Attaque à l’arme blanche au Japon, 19 morts et 25 blessés

0
167
Le centre pour handicapés mentaux

Un centre pour handicapés au Japon a été attaqué par un homme armé de plusieurs couteaux et qui a fait 19 morts et 25 blessés, mardi.

Alors que 19 occupants d’un centre hospitalier pour handicapés mentaux dormaient, un déséquilibré armé de nombreux objets tranchants les a tués dans la nuit du lundi à mardi à Sagamihara, une ville de la préfecture de Kanagawa, près de Tokyo. Outre que les 19 morts dont dix femmes et neuf hommes, âgés de de 18 à 70 ans, cette attaque a également blessé 25 personnes dont 20  gravement.

L’homme a brisé une vitre pour entrer dans le bâtiment, a indiqué NHK, une chaîne de télévision publique. Plusieurs objets tranchants ont été retrouvés dans son sac, selon la police de Sagamihara, dont certains sont ensanglantés.

Un homme prénommé Satoshi Uematsu, lui-même employé du  centre depuis décembre 2012 et jusqu’en février dernier, âgé de 26 ans a été arrêté par la police. « Les handicapés devraient tous disparaître », aurait-il asséné auprès des autorités pour se justifier. L’hypothèse d’un acte terroriste a ainsi été écartée par la police. Après avoir constaté la mort de ses 19 victimes, le suspect s’est rendu aux autorités.

En écrivant une lettre au Parlement, il s’est dit, le 19 février dernier, prêt à assassiner des personnes handicapées si le gouvernement lui en donnait la permission, et avait été ainsi interné dans le centre, contre sa volonté, selon un responsable. Estimant que son état s’est amélioré, un médecin lui a donné l’autorisation de sortir le 2 mars. Si le suspect souhaitait déjà la mort de tous les handicapés, estimant qu’avec l’aval de leurs tuteurs, les personnes lourdement handicapées, puisqu’il est difficile pour elles d’être actives socialement et de vivre chez elles, peuvent être euthanasiés, la police enquête encore sur le mobile de l’attaque.

Disposant d’une loi de contrôle très stricte des armes, Japon qui a un taux de criminalité très faible, connait très rarement une tuerie de masse de ce genre. Mais l’archipel est toutefois endeuillé occasionnellement par des coups de folie de violence et des déchainements meurtriers, engendrant, comme le cas présent, de nombreux morts.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.