Boulette à la fermeture du cercueil : le maire a oublié les scellés

3
742
obseques mise en bière scellés

Un cafouillage a eu lieu lors d’une mise en bière près de Nancy : Madame le Maire, censée apposer les scellés sur le cercueil d’une mère de famille, est arrivée sans tampon ni cire. Si l’incident a failli avoir des conséquences dramatiques, on a pourtant du mal, en y réfléchissant, à blâmer l’édile.

Oubli dramatique

Tout commence comme une histoire tristement banale : une mère de famille et jeune grand-mère s’est éteinte d’un cancer, après avoir lutté courageusement, entourée de son mari et de ses enfants. Connue dans sa commune pour avoir travaillé 32 ans dans la boulangerie, c’était une personne appréciée.

Les obsèques étant prévues à Nancy, la pose des scellés, puisqu’il y avait changement de commune, était obligatoire. Les pompes funèbres ont donc convoqué la Maire du petit village de Malleloy, où reposait la défunte, puisque la commune était dépourvue de police municipale et située en zone gendarmerie.

Las ! Le jour dit, la mairesse arriva, donc, à l’heure dite, sans cire, sans le cachet Marianne, ni même sans savoir ce qu’elle avait à faire. Moment de gêne, les pompes funèbres lui expliquèrent ce qui étant censé se passer, et voilà l’élue repartie en mairie, pour rechercher le matériel, devant une famille consternée et des pompes funèbres les yeux rivés sur la pendule.

Aidée de son premier adjoint appelé à la rescousse, la Maire retourne tous les placards de l’hôtel de ville, avant d’enfin remettre la main sur le petit paquet contenant la cire et les scellés, et de retourner au pas de course procéder à la pose. Au pas de course également, les pompes funèbres chargèrent le cercueil dans le corbillard tandis que la famille fonçait ventre à terre vers l’église.

Lire aussi :  Pompes Funèbres Philippe, retour aux sources du projet

En excès de vitesse sur l’autoroute, le convoi arriva finalement deux petites minutes avant l’heure de début prévue de la cérémonie. La famille traversa à pas rapide l’église bondée, tandis que les pompes funèbres finissaient d’installer les fleurs sous l’oeil interloqué du prêtre.

Conséquences désastreuses

La famille de la défunte est, on le comprend, furieuse. Loin du moment de recueillement attendu, c’est un stress supplémentaire qu’ils ont vécu. Risque de voir annuler les obsèques, quasi-retard à l’église, avec une arrivée in extremis qui ne leur a pas permis de saluer l’assistance avant le début de la cérémonie.

Quoiqu’observant un silence plus diplomatique, on peut imaginer que l’équipe de convoi a essuyé un coup de stress comme il s’en présente quelques uns dans une carrière. La famille a d’ailleurs souligné que les pompes funèbres aient fait tout leur possible pour que le convoi ait lieu.

Madame le Maire a joué de malchance. Nouvellement élue, elle n’avait pas eu l’occasion, jusqu’ici, d’apposer des scellés. La défunte reposait à son domicile, choix rare alors que des chambres funéraire se trouvent dans des communes à proximité. La secrétaire de mairie avait récemment changé, en un mot, personne parmi les prédécesseurs ne s’était avisé d’informer les nouveaux de la procédure au cas où. La première magistrate de la commune avait, de surcroît, subi elle-même un deuil dans sa famille la veille, et on sait que ces événements nuisent à la concentration.

Peut-on en vouloir légitimement à l’édile ? Même si on comprend le courroux de la famille, difficile néanmoins de rejeter la faute sur Madame le Maire. Il n’existe pas de formation spécifique pour les élus, du moins, qui recouvre toutes les tâches qu’ils auront à accomplir durant leur mandat. Peut être aurait-elle dû passer un petit coup de fil aux pompes funèbres pour s’enquérir de ce qu’on attendait d’elle, mais, affectée par un deuil dans sa famille, sollicitée en tant qu’édile un peu partout, se débattant avec les problèmes dans sa commune, elle n’y a pas pensé. Qui peut affirmer qu’il aurait fait mieux ?

Lire aussi :  Conseiller funéraire, je suis aussi schizophrène et oui merci, je vais bien.

Mais cela remet sur le devant de la scène les obsèques laïques votées à l’initiative d’un député lors de la législature précédente. Alors que l’exemple de cette Maire est représentatif de la situation de nombreuses communes françaises, est il possible de leur demander de se substituer à un Maître de Cérémonie professionnel ? Il est permis d’en douter.

L’article original se trouve ici : www.estrepublicain.fr/edition-de-nancy-agglomeration/2017/09/12/cafouillage-a-la-mise-en-biere

3 COMMENTAIRES

  1. Je ne comprends pas l’intervention de la mairesse puisque la famille étais présente à la mise en bière C’était au pompes funebres de mettre les scellés même pour un changement de communes…… non ? Sauf pour une crémation mais ce n’est pas précisé

    • Absolument. Cette anecdote est « abracadabrantesque ». Même si le maire a été convoqué inutilement par les PF et arrive les mains vides, il est rare qu’il n’y ait pas dans le corbillard de quoi sceller le cercueil. Si c’est une crémation, plutôt que de faire courir le maire, on s’assurera qu’il est prêt à confirmer, l’extrêmement improbable cas échéant, qu’il a bien présidé à l’opération et que l’absence de Marianne relève d’un incident matériel, point barre. Je vois mal le crematorium de Petaouchnok porter l’affaire plus loin contre le maire de Saint-Locdu. Le reste ne tient pas debout non plus : des retards à l’église, à l’époque où effectivement la police était nécessaire, c’était monnaie courante (« on a été appelés sur un accident…. ») Ben on commençait plus tard, on finissait en retard, et tout allait très bien, les curés avaient l’habitude. Comme le disait avec bon sens un flic verbalisant un corbillard « Je comprends, mais le Monsieur, là-derrière, il est déjà mort, non ? » Donc on ne fait pas d’excès de vitesse, et on dissuade la famille d’en faire. Dans ce texte, rien ne tient debout. Même le coup des fleurs. En cas de retard, les gens vont quand même se saluer, le curé va quand même échanger un peu avec la famille, on va quand même attendre la mamie à la bourre plus que les autres, et l’équipe pourra installer fleurs et tréteaux (et plus si affinités) juste comme d’hab. Elle ne portera pas non plus le cercueil en petite foulée. Je me permets d’insister sur la légèreté qu’il y a dans une page à vocation professionnelle à évoquer comme naturel un excès des vitesse. Je travaille avec des jeunes qui ont tendance à « appuyer » au moindre contretemps. « Tu peux foncer, ça ne me dérange pas. C’est TON permis inscrit sur TON contrat de travail… »

  2. Je me suis posé la même question et il est indiqué dans l’article source qu’il s’agit bien d’une crémation.

    Il m’est arrivé la même chose, a un détail près que la mairesse a pu chercher le tampon plusieurs jours à l’avance mais ne l’a pas trouvé. Nous sommes donc partis avec mes scellés et son procès verbal de mise en bière.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here