Chronique : Nous sommes toutes des hôtesses à Funexpo

0
355

D’habitude je commence ma chronique doucement, je vous parle de ce que je vais faire. Je vous murmure en toute sensualité mon planning, enfin bref, je suis dé-ten-due. J’avais prévu de faire un joli article sur les femmes au Funexpo, parce que même si elles ne sont pas nombreuses, celles qui sont là, m’impressionnent toujours- partie remise-. Trois jours de salon, des centaines de rencontres, et d’un coup alors que tout va bien, que l’on pense que, ça y est, l’Homme a évolué, et bien non, on se rend compte que l’Humanité est toujours au niveau -1.

« Et vous ? vous êtes hôtesse mademoiselle ? »

Je vous redessine la scène, je cours partout, j’arrive tout sourire à mon stand retrouver Guillaume en pleine séance de dédicaces, poignet chauffé au maximum. Il a toujours un mot unique pour chacun, et justement il est en train de converser avec un jeune visiteur. Trés content de voir l’équipe de Funéraire-Info, celui-ci regarde Guillaume en lui demandant son rôle dans notre journal, puis s’adresse à moi par un nonchalant « Et vous ? Vous êtes hôtesse mademoiselle ? »

Alors oui on ne va pas s’offusquer, quand même je suis bien élevée – un sur deux dans notre échange c’est déjà pas mal -. Je réponds par l’humour un petit « va-t-en » avec le sourire. Mais quand même, je ne sais pas vous, mais moi il y a quelque chose qui me dérange. Je connais dans les grandes lignes le principe des attaques frontales sexistes. Ça fait un petit moment que je suis dans le funéraire, j’en ai entendu, mais là, un jeune, plus jeune que moi – si c’est possible – , je n’ai pas vraiment compris.

En réalité on ne détecte pas de misogynie bien plus subtile, là on est purement dans le sexisme ordinaire. Je ne vais donc pas faire un papier indiciaire le poing levé. Assimiler libération sexuelle avec libération de la femme reviendrait à réduire celle-ci à un sexe. Contre-productif en somme.

Et puis en réalité c’est ma réaction le problème, j’aurais dû être flattée. Peut-être qu’il a voulu dire que hôtesse c’était au sens concret du terme, c’est-à-dire représenter physiquement une entreprise, -onsaitqueçan’estpasçaqu’ilavouludiremaisonfaitsemblantquandmême-  et dans ce cas précis alors j’en suis extrêmement honorée. En plus je portais le T-Shirt Funéraire-Info.

Et puis après tout si être hôtesse c’est être habillée correctement et sourire toute la journée je ne vois pas en quoi cela est un problème, je pense d’ailleurs qu’un paquet de personnes devrait prendre exemple sur elles.

Au salon j’en ai vu plein des hôtesses, chez Nova, Simplifia, FunérArts, à POMPES FUNÈBRES DE FRANCE, à la FFFPF, Les lectrices, les visiteuses, les serveuses, les agents de la sécurité, chez Desplanches. On était toutes des hôtesses, et tous des hôtes. Nous avons toutes et tous souri, beaucoup, et nous nous sommes toutes et tous respectés, tout le temps.

Maintenant si hôtesse ça voulait dire entraineuse, alors oui, je suis désolée pour toi, cher visiteur, tu as raté mon lap dance à la fin du salon.

Sarah

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.