Cinéma : « Maggie », Schwarzenegger contre les zombies

0
482
Le projet était aussi attendu sur le papier que surprenant à l’écran : Schwarzenegger contre les zombies ! La boucherie attendue par les fans de l’acteur laisse sa place à un drame intimiste qui nous a laissés enthousiastes.
De quoi ça parle ?

Une épidémie mondiale a transformé une partie de la population en zombies. La quarantaine et l’élimination progressive des infectés, ainsi que l’incendie des champs où le virus pourrait demeurer, laissent penser que le pire est passé, mais les ravages de l’épidémie sont considérables et les dangers nombreux. Un père, Wade Vogel, récupère à l’hôpital et garde sa fille Maggie, une adolescente infectée, qui se transforme progressivement en zombie.

maggie1-300x200 Cinéma : "Maggie", Schwarzenegger contre les zombies

Laissez toute espérance

Premier constat du film : c’est aussi joyeux, frais et sautillant que La Route. Pour ceux qui n’auraient pas lu ce dernier, un fabuleux livre de Cormac McCarthy, ou vu son adaptation au cinéma avec Viggo Mortensen, c’est sombre et désespéré.

Dès les premières minutes de Maggie, donc, le ton est posé : nul espoir de happy end ici. On assiste à la transformation de Maggie en zombie, et à ses tentatives désespérées pour se raccrocher à son humanité, aux côtés de son père qui ne peut se résoudre à « faire ce qu’il faut ».

Le film prend le parti-pris de la suggestion : les quelques passages gores se déroulent hors champ, et les « quarantaines », sortes de camps de la mort pour zombies en phase terminale, sont décrits, surtout à travers les rumeurs, mais jamais montrés.

La métaphore, ici, est explicite. Le film parle de la maladie, de l’impossibilité pour un proche de faire son deuil, et des tentatives pour rester soi-même face à les dégénérescence d’un être aimé frappé par un terrible mal.

maggie3-300x144 Cinéma : "Maggie", Schwarzenegger contre les zombies

Schwarzie for président !

C’est à un véritable duo d’anthologie auquel on assiste ici entre Abigail Breslin (la petite fille de Little Miss Sunshine) et Gouvernator, alias Terminator, alias Conan le Barbare, autrement dit Arnold Schwarzenegger. Et la superstar Schwarzie surprend à double titre. Déjà, parce qu’il s’efface souvent, et bien volontiers, au profit de sa jeune partenaire, enfin, parce que dans un rôle à contre-emploi de fermier peu habitué à exprimer ses sentiments mais paisible et aimant, totalement impuissant face à la maladie de sa fille, émeut véritablement.

La fin est conforme aux prédictions, tout en restant surprenante, et jusqu’au bout d’une sobriété sans faille.

Alors ?

Alors ? Si vous aimez les films de zombies, allez y. Si vous n’aimez pas les films de zombies, allez-y. Si vous aimez Schwarzenegger, allez y, si vous n’aimez pas Schwarzenegger, surtout, allez-y, vous changerez d’avis.

Surtout, si vous voulez sans doute voir le meilleur film sur le deuil sorti cette année, foncez-y tête baissée. Si, en revanche, vous voulez voir un film délassant pour vous remonter le moral… Fuyez.

Date de sortie27 mai 2015 (1h35min)
Réalisé parHenry Hobson
AvecArnold Schwarzenegger, Abigail Breslin
GenreDrame , Epouvante-horreur , Thriller

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here