Honduras : déclarée morte, elle est enterrée vivante

1
442
(capture primerimpactoTV)

Voilà une fin bien atroce, et une famille plongée dans une double peine. Au Honduras, une adolescente que l’on avait faussement crue morte l’est effectivement devenue faute d’avoir pu la sortir de la tombe à temps.

Neysi avait 16 ans et était enceinte de trois mois. C’est chez elle qu’elle a perdu connaissance, après avoir entendu des coups de feu près de son domicile. Crise de panique ? Toujours est-il qu’elle s’est mise à étouffer, au point que sa famille l’a transporté à l’hôpital. Trois heures plus tard, son cœur s’arrêtait de battre. Elle est déclarée morte.

Sa famille décide d’organiser de rapides funérailles. Elle est vêtue de sa robe de mariage, placée dans un cercueil blanc et inhumée dans un caveau. Quelques heures plus tard, son compagnon effondré revient se recueillir sur la sépulture. Et d’effondré, il devient effaré. Car ce qu’il entend, ce sont des coups et des plaintes d’outre-tombe. Il alerte des employés du cimetière. Le temps d’ouvrir la tombe et de la transporter derechef à l’hôpital, Neysi est morte pour de bon, asphyxiée. Son corps est encore chaud. La jeune fille s’est même brisé une main à force de frapper la petite fenêtre de son cercueil, tentant de s’extraire.

La famille, évidemment en colère, demande des explications aux médecins, qui peinent à expliquer pareille bévue. Ils ont été bien trop hâtifs, pense la mère de la victime, se souvenant que déclarée morte, sa fille ne présentait aucun symptôme habituel d’un cadavre. Elle était juste comme plongée dans un sommeil profond. Après l’épisode du cimetière, la mère a eu un bref espoir que tout s’arrange. Mais non. Le sommeil devenu éternel, Neysi a été réinhumée dans le même caveau.

Lire aussi :  Réception famille post-obsèques, Bill Gates et les Bitcoins, James Bond...au menu du réveil funéraire du jeudi 1 mars 2018

Etre enterré vivant, voilà une peur largement fantasmée jusqu’au cinéma. La presse mondiale rapporte toutefois quelques rares cas. Comme cette Brésilienne, venant en 2013 se recueillir sur la tombe d’un proche à Sao Paulo. Soudain, elle a entendu des gémissements provenant de la sépulture voisine. Puis un bras est apparu, sortant de terre. Au bord de la crise cardiaque, elle a prévenu la police, qui ne l’a pas cru. Venant chercher du secours auprès des fossoyeurs, ils sont arrivés à temps pour dégager un homme. Il avait été enterré vivant dans une sépulture déjà creusée, après une bagarre qui l’avait laissé KO.

En 2011 dans le nord de l’Angleterre, c’est un jeune homme qui était condamné. Il s’était lassé de sa compagne, mère de leur fils, qu’il trouvait moins attirante que les filles de son club de gym. Lui administrant deux décharges de pistolet Taser, il l’avait attaché et enfermé dans un carton emballant un ordinateur. Avec un ami, ils l’avaient mené jusqu’à un bois, avaient creusé, avaient placé le carton, l’avaient recouvert de terre, une grosse branche par-dessus.

 Avec les difficultés qu’on imagine, la victime revenue à elle était parvenue à s’extraire du piège mortel et à remonter. Ayant regagné une route voisine, elle avait alerté un automobiliste et avait confondu ses bourreaux.

1 commentaire

  1. […] Honduras : déclarée morte, elle est enterrée vivante Honduras : déclarée morte, elle est enterrée vivante […]

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here