Obsèques: Cérémonie laïque en Mairie, une ineptie républicaine

0
231
assemblée nationale loi obsèques laiques

« Les options s’offrant aux familles désireuses d’organiser des obsèques civiles restant encore très limitées, celles-ci sont souvent contraintes d’accepter des obsèques religieuses », énonce doctement le député socialiste Hervé Féron… Notre député a même réussi à placer Robespierre dans son discours, un des principaux pourvoyeurs de la guillotine…

J’ai lu attentivement les 1 heure 35 de discussion concernant les Funérailles républicaines et sincèrement j’ai honte. J’ai honte de cette perte de temps de notre représentation nationale, quand des décisions bien plus importantes me semblent à prendre. J’ai honte de la méconnaissance de nos élus sur le fonctionnement du secteur funéraire en France. J’ai honte que l’on se félicite de nouveaux droits quand le terme devoir est complétement galvaudé. J’ai honte de voir la méconnaissance du fonctionnement de nos mairies. J’ai honte de voir le parlement légiférer sur une disposition qui existe déjà dans notre pays.

« Les familles sont contraintes d’accepter des obsèques religieuses », c’est faux monsieur le député. Il assure aussi que le prêt de la salle et la présence d’un élu ne générerait “aucun coût” pour la collectivité. Faux encore Monsieur le Député. Philippe Gosselin (député LR), estime qu’a minima, il faudra “aménager et nettoyer la salle“, sans parler du “chauffage en hiver ou de l’électricité“. Et de nombreuses communes n’ont pas attendu cette loi pour appliquer cette disposition.

Monsieur le député, avez-vous essayé de louer une salle municipale ? Le délai de prévenance est en général de plusieurs semaines et je vous rappelle que les obsèques doivent avoir lieu dans les 6 jours après le décès. J’imagine la tête du préfet du département a qui l’on demande l’autorisation de prolonger ce délai car la salle municipale n’est pas disponible avant quelques semaines car occupée par les états généraux de l’amicale bouliste.

Lire aussi :  Ça s'est passé cette semaine sur Funéraire-Info

Il y a aussi de votre part une méconnaissance de ce qui peut être nécessaire pour célébrer des obsèques, à savoir, catafalque ou tréteaux (pour poser le cercueil), jupe (pour mettre autour du cercueil), tenture (dessus de cercueil), corbeille à pétales, chariot pour cercueil (extensible ou élévateur), colonne (pour urne ou fleurs), présentoir d’urne, porte photo, boîte à dons, registre de condoléances, table à signatures, pupitre. Sans oublier le matériel sono et vidéo souvent absent !

Il y a une méconnaissance sur la préparation nécessaire d’une cérémonie d’obsèques. La rencontre avec la famille, le déroulement de l’hommage qui n’a strictement rien à voir avec la célébration d’un mariage en mairie. Sans oublier que nos maitres de cérémonie sont formés à ce genre d’exercice, la préparation d’une cérémonie d’obsèques, tant matérielle que dans le déroulement du discours selon les règles de l’art… Pas l’officier d’état civil.

Le danger de cette loi est le suivant, faire des crématoriums des installations purement techniques dédiées à la crémation des défunts et/ou de pousser à la faillite des entrepreneurs ayant investis dans une salle de cérémonie dédiée à l’hommage et à l’au revoir… Et donc in-fine des emplois.

Et je rigole d’avance, quand une famille va demander la salle municipale pour organiser des obsèques et que les associations laïques vont s’apercevoir de la présence d’un prêtre. Eh oui Monsieur le député, nos églises sont froides, vides et fermées mais la salle municipale elle est chauffée et gratuite.

L’intégrale des débats sur les obsèques civiles

La proposition de loi instituant des funérailles républicaines

Article unique

  1. – Le chapitre III du titre II du livre II de la deuxième partie du code général des collectivités territoriales est complété par une section 3 ainsi rédigée :
Lire aussi :  Diplôme national de thanatopracteur session 2016-2017, les dates

« Section 3

« Funérailles républicaines

« Art. L. 2223-52. – Chaque commune, dès lors qu’elle dispose d’une salle municipale adaptable, met celle-ci à disposition des familles qui le demandent et garantit ainsi l’organisation de funérailles républicaines qui leur permettront de se recueillir. Par dérogation au premier alinéa de l’article L. 2125-1 du code général de la propriété des personnes publiques, cette mise à disposition est gratuite. À la demande de la famille du défunt, un officier de l’état civil de la commune peut procéder à une cérémonie civile.

« Le premier alinéa du présent article s’applique aux familles des personnes visées à l’article L. 2223-3 du présent code. »

  1. – (Supprimé)

Délibéré en séance publique, à Paris, le 30 novembre 2016.

Le Président,
Signé :
Claude BARTOLONE

 

Pour Mémoire l’article Article L2223-3 du CGCT

La sépulture dans un cimetière d’une commune est due :

1° Aux personnes décédées sur son territoire, quel que soit leur domicile ;

2° Aux personnes domiciliées sur son territoire, alors même qu’elles seraient décédées dans une autre commune ;

3° Aux personnes non domiciliées dans la commune mais qui y ont droit à une sépulture de famille ;

4° Aux Français établis hors de France n’ayant pas une sépulture de famille dans la commune et qui sont inscrits sur la liste électorale de celle-ci.

 

Votes !

LAISSER UNE RÉPONSE