Isadora Duncan, une mort sur les chapeaux de roues

0
511
Isadora_Duncan_1

Une femme talentueuse, belle, riche, célèbre et élégante, septembre à Nice, sur la promenade des Anglais : Isadora Duncan. Une belle automobile, une promenade luxueuse dans une tenue élégante. Le bonheur, l’insouciance et la certitude d’un avenir heureux. S’il n’y a pas là tous les ingrédients d’une histoire qui se finit mal, selon la loi de Murphy, j’arrête définitivement les tranches de vie !

En voiture, Isadora !

Isadora_Duncan_3-274x300 Isadora Duncan, une mort sur les chapeaux de rouesIl faisait beau, ce 14 septembre, à Nice, et la chaleur de l’été n’était pas encore retombée. Dans la cour d’une maison, une femme admirait une voiture. Ce n’était pas n’importe quelle femme, et ce n’était pas n’importe quelle voiture.

Isadora Duncan, le femme, était danseuse. Plus précisément, une des danseuses les plus célèbres au monde. On considérait qu’elle avait révolutionné la pratique, en intégrant dans son art des figures du classicisme Grec, mettant l’accent sur la beauté et le culte du corps.

Fondatrice de plusieurs écoles de danse, amie de tout ceux que l’art comptait d’important, révolutionnaire, féministe, libre, Isadora Duncan était l’une des grandes femmes de son temps, et la danse contemporaine lui doit, encore aujourd’hui, beaucoup. Isadora Duncan était également amatrice de jolies choses, et riche, ce qui amena la voiture dans sa cour.

Plus précisément, c’est ce qui décida son garagiste, Benoît Falchetto, à se rendre chez elle pour lui montrer cette Amilcar, une petite voiture de sport décapotable. La danseuse était une bonne cliente de Falchetto, à qui elle confiait l’entretien de ses voitures et chez qui elle achetait ses véhicules.

Une belle automobile, toutes options…

Le garagiste savait que la voiture plairait à Mme Duncan, et comptait bien la lui vendre. C’est donc tout naturellement qu’après avoir été ben accueilli, et avoir saisi la lueur dans l’œil de la danseuse à la vue des superbes courbes de l’automobile, qu’il lui proposa de faire un essai.

Isadora Duncan était aussi intrépide qu’enthousiaste, et accepta aussitôt. Alors qu’elle faisait mine de s’installer dans la voiture, le garagiste observa qu’elle était vêtue d’une simple robe légère et d’une grande écharpe blanche. Il lui suggéra donc d’aller s’habiller avec des vêtements qui la protégeraient mieux des courants d’air.

La danseuse refusa gracieusement : le temps était superbe, et elle n’était pas frileuse. Et quel plaisir d’avoir une décapotable, si l’on ne pouvait sentir le vent sur sa peau ?

Le garagiste insista, proposant à Isadora Duncan de lui prêter le blouson en cuir qu’il portait. Après tout, que valait un petit rhume si il lui rapportait une si belle vente ? Mais, encore une fois, Isadora Duncan refusa, et s’installa dans la voiture.

… Y compris les jantes alliage

Amilcar_cgss_sport_06011702-300x225 Isadora Duncan, une mort sur les chapeaux de rouesLe garagiste l’emmena sur la Promenade des Anglais. Il savait que la danseuse était sensible à la beauté du lieu, et qu’il la mettrait dans de bonnes dispositions pour faire un chèque. Sur place, ils croisèrent des amis de la star. Souriante, elle leur lança « Je m’envole vers la gloire ! » et, d’un ample geste, lança derrière elle son long foulard blanc.

Celui-ci voleta un instant derrière elle, avant qu’un souffle de vent, soudain, le rabatte sur le côté de la voiture. En une seconde, l’étoffe se prit dans les rayons de la roue, étranglant violemment la danseuse, écrasant sa gorge, puis, aussi brutalement, l’arrachant à son siège, la projeta violemment sur la chaussée.

Des cris d’effroi résonnèrent sur la Promenade des Anglais, les badauds accoururent, on convoqua un médecin, mais trop tard : Isadora Duncan avait été tuée sur le coup.

Si la roue du destin avait souvent été favorable à Isadora Duncan, la roue de l’automobile lui fut fatale.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.