FAVEC : les Veuves orphelines de leur journée

1
481

Suite à la Journée Internationale des Veuves qui s’est déroulée samedi dernier dans l’indifférence générale (voir nos articles ICI et ICI), nous avons interrogé Madame Christiane Poirier, la présidente de la FAVEC, Fédération des Associations de Conjoints Survivants et Parents d’orphelins, sur son travail et la situation aujourd’hui en France.

Une longue histoire

IVR22_948000571ZA_P-192x300 FAVEC : les Veuves orphelines de leur journée
Hangest-sur-Somme, Monument aux morts Groupe sculpté (grandeur nature) : La Veuve et l'orphelin

Madame Poirier dirige une fédération avec une solide histoire « Ce sont les veuves de guerre, à l’issue de la guerre 39-45, qui se sont avisées que les veuves civiles n’avaient droit à rien. C’est là que s’est créée la FAVEC ». La fédération regroupe en fait toutes les associations départementales sur le territoire. A l’origine « Association Nationale des Veuves Civiles, Chefs de Famille » à sa création en 1949, la fédération devient FAVEC « Fédération des Associations de Veuves Chefs de Famille » en 1976.

Reconnue d’utilité publique en 1956, la fédération passe sous la tutelle du ministère de l’intérieur. « En 1997, ils nous ont demandé d’accueillir également les veufs, et nous sommes devenus Fédération des Associations de Conjoints Survivants. Comme la FAVEC était connue, on nous a autorisés à garder le sigle «  FAVEC ».

Au long de l’histoire de la fédération, les combats et les succès ont été nombreux, mais les difficultés subsistent.

Avenir incertain

L’avenir de la FAVEC dépend du nombre d’adhérents. « Nous ne percevons pas d’aides publiques. Nous en recevions des caisses, mais elles ont fusionné. Si 4 caisses nous versaient 1000 € chacune, nous ne recevons plus que 1000 € de la caisse unique qui les regroupe. Nous dépendons donc des cotisations des adhérents ». Ceux-ci sont pourtant de moins en moins nombreux « Nous perdons 4000 adhérents par an, pour 1800 à 2000 nouvelles adhésions. A ce rythme, dans quelques années, va se poser la question de notre devenir. » en cause, un gros problème de notoriété.

C’est la volonté des médias qui est directement en cause. « Dans le Gard où j’habite » explique Mme Poirier, « j’ai voulu passer un encart présentant l’association départementale, même en payant, le refus fut catégorique. Ce cas se répète dans une majorité de départements. »

Les pompes funèbres commencent à s’impliquer, avec l’aide de Monsieur Benarab de l’OFPF. « Beaucoup nous disent qu’ils regrettent de ne pas nous avoir connus avant, parce qu’ils n’ont pas le temps de s’occuper des gens comme il le faudrait, après les obsèques ». Ca peut aider.

Lire aussi :  Chronique sépultures : En Sa Mémoire, l'entretien comme aide au deuil

Madame Poirier s’est ouverte de ses difficultés avec la presse à un directeur de journal « il a eu le mérite de la franchise, en m’expliquant que, si on n’est pas susceptible de faire les gros titres, on n’intéressera pas la presse. L’année dernière, nous avions organisé une journée à l’Assemblée Nationale, dans le cadre de la journée internationale des Veuves. Le seul journaliste présent était Gabonais » (la journée a été créée par l’ONU sur une initiative de l’épouse du président Gabonais, Madame Sylvia Bongo Ondimba NDLR)

Tant de choses à faire

Madame Poirier connaît ses chiffres, et ils sont éloquents « Il y a 33185 veufs et veuves de moins de quarante ans. Il y en a 1337 de moins de vingt ans » A tomber de sa chaise : l’on imagine très bien ce que peut être la vie de ces très jeunes gens confrontés à cette épreuve. Sans pitié, Madame Poirier poursuit « il y a 580 nouveaux veufs et veuves, chaque jour ! » et combien d’adhérents à la FAVEC? « Il y en a 27 000 ». On est loin du compte. Toujours ce problème de notoriété. « Il n’y a pas d’orphelins dans les statistiques. Ca fait partie de nos demandes : que les orphelins soient pris en compte par l’INSEE, que l’on puisse savoir combien sont-ils, qui sont-ils, dans quelle situation… » et les autres combats de la FAVEC ? « Suppression du plafond de ressources pour les pensions de réversion. Obtenir des revenus corrects pour les veuves de moins de 55 ans. Nous demandons le relèvement du montant de l’assurance veuvage à hauteur du SMIC, la suppression des conditions de ressources (727,72 € allocation comprise soit 145 € de ressources personnelles) et le versement pendant 4 ans, parce que la première année, le conjoint survivant n’est pas en état de travailler, la deuxième année, eh bien, il faut trouver du travail, par les temps qui courent…

Nous voulons aussi revoir le congé décès et essayer d’unifier les régimes. Rétablir la demi-part qui a été supprimée, et qui était consentie aux veuves depuis 1945. Une demi-part sur les impôts, si il y a des petits revenus, la personne ne sera peut être pas imposable, mais elle paiera la taxe d’habitation, la taxe télé, … Les jeunes députés rencontrés lors de nos assemblées générales nous ont prévenus que cette demi part ne serait pas rétablie, ils peuvent compter sur notre entêtement. »

Lire aussi :  Le mystère des disparus de Facebook résolu dans l'horreur

Espoirs et travail

Sans compter la dernière journée internationale des veuves, passée sous silence « Un vrai scandale ! Pour faire réagir nos hommes politiques nous avons pensé à manifester » les veuves peuvent faire peur. veuve1-300x174 FAVEC : les Veuves orphelines de leur journéeOn réfléchira au fait qu’il y a 4 035 453 veufs et veuves en France, largement de quoi jouer une élection… mais il reste des espoirs. « Au cours des années passées, quelques députés nous ont beaucoup soutenus, nous attendons le même soutien de ce nouveau gouvernement. Le premier ministre et certains de ses ministres connaissent bien notre mouvement étant présents lors de nos Assemblées générales départementales. Notre ministre de tutelle est une femme. Je ne dis pas que ça va tout changer, simplement que cela suscite un espoir.»

On verra, en effet. Les tâches à accomplir sont nombreuses, et les difficultés plus encore. En tout cas, le message est bien passé : Funéraire Info relaiera les informations de la FAVEC, et nous espérons que nous serons suivis.

Le site de la FAVEC se trouve ICI

Le site de l’OFPF se trouve ICI

Votes !

1 commentaire

  1. […] aller mieux. Vous avez peut être eu l’occasion de lire l’interview de Madame Poirier (ICI), la présidente de la fédération des conjoints survivants, et de vous rendre compte du scandale […]

     

LAISSER UNE RÉPONSE