La musique, oui, la musique !

0
927

Il y a, lors des cérémonies funèbres, souvent de la musique. Et de tout genre. Nous allons nous intéresser aujourd’hui à la catégorie « dure à passer ». Cet article est bien entendu juste un prétexte pour écouter de la bonne musique.

bougie-2-300x197 La musique, oui, la musique !Il y a en effet différents styles : les morceaux qui font jeune, comme grand corps malade, les morceaux qui font toujours leur petit effet malgré leur milliards de diffusions dans ces circonstances, comme « Mon vieux » de Daniel Guichard, les morceaux qui font solennels, comme le « Requiem aterenam » du Requiem de Mozart, les morceaux qui font sonotone, comme « Quelqu’un m’a dit » de Carla Bruni. Mais il en est d’autres plus dur à passer.

La provoc’

Bien entendu, il y a la provocation gratuite. Allumer le feu de Johnny Hallyday avant un départ en crémation, par exemple. Déjà parce que le tempo rapide du morceau tranche avec les musiques habituellement choisies, ensuite parce que, bon, allumer le feu, la crémation… Ne me forcez pas à vous expliquer, c’est gênant, et puis je sais que vous savez.

A conseiller si le défunt avait une personnalité volontairement et fortement provocatrice. Sinon, le morceau sera considéré comme de mauvais goût, voire insultant. N’oubliez jamais la règle d’or des pompes funèbres : même si c’est la famille qui le voulait, ce sont les pompes funèbres qui se le verront reproché. Et puis, bon, Johnny…

Plus original, « Highway to hell » de AC/DC. Pour les esprits provocateurs armés d’un bon goût à toute épreuve. Faire donner, pendant une cérémonie civile « Je suis sur l’autoroute de l’enfer » a un charme inégalable…

Lire aussi :  Coco, le film Disney/Pixar, une ode à la mort, une ode à la vie

Les messages rock

Le rock, le hard-rock, voire le métal (un jour, il faudra que je vous explique la différence) sont propice à faire passer des messages, parce que le son assez dur et le tempo rapide de ces morceaux tranche par rapport à ce à quoi on est habitué aux enterrements, et attire l’attention. En la matière, les familles font pourtant preuve d’un sens du hors-sujet douteux. Prenons un exemple que j’ai vécu, Metallica. La famille avait opté pour ce groupe dont le défunt était fan. Évacuons d’emblée « Nothing else matters » : jolie mélodie, mais chanson d’amour ou le chanteur explique qu’il aime sa femme bien qu’il ne la voie que rarement, puisqu’il est toujours en tournée. Le second choix portait sur « Creeping death », extravagance inspirée par l’Egypte antique, qui n’a rien de funèbre.

Le meilleur choix eût été « The god that failed », lettre adressée à la mère du chanteur, morte au terme d’une longue et douloureuse maladie, ou il lui demande si, au delà de la mort, elle conserve sa foi en un Dieu qui a échoué. La mort, le rejet de la croyance, le deuil : parfait pour une cérémonie civile, non ?

Lorsqu’une famille vous demande le morceau d’un groupe, demandez le conseil de quelqu’un qui s’y connaît, pour choisir le morceau le plus adéquat.

La bonne chanson

Il reste le tiercé gagnant, Brel Brassens Ferré. Souvent demandés, ces trois grands hommes ont écrit, ça tombe bien, un certain nombre de morceaux sur la mort. Problème : ils l’ont fait avec un talent qui souvent tutoie le génie, et une efficacité glaçante.

Lire aussi :  Jean d'Ormesson, l'héritage des mots en ses plus belles citations

L’on songera ainsi à « J’arrive » de Brel, chronique d’une mort annoncée de celui qui enterre de plus en plus d’amis. Ou au « Testament » de Brassens, qui a consacré la moitié de son œuvre à la mort, avec une ironie légère et rafraîchissante. Chez ferré, plus compliqué de choisir, mais le temps plombera certainement l’ambiance.

Toutefois, la dureté des chansons se devra d’être atténuée par un texte plus léger dans la lecture qui suit. Parce qu’instaurer une ambiance trop funèbre ou sinistre à une cérémonie peut finir par instaurer un climat malsain, et ce serait dommage, non ?

Bon, c’est pas tout ça, mais… On écoute de la musique ?

 « Highway to hell » AC/DC

 « The god that failed » Metallica (sous-titrée)

 « J’arrive » Brel

 « Le testament » Brassens

« Avec le temps » Ferré

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here