Mort et fin de vie chez les personnes âgés

La mort administrative. En France, la mort ne peut être officiellement déclarée par le médecin que si trois critères cliniques sont simultanément présents:

  1. Absence totale de conscience et d’activité motrice spontanée;
  2. Abolition de tous les réflexes du tronc cérébral;
  3. Absence totale de ventilation spontanée.

Mais ces critères peuvent varier selon les pays ou le continent.

Votes !

LAISSER UNE RÉPONSE