Décès un 30 octobre, éphéméride

0
598
Aujourd’hui :

Pas de journée internationale

Défunts du jour :
Claude-Lévi-Strauss-300x300 Décès un 30 octobre, éphéméride
Claude Lévi-Strauss

En 2009 mourait Claude Lévi-Strauss, anthropologue et ethnologue français qui a exercé une influence décisive sur les sciences humaines dans la seconde moitié du XXe siècle en étant notamment l’une des figures fondatrices de la pensée structuraliste. Professeur honoraire au Collège de France, il en a occupé la chaire d’anthropologie sociale de 1959 à 1982. Il était également membre de l’Académie française dont il était devenu le premier centenaire. Depuis ses premiers travaux sur les peuples indigènes du Brésil, qu’il avait étudiés sur le terrain entre 1935 et 1939, et la publication de sa thèse « Les Structures élémentaires de la parenté » en 1949, il a produit une œuvre scientifique dont les apports ont été reconnus au plan international. Il a ainsi consacré une tétralogie, les Mythologiques, à l’étude des mythes. Mais il a également publié des ouvrages qui sortent du strict cadre des études académiques, dont le plus célèbre, « Tristes Tropiques », publié en 1955, l’a fait connaître et apprécier d’un vaste cercle de lecteurs.

Robert-Boulin-150x150 Décès un 30 octobre, éphéméride
Robert Boulin

En 1979 nous quittait dans des circonstances mystérieuses Robert Boulin, homme politique français qui fut secrétaire d’État et ministre sous les présidences Charles de Gaulle, Georges Pompidou et Valéry Giscard d’Estaing. Sa mort brutale et les questions qu’elle soulève ont été le point de départ de l’affaire Robert Boulin.

Henri-Dunant-214x300 Décès un 30 octobre, éphéméride
Henri Dunant

En 1910 s’éteignait Henri Dunant, homme d’affaire humaniste suisse et également chrétien protestant. Il est l’un des fondateurs de la Croix Rouge. Pendant un voyage d’affaires en juin 1859, il se trouve à proximité de la ville italienne de Solférino et découvre les dégâts humains de la bataille qui s’y déroula. À partir de cette expérience, il écrit un livre intitulé « Un souvenir de Solférino » qu’il publie en 1862. Une année plus tard, il participe à Genève à la fondation du Comité international de secours aux militaires blessés, désigné dès 1876 sous le nom de Comité international de la Croix-Rouge. La première convention de Genève est ratifiée en 1864 et se réfère largement à ses propositions. Il obtient avec Frédéric Passy le premier prix Nobel de la paix en 1901 et est ainsi considéré comme le fondateur du mouvement de la Croix-Rouge internationale.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here