« La Petite Mort » : l’interview joyeusement funèbre de Davy Mourier

0
2075

Davy Mourier réussit l’exploit d’être un homme à plusieurs casquettes même lorsqu’il ne porte pas de couvre-chef. Auteur, dessinateur, présentateur, comédien, il fait irruption dans la BD d’humour noir avec un album qui va sévèrement bouger les lignes.

Capture-d’écran-2013-08-22-à-18.43.56 "La Petite Mort" : l'interview joyeusement funèbre de Davy MourierDavy Mourier est heureux de sortir son album, comme l’atteste d’ailleurs la vidéo sur son blog ou il déballe en direct le colis contenant le premier exemplaire de « La Petite Mort », sa BD qui s’apprête à sortir, le 4 septembre, pour être précis. Privilège de la presse, nous l’avons déjà reçu. D’ailleurs, on en fera la critique. (Attention, Spoiler : elle sera franchement excellente) Mais là, c’est avec l’auteur qu’on voulait causer un peu.

Question primordiale

Notre interviewer, donc, avait une question à poser, plus importante que toutes les autres, qui lui était venue spontanément à la lecture de « La Petite Mort » : c’est bien gentil, tout ça, mais quand est-ce que sort le tome 2, encore, encore ! Ce qui était, avouez le, un début d’interview pour le moins déroutant « Houla ! » réponds Davy Mourier, après avoir fini de rire « Déjà, attendons que celui-la sorte. Honnêtement, je n’ai rien prévu de tel, j’ai d’autres projets à mener » déception « Mais » ajoute-t-il « J’ai quelques idées. On verra, plus tard ». Parmi les projets, « L’ennui », une BD qui parle d’enfance et de religion. Prometteur…

Genèse de la petite Mort

Mais cette mort, enfant, qui veut devenir fleuriste, alors que Papa Mort et Maman Mort la destinent à reprendre l’affaire familiale, comment est elle née ? « Tout a commencé en 2010, quand mon père a fait une crise cardiaque. Bon, je te rassure, il est tout à fait remis, aujourd’hui, mais, à l’époque, j’avais des idées noires, et j’ai crayonné un strip, une BD en trois cases, mettant en scène la Petite Mort » Il précise qu’il s’agissait de « Maman, je m’ennuie – Va jouer dehors, va faucher des vieux -Pff, encore » et Davy met le Strip sur son blog « A ma grande surprise, les gens ont accrochés, et m’en ont demandé d’autres. Alors, j’en ai fait quelques autres, de temps en temps, sans idée précise ».

Mais c’est lors des séances de dédicaces qu’il réalise que son idée était bonne « En fait, c’était limite énervant » sourit Davy « Les gens venaient me demander des dédicaces de la Petite Mort, alors que j’étais là pour une autre BD, et qu’il n’y avait pas d’album La Petite Mort ! » avec même des frayeurs « Un gars s’est pointé à une séance de dédicaces, il avait Papa Mort tatoué sur la jambe. Je lui ai dit qu’il était fou, mais il m’a dit qu’il était fan, et là, j’ai commencé à réfléchir sur la possibilité d’un album». Un autre, à une autre séance, lui avait montré, entre temps, son tatouage, la Petite Mort sur le bras.

skelette-1-V2 "La Petite Mort" : l'interview joyeusement funèbre de Davy MourierDu strip à l’album

Voilà donc Davy décidé à en faire un album « J’en avais 45 pages, et j’ai proposé le projet à plusieurs éditeurs. Sans qu’ils donnent suite : le sujet ne semblait pas déclencher l’enthousiasme » la fin du projet semblait entérinée, la Petite Mort resterait sur son blog. De nombreux mois s’écoulent, et Davy rencontre Guy Delcourt, fondateur et directeur de la maison d’édition du même nom. « Il m’a parlé de la Petite Mort, qu’il aimait bien.. Moi, tout fier, je lui ai répondu que j’en avais un album complet, 45 pages. Il m’a répondu que c’était déjà bien, et qu’il en voulait 90 ».

Et là, plutôt que de prendre la plume pour compléter l’album, Davy décide de tout remettre à plat « J’ai pensé à l’histoire, à son déroulé, et j’ai tout repris. Ainsi, les 45 pages initiales publiées sur le blog, et les 90 que j’ai donné à Delcourt et qui constituent l’album, racontent deux histoires différentes » On soulignera au passage que cette démarche, outre qu’elle a donné beaucoup plus de travail à l’auteur, est extrêmement respectueuse du lecteur.

De la conception au concept

La Petite Mort n’est donc pas une compilation de strips* (*des gags en trois cases), mais l’album a un fil rouge, et raconte une histoire. Beaucoup d’humour, et des passages de franche émotion : Davy Mourier a réussi à extraire la substantifique moelle de l’humour noir. Noir, pas macabre, toute la nuance est là. « J’aime beaucoup Desproges » explique-t-il « qui riait avec ce sujets là. Il était sur scène, il avait le cancer, et il en plaisantait. C’est extraordinaire ». C’est vrai qu’il y a quelque chose de Desprogien dans la Petite Mort, et une profondeur sous le gag qui évoque aussi Franquin, celui des Idées Noires, que Davy apprécie également.

Mais l’album est loin d’être linéaire : il s’interrompt pour laisser place à des publicités décalées, ou raconter les aventures de Buzz Aldrin, sans lien évident… Au début « Je ne voulais pas faire quelque chose de linéaire, trois cases, un gag, trois cases, un gag. J’aime beaucoup les strips, par exemple, Snoopy, mais tout un album comme ça, c’est lassant. Les pubs, les aventures de Buzz Aldrin, tout ça permet de casser le rythme » l’objectif étant de maintenir constamment l’intérêt du lecteur en éveil.

