Un troisième crématorium en Aveyron ?

0
608

L’Aveyron compte un crematorium à Capdenac-Gare. A Séverac-le-Château, le permis de construire d’une autre structure a été délivrée. Ne manque que l’exploitant. A Rodez, un projet est en cours. Trois crematoriums. C’est sûrement un de trop en Rouergue.

Capdenac accueille jusqu’à présent le seul crématorium du département. Les Aveyronnais crématistes n’avaient le choix qu’entre ce centre et Albi. «A l’époque, se souvient l’ancien maire de la cité cheminote Claude Delhon, maire honoraire de Capdenac et crématiste militant, on ciblait 300 crémations pour la première année et 500 par la suite. Aujourd’hui, nous avons atteint ce chiffre.»

Claude Delhon, a, en revanche, toujours douté de la pertinence de la construction d’un second crématorium à Séverac-le-Château. «Ce projet de Sévérac ne sera à mon avis pas viable. Lorsque nous avons lancé Capdenac, nous avons d’abord entamé une étude. À Capdenac sont incinérées des personnes d’Aurillac, Rodez, de Villefranche, du bassin decazevillois, du Lot et de Figeac. Cela fait un secteur conséquent de population de 150 000 habitants. Franchement, à Sévérac, il n’y aura pas 400 crémations par an sauf peut-être d’ici à 20 ans, quand ce mode d’obsèques sera rentré dans les mœurs. On en est encore loin. Dans l’Aveyron et la proche Lozère, le taux est de 15 %. On reste en effet dans une terre de tradition de l’enterrement, du fait de la ruralité et de l’héritage religieux. Franchement, il faut une grande métropole telle que Toulouse pour avoir besoin de deux crématoriums, à l’heure actuelle.»

Il semble que Camille Galibert, maire de Séverac ne soit pas de cet avis car son crematorium, il y croit depuis longtemps. «Il s’agit d’une démarche vieille de trois ans, une enquête publique a été menée et un permis de construire en bonne et due forme délivré pour un futur crematorium sur la zone des Marteliez. Il ne nous manque qu’à trouver un exploitant. Nous pensons raisonnable de compter sur la clientèle du Sud-Aveyron et de la Lozère. Il nous faudra 3 à 500 crémations par an pour parvenir à l’équilibre financier.»

Lire aussi :  Inspection des crématoriums après la mise aux normes 2018

Trois crématoriums en Aveyron: ce serait un de trop

Ce second crématorium devrait être opérationnel dès 2013. Mais après Capdenac en service depuis 2000 et Séverac-le-Château qui attend son exploitant, la municipalité ruthénoise s’est aussi lancée sur un projet de crematorium qui viendrait s’implanter avenue de Bamberg à côté du cimetière et du magasin funéraire.

Une demande de délégation de service public (DSP) a été demandée en mars 2012 mais de source proche du projet,il a été retardé pour une erreur dans l’instruction du dossier. Il aurait fallu relancer la DSP.

Trois crématoriums en Aveyron. Ne serait-ce pas un peu beaucoup pour un vaste département certes mais doté d’un faible bassin de population pour trois sites de crémations potentiels.

«Si le maire séveragais Camille Galibert reste neutre en indiquant que «ce projet de crematorium à Rodez a u peu contrarié les choses», Claude Delhon se porte pour sa part un jugement implacable. «Trois crématoriums en Aveyron, c’est n’importe quoi! Quand Capdenac tenait son projet de crématorium à un stade avancé, le maire ruthénois de l’époque Marc Censi se battait pour en avoir un à Rodez. En homme censé, il avait vite renoncé face à la logique de rentabilité impossible à tenir pour un second crématorium en Rouergue.»

201209100014_w350 Un troisième crématorium en Aveyron ?

viaCrématoriums : la passe de trois ? – Aveyron : LaDépêche.fr.

Votes !

LAISSER UNE RÉPONSE