Ecrire une cérémonie civile

3
490

Dans l’article précédent, vous avez vu comment proposer une cérémonie civile et recueillir les informations nécessaires à son élaboration. Aujourd’hui passons à la pratique pour écrire une cérémonie civile.

Cet article se base sur plusieurs méthodes éprouvées et déjà publiées dans Funéraire Info ou d’autres magazines du funéraire. J’en ai fait un condensé et appliqué ma propre façon de faire, notamment pour le travail d’écriture. Il n’y a sûrement pas de bons ou de mauvais conseils, mais des conseils en général, que le conseiller funéraire s’appropriera  et changera pour se sentir à l’aise.

Préparation de la cérémonie

Une fois la famille partie et les autres démarches pour les obsèques accomplies, vous pouvez vous consacrez à l’écriture du texte de la cérémonie. Bien que le texte puisse contenir quelques phrases toutes faites et pour lesquelles on ne saurait employer autre chose (« nous sommes réunis en ce triste jour… »), écrire un discours n’est pas chose facile et nécessite de savoir bien s’exprimer (à l’oral comme à l’écrit), de maîtriser la ponctuation, et évidemment d’avoir une certaine sensibilité. Nous avons tous un outil formidable sous la main : internet. Il ne faut pas hésiter à s’en servir pour trouver des poèmes, des textes, des citations et des musiques. Attention, pas dans le but de les copier !

Ces quelques recherches pourront vous inspirer en cas de panne, mais seule votre sensibilité et une touche de poésie feront un texte unique. Il ne suffit pas de dire « il était jardinier et aimait travailler son potager », il faut mettre des formes plus émouvantes, et donner une image spirituelle a ses phrases : « jardinier de métier, il retourne à la terre qu’il a tant aimée ».

Evidemment le défunt, et sa famille étaient peut-être des punks anarchistes, à vous d’adapter le langage (soutenu, courant, vulgaire…), et de savoir si oui ou non vous pouvez citer Verlaine ou si personne n’y comprendra rien.

A force d’exercice, écrire une cérémonie vous paraîtra être un jeu d’enfant, mais attention à personnaliser et à ne pas se contenter d’utiliser toujours les mêmes classiques : une famille est unique.

Une cérémonie d’1/2 heure paraît être un minimum. Il conviendra de l’allonger en fonction de l’individu et de son « importance » dans la société (maire, personne connue par exemple), ou de son âge, des circonstances du décès, du nombre d’intervenants, du lieu (position debout par exemple)… Il ne faut pas oublier que l’aval de la famille reste important pour la participation des personnes extérieures.

Symboles

Un fil conducteur pourra vous aider à écrire votre texte : l’amitié, le partage, une comparaison avec un élément symbolique (le chêne, le temps, le feu…).

Les symboles permettront de lier des sujets à  la personnalité du défunt. Pour le jardinier, parler du soin apporté à un jardin viendra à parler du soin porté à la famille que l’on voit grandir, comme le rosier dont le jardinier prend soin. De la rose que l’on cueille pour offrir, comme on confie ses enfants à leur futur époux(se). Du cycle de la vie rapporté aux 4 saisons …

Pour le geste symbolique du jardinier, on pourra proposer d’écrire un mot sur une feuille (feuille d’arbre ou feuille papier en forme de feuille d’arbre) et de le déposer sur le cercueil.

En bref, votre imagination sera votre meilleure alliée !

green-leaf-on-sand-1179053-1599x1070-1024x685 Ecrire une cérémonie civile

Ecrire une cérémonie civile, 4 étapes

Une cérémonie ne peut pas se dérouler n’importe comment, elle doit avoir un schéma particulier qu’il est important de respecter. Ce schéma reprend en quelque sorte le processus du deuil.

  • L’émotion

Il convient tout d’abord de faire un rappel des événements récents: le décès, la fin de vie. A cet instant, l’émoi est très intense pour les proches. Il est impératif de ne pas rester uniquement sur cette partie de la cérémonie sans quoi les proches n’y trouveraient aucun sentiment de soulagement en s’en allant (et ne pas y revenir plus tard non plus !). Dans cette première partie, ce sont les parents les plus proches qui interviendront (enfants, époux, parents), s’ils ont souhaité participer.

  • Le souvenir

Dans cette seconde étape, on se souviendra du défunt, de son vécu, de ses croyances et de ses valeurs. C’est à cet instant que l’on peu inclure des témoignages de proches tels que les amis.

  • Le partage

Il permet un moment fédérateur entre les membres de l’assistance, et surtout un témoignage physique à portée symbolique. On peut inclure une musique et demander à l’assemblée de diriger ses pensées vers le défunt, on fera passer la famille près du cercueil, lui faire faire un geste…

  • Le gage d’avenir

C’est ici qu’il faut diriger la cérémonie vers une note beaucoup plus positive, vers le réconfort, le soulagement. Le discours se doit d’être apaisant.shéma-cérémonie-civile Ecrire une cérémonie civile

N’oubliez pas de marquer clairement la fin d’une cérémonie avec la phrase qui conviendra, par exemple :  « la cérémonie est maintenant terminée, la famille recevra les condoléances… ».

Lorsqu’il a été convenu d’inclure des musiques dans la cérémonie (sachant qu’une cérémonie sans musique, c’est triste et cela peut sembler très long) on les diffusera en entrée, avant le tout début de la cérémonie; pendant le geste d’adieu, et en sortie. Si la famille en a choisi plus de 3, elles pourront entrecouper les différentes parties citées précédemment.

Le jour J : oral

Il y a une première à toute chose, et votre première cérémonie civile ne sera peut-être pas parfaite. Il n’est pas évident de s’adresser à un public, mais plus vous le ferez, mieux ça se passera. Si vous n’avez certainement pas le temps d’apprendre votre discours par cœur, relisez le plusieurs fois à voix haute afin de le connaître suffisamment. Cela vous permettra de savoir quand varier votre intonation de voix. Le discours ne doit pas être monocorde sous peine d’entendre Pépé ronfler ou de ne pas être réellement écouté par l’assistance.

Avant de commencer, respirez, détendez-vous. Regardez l’assistance afin de capter son attention. Puis parlez d’une voix claire. Vous devez davantage regarder l’assistance que votre feuille.

Dans le prochain article quelques pistes vous seront données pour l’organisation matérielle de la cérémonie : lieux, matériel nécessaire, ainsi que quelques idées à développer pour vos futures interventions.

Si le cœur vous en dit, proposez vos idées pour la cérémonie d’un punk anarchiste, on ne sait jamais ça peut aider !

3 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.