Clichy-Batignolles : un deuxième crématorium à Paris

0
1512
Une vue du prochain quartier Clichy-Batignolles

 

 

Feu vert : le deuxième crématorium de Paris devrait ouvrir en 2017, pour suppléer celui du Père-Lachaise. Le projet se veut parfaitement « propre » et « exemplaire ». Il sera intégré à la réorganisation urbaine du quartier Clichy-Batignolles (17e arr.).

Œuvre de l’architecte colombien Federico Diaz, le bâtiment mêlera bois, pierre, acier et un toit végétalisé, dans la veine des nouvelles constructions de l’avenue de Clichy. Il sera équipé de quatre fours à gaz, dont deux XXL pour fortes corpulences, avec une filtration aux normes 2018. Un four électrique de secours sera utilisé en période de pollution urbaine, alimenté par des panneaux solaires. On prévoit environ 4.000 crémations annuelles en ce lieu. Un « jardin de l’éternité », où disperser les cendres, sera créé dans le parc Martin Luther King adjacent revitalisé.

Dans le bâtiment, quatre salles de cérémonies (dont une de plus de 800 places) côtoieront dix salons funéraires de présentation et deux salles de convivialité où les familles se retrouveront après une cérémonie. Bois, couleurs pastel, clichés du vieux Paris par de grands photographes accrochés aux murs : les promoteurs entendent installer un climat apaisé, à la manière du Père-Lachaise, son pendant à l’ouest de Paris. Une morgue de 120 places et deux laboratoires de thanatopraxie seront à disposition des professionnels. Un scanner à cercueil viendra enfin éviter les accidents de crémation, en détectant les objets métalliques.

Chauffage urbain

Labellisé « Haute performance environnementale », ce centre funéraire tiendra lui-aussi les promesses du projet Clichy-Batignolles  en matière d’énergies renouvelables. Ainsi, un système de récupération de chaleur alimentera logements, piscines et administrations du XVIIe arrondissement.

Lire aussi :  Incendie PFG, visage du funéraire, Aurore Bergé…l’actualité du 20 avril 2018

L’alimentation du chauffage urbain par ce moyen, sujet polémique encore il y a quelques années, progresse en Europe. Ainsi, le plus grand crématorium danois chauffe déjà deux écoles. La Suède a également instauré ce mode d’énergie dans plusieurs villes, dont Stockholm. La Belgique et l’Angleterre s’en inspirent. Près de Birmingham, une piscine réalise ainsi près de 17.000 euros d’économies par an grâce au crématorium voisin.

La construction du futur bâtiment des Batignolles ne faisait pas partie du projet initial de réhabilitation du quartier dans le cadre du projet Grand Paris, comme ont pu l’être le futur Palais de justice ou le prochain siège de la police judiciaire. Il concrétise toutefois un dossier déjà ancien, le Père Lachaise peinant à absorber toutes les crémations parisiennes. On compte dans la capitale près de 15.000 décès, qui sont suivis dans 48% des cas d’une mise à la flamme. Une pratique fortement en hausse.

L’ouverture de ce nouvel établissement funéraire s’inscrit dans une réflexion d’ensemble de la municipalité. Des pratiques qui changent. Des cimetières en manque de places. Ici comme dans les grandes agglomérations, les pouvoirs publics doivent imposer de nouvelles règles. La concession perpétuelle, notamment, n’est plus envisageable.

Immeuble funéraire

Viendra t-on à Paris, comme au Brésil, en Israël, en Inde ou au Mexique à ériger des immeuble-cimetières ? Celui de Santos, bâti sur 32 étages, permet par exemple d’inhumer jusqu’à 180.000 personnes. En 2011, les designers Romaric Fillette et Chandrasegar Velmourougane sont parvenus en finale du concours d’architecture Skyscraper Competition. Leur projet ? Un cimetière vertical dans un immeuble près de la tour Eiffel. Au cœur de ce gratte-ciel, un puits de lumière. Tout autour, une rampe montante proposant une promenade le long des tombes, avec vue sur Paris. Etudié un temps pour le quartier de Clichy-Batignolles, un projet semblable a finalement été abandonné. On craignait que le bâtiment soit trop d’avant-garde, et n’indispose les riverains.

Lire aussi :  Sexe, drogue, et pompes funèbres : pourquoi vous allez cliquer sur cet article.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here