Charlie Hebdo : un anniversaire pour se souvenir

0
195

Un dieu barbu, l’habit ensanglanté, l’arme automatique en bandoulière, et ce titre : «  Un an après, l’assassin court toujours » : Charlie Hebdo publie mercredi prochain un numéro anniversaire, qui commémore à sa façon l’attentat du 7 janvier 2015.

La rédaction du journal satirique anticipe un fort intérêt du public, puisque ce numéro sera tiré à un million d’exemplaires. Le « numéro des survivant », paru juste après l’assaut sanglant des frères Kouachi dans les locaux du titre, avait été tiré à cinq millions d’exemplaires.

Mercredi, l’hebdomadaire contiendra notamment un cahier de dessins des collaborateurs disparus, Charb, Cabu, Wolinski, Honoré, Tignous. Des contributions extérieures sont annoncées, à commencer par celle de la ministre de la Culture Fleur Pellerin et des actrices Juliette Binoche, Isabelle Adjani, Charlotte Gainsbourg. D’autres personnalités participent au numéro, comme le musicien Ibrahim Maalouf, les femmes de lettres Elisabeth Badinter et Taslima Nasreen.

L’éditorial sera scruté. Il sera signé du directeur actuel Riss, dessinateur blessé l’an dernier dans l’attentat. Il y signe une défense en règle de la laïcité contre les fanatismes de tous bords, ceux-là même qui avaient condamné les prises de position du journal. « En 2006, quand Charlie publia les caricatures de Mahomet, personne ne pensait sérieusement qu’un jour tout ça finirait dans la violence. (…) On voyait la France comme un îlot laïc, où il était possible de déconner, de dessiner, de se marrer, sans se préoccuper des dogmes, des illuminés », écrit Riss.

Le directeur plonge dans ses souvenirs. Il revient sur ce qui est arrivé mercredi 7 janvier 2015. Sur le bruit, le silence qui a suivi, les corps allongés au sol, les morts de Charlie. « Comment faire le journal après tout ça ? C’est tout ce qu’on a vécu depuis vingt-trois ans qui nous en donne la rage », affirme-t-il. « Ce ne sont pas deux petits cons encagoulés qui vont foutre en l’air le travail de nos vies ». « Ce n’est pas eux qui verront crever Charlie. C’est Charlie qui les verra crever ».

Lire aussi :  Le rôle des pompes funèbres lors d'une levée de corps médico-légale

Comme d’autres victimes des attentats de l’an dernier, la promotion du Premier janvier de la Légion d’Honneur n’a pas oublié les victimes de Charlie Hebdo. Charb, Cabu, Honoré et Tignous, la chroniqueuse Elsa Cayat et le correcteur de presse Mustapha Ourrad ont été faits chevaliers à titre posthume. Le dessinateur Georges Wolinski et le chroniqueur Bernard Maris, l’étaient déjà.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here