FGS : quand le funéraire plonge dans la 3D

2
460
(capture Facebook FGS)

C’est le petit plus qui peut faire leur notoriété: l’usage de deux imprimantes 3D adaptées au funéraire. A côté d’activités de pompes funèbres courantes (marbrerie, entretiens de tombes, fleurs), la société FGS installée depuis mai dernier à Vergt (Dordogne) propose en effet des plaques et des urnes très personnalisées.

L’individualisation progresse, pour aller toujours plus loin dans la satisfaction des familles, dans le souvenir de ce qu’était le défunt. Mais en arriver à utiliser la 3D dans ce secteur est « une première », à écouter Alexandre Auguste, l’un des protagonistes (avec Christophe Magoutière)  de cette toute jeune aventure.

Après quelques années d’exercice, les deux trentenaires ont sauté le grand pas. Se mettre à son compte. Le bassin de population est limité, et trouver un atout pour se démarquer était une nécessité. L’autre avantage, explique Alexandre Auguste, est d’être réactif : répondre à une commande d’urne sous 48 heures. Importer aurait allongé les délais. « Alors en plus, nous relocalisons la production en France. »

Dans ce département où la crémation représente 40% des obsèques, l’entreprise propose à son catalogue 15 modèles d’urnes. Mais peut aussi répondre à une demande apportée par une famille. « Tout est possible. Notre seule limite pour l’instant, c’est la taille : une vingtaine de centimètres.»  Pour des urnes, pour des plaques funéraires, ils ont ainsi déjà fabriqué un cœur, un ballon de rugby, des champignons, un chérubin, un kayakiste, un lion, une moto, une cathédrale de Périgueux en relief, une urne fraise… Avec leur scanner, il leur est aussi possible d’élaborer un buste de la personne disparue ou un objet qui lui tenait à cœur. On peut tout imaginer. Les objets créés sont en polymère (un plastique) ou en amidon de maïs (donc biodégradable). Peut-être bientôt en verre. Il en coûte une petite centaine d’euros.

Lire aussi :  PFG, première marque du funéraire pour les Français

Les deux jeunes entrepreneurs fournissent déjà, assurent-ils, une vingtaine de sociétés de Dordogne et du Lot-et-Garonne en urnes 3D. La place de marché Funemarket les commercialise, et exposera leurs créations au salon de Villepinte fin novembre. « Nous voulons montrer notre savoir-faire, montrer aussi qu’on peut être innovant dans ce secteur », poursuit Alexandre Auguste. Un savoir-faire qui leur assure aujourd’hui une petite longueur d’avance.

Site internet : pompesfunebresfgs.sitew.fr

 

2 COMMENTAIRES

  1. oui ,très bonne idée , mais j’ai peur ,que ces statue personnalisé dis-paresse ,ou soit vandalisée , bien sur
    on peu voir dans la presse ,de plus en plus de cimetière , visité ,par des voleurs de métaux , fleurs ….plaque
    mais c’est bien , bravos . à ce nouveau concept.
    je suis à BORDEAUX , je vais les contacter , pour présenté des modèles ,sur 3 boutiques. ça va plaire .

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.