Au cimetière de Camembert, du calva dans la bière

1
514

Du calva de cent ans d’âge dort dans un cercueil normand. Et à cette idée, les descendants de la famille Dornois se sont rendus au cimetière de Camembert la semaine dernière pour s’en jeter un petit. Un pommeau de l’amitié en mémoire des époux Dornois.

Au village du fromage, cette légende reste vive. Celle de l’incroyable amour qui unissait Elsa et Jérôme. Le couple cultivait sa terre, une terre accidentée près d’une ferme humide. Ils travaillaient dur, autant qu’Elsa priait. Ils avaient un petit pécule mais pas d’enfant, et Jérôme devint même un notable, élu maire de 1898 à 1919.

Pourtant, tout notable qu’il soit, le chagrin fut immense quand il perdit Elsa le 9 février 1915. Elle avait 63 ans. Le 15 février, elle devait être inhumée au cimetière. Il mit le cercueil sur sa carriole, attela le cheval et offrit à sa belle un dernier tour du domaine, sous une pluie battante. Elsa avait laissé une dernière volonté, et Jérôme n’y faillit pas.

Après l’office, le convoi s’est dirigé jusqu’au cimetière. Des fûts de calvados attendaient là, près de la tombe. Le veuf avait fait fabriquer un cercueil plombé particulier, comportant une ouverture pour y glisser un tuyau. Il fit remplir la bière d’alcool. Le veuf recommença l’opération chaque année, jusqu’à sa propre mort en 1929.

Devant les membres de la famille, au bord du caveau Dornois, l’actuel maire de Camembert et des descendants ont rappelé cette histoire, devenue légendaire au point d’être perpétuée dans des récits populaires et racontée dans des spectacles locaux.

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.