Affaire de position, anti-kama Sutra aux pompes funèbres

0
599
Vous avez remarqué ? Il y a les gentilles familles, et les méchantes familles. Dans les gentilles familles, il y a toujours un méchant, et dans les méchantes familles, il y a toujours un gentil… Non ? Bon, une tranche de vie sera plus claire…

Le directeur des pompes funèbres avait immédiatement repéré la dame : parmi la famille dont le défunt venait d’arriver, elle se distinguait par sa voix haute et sa critique permanente de tout. Le café offert par la maison funéraire n’était pas bon, le fils du défunt, son frère, était venu en jean, ce n’était pas correct, le salon était mal indiqué, trop sombre, en un mot, rien n’allait et personne n’y échappait.

Lorsque le croque-morts la vit se diriger vers lui, il sut que on tour était venu.

« Maman est trop basse » gronda-t-elle.

Sa mère reposait sur un lit-table réfrigéré, la tête rehaussée d’un oreiller, comme le lui montra le croque-morts. La dame voulait qu’on la rehausse ? Fort bien. Il fit sortir la famille, souleva la tête, plaça un second oreiller, puis fit rentrer à nouveau les proches.

« C’est encore trop bas » geignit l’hydre.

Le croque-morts fit à nouveau sortir la famille, rajouta sous la tête un cale-nuque, fit entrer à nouveau… « C’est encore trop bas » nouveau, la famille sortit, il ajouta, en désespoir de cause, une bouteille de formol vide, appela la famille…

« Là, par contre, c’est beaucoup trop haut »

Ce croque-mort là était patient. Il sourit à la dame « Je vois. Je crois que j’ai compris exactement ce que vous vouliez, madame. » – « Vraiment ? » demanda-t-elle – « Vraiment. Laissez moi une seconde, j’arrange ça ».

La famille sortit, entra, et là « Ah, enfin » triompha la râleuse.

« Ca vous convient, madame ? Venez voir par ici, s’il vous plaît. Vous voyez, là ? »

« Oui, je vois bien, elle a un oreiller sous la tête. Et ? »

« Et alors, madame, je l’ai remise exactement comme elle était au début. Vous voyez ? J’ai compris ce que vous vouliez ».

On n’entendit plus la dame jusqu’aux obsèques.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here