Pompes funèbres et animaux, s’adapter aux nouveaux besoins

0
139

Le décès d’un animal de compagnie provoque une douleur forte pour la personne qui a vécu à ses côtés pendant parfois de longues années. Si encore aujourd’hui l’incinération collective reste la forme la plus répandue en France suite au décès des animaux, ces dernières années les pratiques évoluent et les rites ressemblent de plus en plus à ceux des êtres humains. Quels rôles les pompes funèbres peuvent-elles jouer dans ce secteur particulier ?

En France, les solutions les plus courantes restent l’incinération collective via le vétérinaire soit l’enterrement de la dépouille au fond du jardin. Toutefois, l’inhumation d’un animal domestique est encadrée.

Pour aider à supporter la douleur et offrir à son animal un hommage à la hauteur de l’amour qu’elles lui portaient, de plus en plus de personnes, se tournent directement vers des professionnels afin de faciliter leur démarche et obtenir des conseils personnalisés.

Si les vétérinaires n’ont pas toujours le temps de s’apitoyer sur le sort des personnes endeuillées en raison du nombre d’animaux malades à traiter, des pompes funèbres animalières et donc spécialisées peuvent apporter cette oreille attentive.

Comment fonctionne une pompe funèbre animalière ?

Elle propose de prendre en charge l’animal de compagnie directement au domicile des personnes ou alors chez le vétérinaire si celui-ci est décédé là-bas. Soins de toilettes, cercueils, salon de recueillement, tout ressemble à s’y méprendre à un rituel d’obsèques pour les humains. Ensuite s’organise le transport jusqu’au lieu de crémation ou d’inhumation.

  • Incinération collective

Moins couteuse entre 100 et 200 € tout est pris en charge par le vétérinaire. En revanche, impossible pour les individus de récupérer les cendres de leur animal de compagnie.

  • Crémation individuelle
Lire aussi :  Le tendre hommage au crématorium de METZ

Récupérer les cendres de l’animal de compagnie est possible, si la personne a opté pour le choix de la crémation individuelle. Dans ce cas précis il faut compter entre 150 € pour les NAC – nouveaux animaux de compagnie- à 250 € pour un chat et 300 € pour un petit chien. Bien sûr, vous l’aurez compris le prix reste proportionnel à la taille et au poids dudit animal. Vous choisissez une urne dans laquelle sera mis les cendres et celles-ci peuvent être dispersées dans votre jardin sans restriction particulière ou l’urne pourra avoir sa place dans un cimetière animalier.

  • Inhumation

Quelques règles s’observent au préalable. L’animal devra être enterré à au moins 35 mètres minimum d’un lieu d’habitation quelconque. En ce qui concerne la profondeur comptez 1m20 minimum. Ce cas précis s’observe dans le cadre d’une inhumation sur terrain privé. Sinon l’inhumation peut aussi avoir lieu dans un cimetière animalier. Si l’animal n’est pas en cercueil il doit alors peser moins de 40 kilos.

Les interdictions sont très claires : Impossible de jeter son animal à la poubelle ou de l’enterrer dans un lieu public. Si je le précise, c’est que ces cas arrivent fréquemment.

  • Le cimetière animalier

Il faut compter au minimum 500 à 600 € si par exemple l’inhumation à lieu en cimetière animalier Ile de France. Le prix comprend le cercueil, le service funéraire, la concession, et l’enterrement.

Il existe trois formes de cimetière animalier en France : associatifs, privés ou communaux.

Pompes funèbres, s’adapter à la demande

C’est là qu’interviennent les pompes funèbres, car aujourd’hui combien êtes vous à avoir eu un jour une famille qui vous demande d’enterrer son chien ou son chat. Devant vos yeux ébahis, vous ne savez pas toujours quoi faire face à cela. De plus en plus de pompes funèbres proposent ce nouveau service en plus de celui pour être humains. Elles sont aussi de plus en plus nombreuses à investir dans un terrain privé afin de pouvoir inhumer les animaux domestiques à la demande croissante des familles.

Lire aussi :  Transport routier d'une urne par la famille : ce qui est autorisé

A défaut d’organiser la totalité les obsèques dans leur ensemble, les services d’hommage, de plaques et d’urnes se multiplient. Il y a peu je vous parlais des urnes d’Hadès collection qui proposent une gamme complète et vaste d’urnes sur mesure tant au niveau de la taille que du choix des photos ou du marquage. FunérArts proposent quant à eux une gamme très large de plaques personnalisées à découvrir dans un catalogue coloré. Des urnes sont aussi proposées directement auprès des centres pour faire crématiser l’animal comme c’est le cas à Geudertheim où les particuliers peuvent se rendre eux-mêmes.

Cocasses ou parfois très lourdes, les obsèques pour les animaux prêtent parfois à sourire. Pourtant en France, l’on dénombre plus de 12 millions de chats et 7 millions de chiens. Si l’on compte l’ensemble des animaux de compagnie –près de 35 millions de poissons tout de même –, la dernière étude révèle plus de 63 millions d’animaux de compagnie. Les pompes funèbres animalières s’occupent d’environs 40 dossiers par mois et les cimetières animaliers continuent d’apparaître.

Votes !

LAISSER UNE RÉPONSE