France, état de choc, de deuil et d’urgence

1
757
Les attentats qui ont eu lieu hier soir, 13 novembre, à Paris, sont dores et déjà les pires exactions terroristes sur le territoire français depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Point de la situation connue.

21 H 17 : une première explosion a lieu près du stade de France où de déroule depuis 21 h 00 le match de football amical France-Allemagne. Une seconde puis troisième explosion retentissent à 21 h 30 et 21 h 53 devant les portes J, D et H du stade. Elles ont été entendues par les joueurs et lors de la retransmission télévisée en direct par le public qui les a pris initialement pour des pétards.

Les terroristes ont frappé une brasserie et un établissement de restauration rapide.

Quatre personnes sont décédées, dont trois terroristes. François Hollande, qui était sur place, a été exfiltré avant la fin du match.

Le Match n’a pas été interrompu, afin d’éviter la panique. Les spectateurs et les journalistes présents dans l’enceinte du stade ont été maintenus dans l’ignorance des faits jusqu’à la fin du match.

21 h 30 : Les assaillants ont ouvert le feu dans le théâtre du Bataclan où jouait le groupe de rock Eagles of Death Metal. Les assaillants ont ensuite effectué une prise d’otages. À 23 h 07, la Brigade de recherche et d’intervention (BRI) arrive sur les lieux. Huit minutes plus tard, une grande fusillade a lieu. Lors du discours que le président Hollande prononce peu de temps après, il annonce que l’assaut sera donné pour neutraliser les assaillants. On déplore, malgré l’assaut de la BRI, la mort de 78 à 79 personnes et un grand nombre de blessés dans le bilan provisoire fait la nuit suivant l’attentat. Les quatre assaillants sont morts. Selon le préfet de police, trois d’entre eux avaient actionné une ceinture explosive. Aucun policier n’a été tué, mais un a été blessé.

Lire aussi :  Un gérant de pompes funèbres m'a tendu la main

Le Bataclan, situé au 50, boulevard Voltaire, se trouve à environ cinq cents mètres de l’ancien local du journal Charlie Hebdo. Celui-ci était situé au 10, rue Nicolas-Appert.

21 H 59 : Deux tireurs ont fait feu contre le bar La Belle équipe, à un des angles des rues de Charonne et Faidherbe. Au milieu de la nuit du drame, le bilan était de 19 personnes tuées et 14 blessés en urgence absolue.

22 H 18 : Un homme a ouvert le feu sur le bar Le Carillon au 18 de la rue Alibert (à un angle de cette rue avec la rue Bichat), puis sur le restaurant Le Petit Cambodge au numéro 20 de la rue Alibert . Au milieu de la nuit du drame, Le Monde fait état de 12 à 14 personnes tuées, et de 10 blessés en urgence absolue. Selon un témoin, les balles auraient été tirées d’une ou deux voitures.

23 H 57 : Le Président de la République, François Hollande, annonce la mise en place de l’état d’urgence sur tout le territoire national, pour la première fois depuis 1955.

00 H 22 : La police donne l’assaut au Bataclan. Mort de quatre assaillants à l’intérieur de l’établissement.

02 H 03 : l’état d’urgence est officiellement promulgué.

04 H 41 : L’AFP indique que huit terroristes sont morts, dont sept en se faisant exploser : quatre au Bataclan, dont trois en actionnant une ceinture d’explosifs, le dernier étant tué lors de l’assaut des forces de l’ordre. Trois kamikazes sont morts au Stade de France et un autre boulevard Voltaire, à proximité du Bataclan.

Lire aussi :  Davide Astori, corps en décomposition au funérarium...au menu du réveil funéraire du lundi 5 mars 2018

Le bilan (provisoire) des attaques est de 128 morts et 250 blessés, dont 99 sont dans un état extrêmement grave.

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here