Game of Thrones, vraie fausse polémique sur l’épisode 6 ?

0
842
"Games of Thrones n'est pas une série violente. Compris ?"
Une polémique agite le petit monde des fans du Trône de Fer, sur la fin de l’épisode 6 de la saison 5. Tout cela semble un peu exagéré. Attention, spoilers.
Saison 5, épisode 6, drame conjugal

La scène qui provoque l’émoi ? A la fin de l’épisode, Sansa Starck, qui vient d’épouser Ramsay Bolton, subit une lune de miel en forme de viol conjugal sous les yeux horrifiés de Théon Greyjoy, forcé d’assister à la scène.

Aussitôt, les fans s’émeuvent : la scène est inutilement brutale, et n’existe même pas dans les livres. Ce qui est source du premier malentendu : dans les livres, Ramsay épouse une autre femme qui a usurpé l’identité d’Arya, la sœur de Sansa, et la torture, avec l’aide de Théon, qui prend un statut actif dans les tourments de la jeune femme. Celle-ci sera sauvée par Mance Rayder… qui est mort, dans la série.

En un mot, on n’a pas compris : est-ce que ce qui choque les fans, c’est l’éloignement d’avec le livre, ou la brutalité de la scène ?

La brutalité ? Fausse excuse

Ne prêtez pas à mes propos une interprétation autre que fictionnelle, mais, comparée à d’autres, cette scène est franchement soft. Presque entièrement suggérée, elle était, de surcroît, prévisible : l’innocente Sansa épousant par intérêt un sociopathe sadique, on a du mal à trouver une fin heureuse. Et puis…

… Et puis, c’est Game of Thrones. Le père, Eddard Starck, héros putatif de la série, se fait couper la tête à la fin de la saison 1 après être tombé dans un piège politique, le frère et la mère de Sansa, avec une grande partie de leurs alliés, sont massacrés à l’arbalète, achevés à coups d’épées, égorgés, la reine mère se fait violer par son frère à côté du cadavre de son fils empoisonné, et ne parlons pas de la « métamorphose » de Théon en Schlingue. J’en passe, parmi lesquels l’amour pour John Snow et sa vision littérale de la flèche de Cupidon en plein cœur.

Il ne fait pas bon d’être un personnage de Game Of Thrones, et il ne fait pas bon, pour le public, s’attacher à un personnage. Les spectateurs avaient eu quatre saison et demi pour le comprendre.

Les contradictions face au livre ? Fausse excuse

Game Of thrones est inspirée, pas adaptée, des livres de Georges RR Martin, comme le souligne l’auteur lui-même. Même si la saga littéraire et la série devraient se finir de la même façon, (que l’on ignore encore aujourd’hui), les chemins pour arriver à cette conclusion seront très différents. C’est là que réside l’intérêt : ne pas assister à une transcription mais à une création à partir d’une autre création.

Et ce n’est pas la première fois : les différences entre les livres et la série sont bien présentes, assez pour revendiquer ce statut.

Alors ?

Que penser au final de tout cela ? On se rend compte que la polémique est parie de groupes féministes américains qui luttent contre les viols conjugaux. Ce qui est très bien, c’est une noble cause, pas de soucis, mais la stratégie choisie est… Etrange. L’idée, ce serait de ne plus montrer ce genre de choses dans les œuvres de fiction ?

C’est curieux, parce que, parcourant les forums consacrés à la série, les réactions sont unanimes : les spectateurs ont été dérangés par la scène. J’aurais plutôt été enclin à penser que, de cette façon, l’objectif était atteint, et le message, si du moins il y en avait un, passé. Ces groupes ont appelé au boycott de la série : on fera un bilan à la fin de la saison.

Mais, j’ai eu beau faire des recherches, lorsque Ed Starck s’est fait couper la tête à la fin de la saison 1, pas un groupe de lutte contre la peine de mort n’a bougé. Peut être qu’ils ont compris que tout cela était de la fiction ?

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.