Dracula, retour aux sources du vampire

0
469
Dans la série « relisons nos classiques », penchons nous sur un des romans à la foi les plus connus et les plus méconnus. A tout saigneur, tout honneur, c’est Dracula qui ouvre la marche.
L’histoire du livre

Né en 1847 dans la banlieue de Dublin, Bram Stoker appartient à une famille de sept enfants. Initié dès l’enfance au fantastique, épris de littérature et de poésie, il se lie après ses études avec le grand acteur shakespearien Henry Irving, qui lui confie en 1878 l’administration du Lyceum Theater de Londres. Stoker consacre son temps libre à écrire des contes pour la jeunesse, puis des romans d’aventures ou des récits d’inspiration fantastique et ésotérique. En 1897, il connaît un triomphe avec « Dracula », que la critique n’hésite pas à comparer à « La chute de la maison Usher » ou aux « Hauts de Hurlevent ». Après la fermeture du Lyceum, Bram Stoker écrira encore cinq romans, dont « Le joyau des 7 Étoiles » et « Le repaire du ver blanc », qui seront tardivement adaptés à l’écran.

Dracula n’est pas le premier roman à traiter du sujet. Le thème du vampire apparaît dès 1819 en Angleterre, en pleine mode du roman gothique : John William Polidori (The Vampire inspiré d’une idée originale de Lord Byron), Sheridan Le Fanu (Carmilla) mais aussi, en Allemagne, Karl Von Wachsmann (L’étranger des Carpathes en 1844, avec tous les ingrédients : château en Transylvanie, forêts sombres, personnage maudit, voyageurs effrayés…) et, en France, Charles Nodier (Histoires de vampire), Théophile Gautier (La morte amoureuse), Paul Féval (qui fait de la goule la femelle du vampire dans La Vampire de 1856) et surtout, cinq ans avant Dracula, Jules Verne (Le Château des Carpathes).

Mais le livre de Stocker rencontre le plus grand succès, et s’impose comme le mètre-étalon du genre.

Dracula, le mythe

Héros national, et objet d’un culte minoritaire mais tenace, Vlad Tepes a également suscité par ses sanglants exploits une légende noire qui accentue ses traits les plus cruels. On en retrouve des échos atténués dans le roman de Stoker, qui fait de Dracula un être bestial, diaboliquement rusé, impitoyable, doué d’une force exceptionnelle, et capable de changer de taille et d’apparence.

Héritier du plus lointain folklore vampirique, Dracula est un « nosferatu » (non-mort) qui se nourrit du sang de ses victimes et transforme à son tour celles-ci en vampires. Ses points faibles : un besoin régulier de sang frais qui le contraint à frayer avec les vivants ; l’obligation de reposer entre l’aube et le crépuscule sur une terre consacrée ; une allergie prononcée à l’ail, et surtout une extrême vulnérabilité au soleil, aux hosties et aux crucifix. Conformément aux préceptes de la vieille « Historia Regis Anglicarum », le seul moyen de le neutraliser à jamais est de lui percer le cœur.

Dracula, le livre

Plus que le sens du récit et la maîtrise du suspense de Stoker, c’est la personnalité de son personnage principal qui fonde le mythe. Le comte Dracula, au-delà de la créature d’épouvante aux pouvoirs surnaturels, est avant tout un être humain damné, un non-mort, et c’est cette dimension complexe qui assure son charme.

En effet, Dracula est un monstre mais est aussi un réprouvé, un rejeté de Dieu, une personne à craindre mais aussi à plaindre. Mina Harker exhorte ses compagnons à éprouver à son endroit non de la haine mais de la pitié, ce qui n’exclut évidemment pas de la détermination pour s’en débarrasser.

Le récit se joue donc entre l’Angleterre et la Transylvanie au XIXe siècle, notamment dans un château retiré des Carpates. Se fondant sur des récits mythologiques, Bram Stoker crée le personnage du comte Dracula, un vampire aristocratique à la fois monstrueux et raffiné. La première partie du livre, qui se déroule dans le château du comte, est magistralement teintée d’une atmosphère étrange et sinistre.

Le récit est épistolaire et est composé de fragments des journaux intimes et lettres des protagonistes, ainsi que d’articles de journaux. Des passages ont été retranscrits alors que ce sont des passages enregistrés au phonographe. C’est donc un récit écrit à la première personne mais qui épouse plusieurs points de vue – excepté celui du comte.

En tout état de cause, Dracula est un livre à redécouvrir, en lui-même, et non à travers une de ses nombreuses adaptations, toujours dévoyées.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here