Interview du président de l’Union des Gestionnaires de Crématoriums de France

2
721

Philippe gentil, président du groupe Funecap, propriétaire des marques Pascal Leclerc et Rébillon, a également pris en main les destinées de l’Union des Gestionnaires de Crématoriums de France. Et le cap du Paquebot UGCF est bien tenu.

Retour vers le futur

philippe-gentil-marie-ange-del-giovare-et-jennyfer-warin-de-pascal-leclerc-300x225 Interview du président de l'Union des Gestionnaires de Crématoriums de France
Philippe Gentil, président de l'UGCF, bien entouré, au salon de Lyon en novembre 2012

Il y a deux questions que l’on peut se poser sur Philippe Gentil, c’est « ou trouve-t-il le temps de se reposer ? » et « Ou trouve-t-il l’énergie de faire tout cela ? » si la réponse à la première question va sans doute se nicher dans les formules les plus obscures de la physique quantique, raison pour laquelle nous ne l’avons pas posée, la seconde a une réponse simple, qui s’entent lorsqu’on parle avec lui : la passion.

Il a donc succédé à Pierre Vidallet à la tête de l’association, mais sans intention de la révolutionner « Pierre Vidallet a laissé un excellent bilan, et je vais m’inscrire dans la continuité des projets qu’il avait lancé. » mais justement, quelles seront les actions de l’UGCF dans les prochains temps ? « Il y a trois axes majeurs » répond Philippe Gentil, « La formation, la rationalisation et la mise aux normes ». Ce sont des points qui avaient été exposés par mon prédécesseur au sénateur Sueur, lequel avait demandé à l’UGCF d’y travailler pour adapter à terme les dispositions légales. « Nous avons pris l’engagement de présenter les travaux à Jean-Pierre Sueur, dès que ceux-ci seront achevés »

Philippe Gentil pose au passage les points sur les i « Je représente quelques crématoriums, dont je connais la problématique, mais pas suffisamment pour être en conflit d’intérêt. Si tel était le cas, je n’aurai pas brigué la place »

La formation

Philippe Gentil veut professionnaliser les crématoriums « Nous avons une profession extrêmement réglementée, et tous les métiers des pompes funèbres exigent une formation spécifique, exception faite des crématoriums » chacun formant ses conducteurs de four à sa façon « Nous voulons mettre en place une formation diplômante » L’objectif de l’UGCF étant de définir le contenu de la formation et ses modalités, pour dans un second temps interpeller le législateur, en la personne de Jean-Pierre Sueur « c’est quelqu’un très à l’écoute, et sans doute le politique qui connaît le mieux le monde funéraire aujourd’hui » et c’est une vérité incontestable.

Lire aussi :  FunerArts habille et personnalise les cercueils Bernier et FUNICO

La rationalisation

Le second combat de l’UGCF est la rationalisation du déploiement des crématoriums en France « Certaines zones sont mal desservies, alors que des crématoriums sont au bord de la faillite » explique Philippe Gentil. « la faute à une politique de développement parfois absurde. Ce sont les maires qui décident de l’implantation des crématoriums sur leur commune. Il y a des cas ou deux maires de deux communes voisines, qui ne s’entendent pas, ont donné le feu vert chacun à la construction d’un crématorium. » et c’est ainsi qu’on se retrouve avec deux équipements dans la même zone, et un nombre de décès qui ne le justifie pas.

Mais comment faire ? « Remonter la décision au niveau national ou régional, par exemple en demandant au préfet de vérifier qu’il n’y a pas d’autre crématorium à proximité alors que d’autres zone en sont dépourvues ». Trop de crématoriums à un endroit alors qu’ailleurs les familles sont en liste d’attente « c’est une chose qu’on ne veut plus voir à terme »

La mise aux normes

cad-lg-300x198 Interview du président de l'Union des Gestionnaires de Crématoriums de France
Schéma d'un appareil de crémation avec épuration (source : ATI Crémation)

L’UGCF et Philippe Gentil sont également inquiets « En 2018, la nouvelle norme sera appliquée. Et tous les crématoriums n’y sont pas, loin de là » ce qui a une explication simple, dans certains cas « Certains gestionnaires de crématoriums vont voir leur concession expirer peu de temps avant la mise en place de la norme, sans certitude qu’elle soit renouvelée. Pourquoi alors s’impliqueraient ils dans de coûteux travaux, au risque de tout perdre? » le problème semble insoluble « nous réfléchissons à un système qui permettrait au nouvel exploitant de prendre les frais à sa charge ».

Lire aussi :  Europe Metal Concept, Louis Piazza valorise Funexpo

Questions générales

Plus généralement, Philippe Gentil voudrait que l’UGCF soit l’association de tous les crématoriums « Il y en a qui sont membres, mais ne veulent pas faire partie du conseil d’administration, quoiqu’ils y soient totalement légitimes. J’espère qu’ils nous rejoindrons quand ils le voudront » et tend la main à OGF ou encore le pôle public « Le Groupe OGF, comme le pôle public s’entendent très bien avec l’UGCF, nous avons des relations courtoises et bienveillantes, ils se rendent à nos réunions, mais ne nous rejoignent pas pleinement. Je ne désespère pas de les convaincre, ils représentent un parc de crématoriums très significatif ».

La prochaine réunion aura lieu sans doute dans les premiers mois de 2014 « On n’a pas encore décidé où et quand, mais on y travaille » et on aura tous ces scoops en exclusivité pour Funéraire info ? « je verrai ce que je peux faire » rit-il.

Votes !

2 COMMENTAIRES

  1. http://www.funeraire-info.fr/wp-content/uploads/2013/04/cad-lg-300×198.png

    L’UGCF et Philippe Gentil sont également inquiets « En 2018, la nouvelle norme sera appliquée. Et tous les crématoriums n’y sont pas, loin de là » ce qui a une explication simple, dans certains cas « Certains gestionnaires de crématoriums vont voir leur concession expirer peu de temps avant la mise en place de la norme, sans certitude qu’elle soit renouvelée. Pourquoi alors s’impliqueraient ils dans de coûteux travaux, au risque de tout perdre? » le problème semble insoluble « nous réfléchissons à un système qui permettrait au nouvel exploitant de prendre les frais à sa charge ».

    Les filtres sont inefficaces contre des substances invibles et inodores

    Il y a une solution à vos problèmes de rejets de monoxyde de carbone, de dioxyde et de radioactivité “cercueil en sapin” c’est de diminuer ces toxiques dans l’atmosphère en incinérant avec le cercueil en cellulose qui exempt de ces toxicités.

    Monsieur Philippe Gentil faîtes des tests avec le cercueil en cellulose

    Codiales salutations

     
    • Madame, je ne sais pas pas si vous croyez ce que vous écrivez, mais cercueil en carton ou en bois, la problématique des filtrations est obligatoire
      Funéraire-info

       

LAISSER UNE RÉPONSE