« Pour les publicités » explique Davy, « Je crois que les enfants peuvent lire la Petite Mort. J’ai voulu faire un album à différents degrés de lecture, que les enfants et les adultes comprendraient différemment, bien sûr. Mais les publicités sont là à la fois pour que le lecteur, surtout le jeune lecteur, trouve des références qu’il connaît, qui lui permettent d’insérer La Petite Mort dans son univers quotidien, mais légèrement modifiées, pour montrer que c’est un univers parallèle ».

Avec, au passage, quelques clin d’œils aux geeks, comme cette référence à Mario, ou South park, recensant beaucoup de morts du pauvre Kenny. Pour cela, Davy a-t-il dû visionner tous les épisodes ? « Tous, je ne sais pas, mais la plupart, sans doute ».

Une anecdote qui ne manque pas d’étonner Davy « Les publicités pour les boissons au radium sont inspirées de vraies publicités des années 20, ou l’on venait de le découvrir et ou on pensait qu’il était bon pour la santé ». Ainsi, les commentaires en bas de la fausse publicité sont authentiques « Ce sont presque des copier-coller, des phrases authentiques que j’ai trouvées sur de vraies publicités ». La mode, on le comprend, est ensuite vite passée…

skelette-3 "La Petite Mort" : l'interview joyeusement funèbre de Davy Mourier

Des invités de marque

Au passage, on a parlé de Buzz Aldrin, mais précisons aussi que Alexandre Astier préface l’album, comment Davy a-t-il pu réunir autant d’invités de marque ? Il en rit « Pour Buzz Aldrin, ça n’a pas été compliqué, et Alexandre Astier était mon producteur sur une émission que je présentai. Un jour, on discutait du projet de la Petite Mort, et je lui ai demandé si il pouvait m’écrire quelques mots. Il m’a envoyé la préface. » Mais l’histoire ne s’arrête pas là « J’étais tellement content de ce qu’il avait écrit que je l’ai montré tout de suite à ma mère, qui m’a dit « Il te connaît bien, cet Alexandre Astier ». J’ai raconté ça à Alexandre, qui a trouvé la phrase géniale et qui m’a suggéré de le mettre à la suite ». Donc, la phrase de ta maman qui commente la préface d’Alexandre Astier est vraie ? « Tout à fait ».

Réalité augmentée et jeu vidéo

Mais l’album présente un autre aspect, celui de la réalité augmentée. Certaines pages de l’album donnent lieu à du contenu bonus. « J’avais fait une édition collector pour un de mes albums précédents, avec un CD. Sur le CD, je commentai les planches de l’album, en agitant une petite clochette pour signaler qu’il fallait tourner la page. Beaucoup de lecteurs ont trouvé l’idée excellente, et c’est dans cet esprit que l’on a fait la réalité augmentée pour La Petite Mort ». Davy rassure les puristes du livre, dont l’interviewer, qui l’a justement interpellé sur le sujet « Ce sont des bonus, des passages de conception, une Petite Mort en 3D qui va amuser les enfants, je pense, c’est du supplément, mais il ne manque rien au livre ».

En parallèle, un jeu vidéo va sortir « C’est un jeu gratuit, qui sortira sur Iphone, et qui racontera une histoire encore différente, cette fois-ci de La Petite Mort qui va collecter des âmes en enfer ». Un portage sous Android est prévu, mais « C’est plus long et plus compliqué : il y a des centaines de modèles d’appareils à tester pour la compatibilité… ».

En discutant avec Davy, on comprend qu’il est bien plus qu’un scénariste ou un dessinateur, mais un auteur, au sens complet du terme, qui s’efforce de créer quelque chose de global.

Homme orchestre

Davy ne passe en effet pas tout son temps derrière une planche à dessin, il monte aussi dessus. Sur les planches, pas forcément à dessin, mais toujours à dessein, s’entend. Ainsi, il va bientôt reprendre les représentations de son spectacle, à Paris d’abord, et ensuite, il l’espère, dans la France entière. Il est très actif dans la vidéo, présente des émissions sur des Web Télé, comme le Golden Show que produisait Alexandre Astier, justement, en bref, un auteur complet, à découvrir.

« J’angoisse un peu, parce que La Petite Mort est ma première œuvre de fiction. Jusqu’ici, j’étais plus dans l’autobiographie, mes angoisses, ma thérapie… » Nous, on ne doute pas du succès de l’album. Tiens, en parlant d’angoisse, ça ne fait pas trop bizarre, de se retrouver dans un journal spécialisé dans les pompes funèbres ? « Au début, j’ai été surpris, mais au final, j’ai trouvé ça logique. C’est vrai qu’à part Pierre Tombal, ce n’est pas un sujet courant en BD ».

En tout cas, Funéraire Info a adoré La Petite Mort, et nous ne nous priverons pas, dans les semaines à venir, de le faire savoir et de le rappeler !

Capture-d’écran-2013-08-22-à-18.45.08-300x167 "La Petite Mort" : l'interview joyeusement funèbre de Davy Mourier « La Petite Mort », Davy Mourier, Editions Delcourt, 96 pages, 14.95 euros

Allez-y de notre part :

Le site des Editions Delcourt

Badstrip, le Blog de Davy

La page Facebook de La Petite Mort

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.