Ephéméride du 7 septembre

0
417
Robert-Earl-Jones Ephéméride du 7 septembre
Robert Earl Jones

En 2006 disparaissait l’acteur Robert Earl Jones. D’abord boxeur, il débute au cinéma en 1939 et y joue jusqu’en 1992. À la télévision, il participe à quelques séries et téléfilms entre 1963 et 1985. Au théâtre, il se produit à Broadway entre 1945 et 1991. Dans les années 1930, il est membre du mouvement Renaissance de Harlem. Dans les années 1950, il est victime du maccarthisme et mis sur “liste noire”. Il est le père de l’acteur James Earl Jones.

Terence-Young Ephéméride du 7 septembre
Terence Young

En 1994 s’éteignait Terence Young. À l’âge de 21 ans, il entre dans le monde du cinéma en tant que script aux studios d’Elstree. Son premier scénario est « On the Night of the Fire » (1940), avec Ralph Richardson, et il obtient par la suite sa première expérience de directeur artistique pendant la 2e guerre mondiale. Sa carrière proprement dite en tant que réalisateur débuta en 1950 avec le film The Red Beret (Beret rouge) (1953), avec Alan Ladd, qui louait la gloire des États Unis et de la Grande-Bretagne durant la Seconde Guerre mondiale. Les critiques contemporains ont désignés ce film comme étant le meilleur film d’action dirigé par Young. Young a dirigé trois des quatre premiers films d’aventures de James Bond : James Bond 007 contre Dr. No (1962), Bons baisers de Russie (1963) et Opération Tonnerre (1965).

Keith-Moon Ephéméride du 7 septembre
Keith Moon

En 1978 disparaissait Keith Moon, batteur du groupe de rock britannique The Who. Il est né à Londres en 1946, bien qu’il ait prétendu être né un an plus tard. Sa manière exubérante et innovante de jouer de la batterie ainsi que son comportement excentrique et auto-destructeur lui valurent sa renommée et le surnom de « Moon the Loon » (“Moon le Dingue”). Keith Moon a rejoint les Who dès 1964. Il a joué sur tous leurs albums et singles, à commencer par le premier « I Can’t Explain » jusqu’à « Who Are You », qui fut publié en 1978 trois semaines avant son décès par surdose de médicaments, à 32 ans. Le jeu de Keith Moon, à la fois technique et anarchique, foisonnant, tout en roulement de toms, en percussion de cymbales, en jeu des deux pieds avec sa double grosse caisse, en ont fait un batteur considéré comme l’un des plus grands de l’histoire du rock.

Lire aussi :  Décès un 21 novembre, éphéméride
Votes !

LAISSER UNE RÉPONSE