“Le petit rien d’Augustin” du Groupe Roc-Eclerc

0
676

Expliquer la mort : parfois compliqué pour certains adultes, cela devient une difficulté majeure lorsqu’on a face à soi un enfant. Une initiative de Roc-Eclerc apporte, non pas la solution miracle, qui n’existe pas, mais un outil précieux.

Heureuse initiative

augustin-Roc-Eclerc "Le petit rien d'Augustin" du Groupe Roc-EclercIl est fréquent que l’on se dise, face à certaines familles dans des situations précises, que l’on n’a pas les outils pour répondre à leur demande. Comment expliquer à un parent qui voudrait faire comprendre ce qu’est la mort à un enfant que l’on n’en sait finalement pas beaucoup plus que lui sur le sujet ? Des livres pour expliquer la mort aux enfants existent, mais il faut déjà avoir le réflexe de les chercher, puis être sûr d’en trouver un bon.

En un mot : il existe un besoin, et la réponse apportée n’est pas satisfaisante. C’est ce qui a guidé l’initiative de Sandrine Thiéfine, présidente du Groupe Roc’Eclerc : proposer un outil à destination des familles, pour les aider à expliquer aux enfants la perte d’un être cher, et les guider, à leur rythme et avec leurs mots, dans le travail de deuil.

Pour se faire, elle a fait appel aux talents de l’auteure Béatrice Gernot et de l’illustratrice Clothilde Delacroix. La collaboration entre ces spécialistes du livre pour enfants et les professionnels du funéraire débouchant sur le livre « Le petit rien d’Augustin ».

L’ouvrage

zouzou00blog "Le petit rien d'Augustin" du Groupe Roc-EclercZouzette n’est plus, le papa d’Augustin vient de le lui annoncer. Augustin, ne comprend pas : hier, il a vu Zouzette, et « hier c’est presque comme aujourd’hui », alors qu’est ce qui a changé ? Augustin décide de ne pas en tenir compte, de remplir son cartable avec ces petits riens qu’aimait tant Zouzette, jusqu’à ce qu’il comprenne qu’il ne la reverra plus. Augustin est triste, broie du noir, oublie doucement, jusqu’à ce qu’un petit rien lui fasse se rappeler Zouzette et le rende heureux.

Lire aussi :  Toussaint : revue de presse de la crémation et des crématoriums

Quelque part, on pourrait voir dans cette histoire une variation sur la madeleine de Proust, mais n’est-ce pas finalement tout l’histoire du deuil ? Les cinq étapes du deuil, déni, détresse, dépression, détachement, délivrance sont bien respectées, illustrées et expliquées, et le livre ne se pare pas de pieux mensonges : oui, Zouzette est bel et bien partie, oui, ce sera dur, mais il se clôt sur la promesse de jours meilleurs ou le souvenir de Zouzette, de douloureux deviendra heureux.

On ne sait jamais précisément qui est Zouzette. Un choix heureux, puisque le personnage absent devient un archétype qui pourra figurer tout proche perdu chez les enfants.

Le texte de Béatrice Gernot est donc astucieusement conçu, et les dessins de Clothilde Delacroix, riches de détails sous une apparence de naïveté, jouent astucieusement avec les couleurs.

Alors ?

zouzou19blog "Le petit rien d'Augustin" du Groupe Roc-EclercAlors, on a entre les mains un ouvrage joli et efficace, et l’on devine, sous l’apparente simplicité qui est l’apanage de toutes les histoires destinées aux enfants (et quiconque s’est un jour penché sur le sujet saura que cette naïveté n’est qu’apparente) un vrai travail, une réflexion intense, tant au niveau du texte que des illustrations.

Le livre atteint pleinement son but. Mais, puisqu’il faut un mais, et c’est véritablement le seul bémol, auprès de qui ? Nulle part n’apparaît l’âge des enfants auxquels il est destinés. Ceci dit, n’étant pas encore parent moi-même, je n’ai pas l’expérience de l’âge à partir duquel un enfant sera réceptif à l’histoire, qui correspond à celui ou il prends conscience de la disparition d’un proche. L’information est manquante, donc, mais je n’ai pas les moyens de juger de son importance. C’est un détail.

Lire aussi :  Chronique sépultures, les fleurs du deuil : Couleurs d'Ailleurs

Le livre est sorti à l’occasion de la Toussaint, date depuis laquelle il est distribué dans le réseau Roc-Eclerc. Il sera disponible à la vente début 2013 auprès du grand public.

Le groupe a joué la sobriété : une mention sur la couverture en tant qu’éditeur, et un logo discret sous la préface de Sandrine Thiéfine.

L’ouvrage peut donc être conseillé, voire offert, par une société de pompes funèbres qui n’appartient pas au groupe sans avoir l’impression de faire une publicité importante à ses confrères et néanmoins concurrents. C’est tant mieux, tant il serait dommage de se priver de cet ouvrage intelligent. Une excellente initiative, brillamment menée, qui mérite un grand bravo. 

Le site du groupe Roc Eclerc se trouve ici : LIEN

Votes !

LAISSER UNE RÉPONSE