Fédération Française de crémation – Le congrés

0
409

C’était à GRAVELINES au SPORTICA « L’espace des grands moments », le 17, 18 et 19 mai 2012, La fédération Française de Crémation organisait son assemblée générale et son congrès national 2012.

Le programme que vous pouvez retrouver sur le site de la fédération était chargé!

JdF1-300x225 Fédération Française de crémation - Le congrés
test

 

Les 140 associations qui représentent près de 90 000 adhérents, soit 300 congressistes venues de métropole ou des DOM se sont retrouvées autour d’un beau programme sous la direction de Entretien avec Jo Le Lamer, président de la FFC, et Frédérique Plaisant, vice-présidente et déléguée aux Affaires juridiques, a savoir l’élaboration d’une motion sur les orientations politiques de la Fédération et participeront, en compagnie de représentants nationaux et européens, à une table ronde sur « l’action citoyenne des associations dans l’accompagnement de la vie », ouvert au public. Ce congrès marquera aussi les 40 ans de la Fédération.

l’occasion de rappeler ceci:

La crémation en France aujourd’hui

Jo Le Lamer : « Aujourd’hui, la crémation est en augmentation constante. Elle est passée de 1 % en 1980 à 31 % en 2011, ce qui représente prés de 170 000 crémations. Nous nous attendons à passer la barre des 50 % d’ici 2025. Cela est dû en grande partie à l’évolution des mentalités, mais également à la dispersion géographique des familles, ou à leur recomposition. »

La FFC c’est quoi ?

« Nous encourageons la création d’équipements de crémation et d’espaces cinéraires. Cette fédération est indépendante de tout mouvement politique, philosophique, corporatif ou religieux. Nous veillons également à la protection de la nature et de l’environnement, ainsi qu’au respect du mode d’obsèques. »

Lire aussi :  Review 14-20 Nov : Ça s'est passé cette semaine sur Funéraire-Info

La crémation était en opposition avec la religion chrétienne. Qu’en est-il aujourd’hui ?

« Depuis 1963, l’église catholique a levé son interdiction, alors que l’église protestante a toujours autorisé la crémation »

Devenir des cendres. Que faire ?

Frédérique Plaisant : « Tout d’abord, il convient de rappeler qu’il est souhaitable que les personnes désirant se faire incinérer expriment leur volonté par un écrit, testament, “écrit sous signature privée” ou mention sur les contrats obsèques. Notre association peut être dépositaire de ces dernières volontés, si tant est que la personne soit adhérente à une association affiliée à la fédération. La loi du 19 décembre 2008 précise ce que l’on peut ou non faire des cendres. Les cendres peuvent être déposées dans une urne ou dispersées. Pour l’urne funéraire, celle-ci peut être inhumée dans le caveau de famille dans une cavurne (petit caveau destiné à recevoir les urnes, ndlr), inhumée dans une propriété particulière (après avoir accompli les mêmes démarches que pour l’inhumation d’un cercueil, déposées dans une case de columbarium, scellée sur un monument funéraire ou immergée à plus de 300 m de la côte, à condition que l’urne soit biodégradable. »

Dispersion des cendres, ou ?

« Elles peuvent être dispersées au jardin du souvenir, et dans ce cas, l’identité du défunt doit obligatoirement être mentionnée sur un équipement, ou dispersées en pleine nature, sauf sur les voies publiques. Une déclaration doit alors être déposée au lieu de naissance du défunt. Les cendres, enfin, peuvent également être dispersées en haute mer. Les cendres ne peuvent plus être partagées. »

empty Fédération Française de crémation - Le congrés

Les citations viennent d’ici: http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Dunkerque/actualite/Autour_de_Dunkerque/Littoral_Flandre/2012/05/19/article_congres-de-la-federation-francaise-de-cr.shtml

Lire aussi :  Contrats obsèques, les éclaircissements de la MUTAC

 

via Fédération Française de crémation – Accueil.

Votes !

LAISSER UNE RÉPONSE