Humour noir et nuits blanches

1
2196

La Toussaint n’est pas seulement l’occasion de parler de la mort de façon austère. Outre la véritable révolution que nous avons constaté cette année, certains s’essaient même à l’humour noir. Avec un joli succès.

humour-noir5-34ba7c-300x270 Humour noir et nuits blanchesNos confrères d’AgoraVox ont publié ICI une liste de questions sur la mort, toutes plus décalées les unes que les autres. De « Un manchot peut-il lui aussi être à deux doigts de la mort ? » à « Un revenant est-il sujet à la mort apparente ? », en passant par « Un revenant est-il sujet à la mort apparente ? », on se demande, à Funéraire Info (avec, il faut le confesser, une pointe de jalousie) où est-ce qu’ils ont été chercher tout ça.

Certaines questions nous ont interpellées, et nous avons choisi d’y apporter une réponse satisfaisante. Amis professionnels du funéraire : ne laisser pas ainsi les lecteurs et la rédaction d’AgoraVox aux prises avec des questions aussi lancinantes, aidez-nous à soulager leur questionnement, et communiquez-nous vos réponses, nous leur transmettrons avec joie.

Peut-on sentir le dernier souffle de la mort ?

Grande question. On n’en sait rien. Ceci dit, nous, professionnels du funéraire, n’avons jamais eu de réclamations de nos clients sur quelconque mauvaise odeur au moment du trépas, et de cela, au moins, nous pouvons déduire que la mort a une hygiène buccale impeccable.

Peut-on défier la mort en duel ?

Ingmar Bergman a soigneusement évité le sujet dans « Le septième sceau ». L’on sait que la Mort joue très bien aux échecs. Ceci dit, nous pouvons soulever un point sur les duels désormais interdits mais qui, lors de leur tenue naguère au bas de ma fenêtre, égayaient mes journées : et si la mort perdait, et se voyait infligée une blessure mortelle ? La voilà incapable d’accomplir son travail, y compris sur elle-même. La mort, lors d’un duel à mort, donc, ne peut logiquement pas perdre.

Lire aussi :  Spécialistes et communautaires, l'avenir des pompes funèbres ?

Que peut récolter celui qui sème la mort ?

Un champ de cercueils qui ondulent sous le vent funeste, bien sûr. C’est évident.

Un corbillard est-il un engin de mort ?

Tout dépend de qui est au volant. J’ai en tête certains noms, et en pensant à eux, à la même question je répondrai : « Oui, sans aucun doute ». D’ailleurs, demandez vous ou, dans un corbillard, se trouve la place du mort ?

Est-il facile de se consoler d’une peine de mort ?

La peine de mort est particulière et spécifique. Le condamné verra certainement couler dans ses veines le poison de son propre deuil, mais nous sommes tous mortels, d’une part, et d’autre part, il n’est certainement pas là par hasard. Il importe de le mettre au courant. Si néanmoins il devenait par trop insistant, il ne faut pas hésiter à raccourcir la conversation, sinon, il restera pendu à vos lèvres.

Voilà, amis du funéraire, vous aussi pouvez vous rendre sur cet excellent article d’AgoraVox, pour tenter, vous aussi, de répondre à ces questions.

Votes !

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE