La Toussaint 2012 des sites internet dans le domaine du funéraire

1
905

Toussaint 2012, la rumeur bruisse dans le petit monde des pure players travaillant sur internet dans le monde du deuil, de la mort, du souvenir ou de l’information funéraire…

  • X va sortir un nouveau site internet…
  • Tu as entendu parler du projet Y… ?
  • Il parait que…

Les projets se finalisent, les sites se préparent à éclore sur la toile, la tension monte, les communiqués de presse se peaufinent.

En effet, à la Toussaint s’offre pour nous la seule fenêtre pour tenter de communiquer et faire connaitre nos services et nos innovations. La presse va faire des articles sur les obsèques trop chères, sur la difficulté pour nos concitoyens d’assumer financièrement un départ brutal de proche qui n’avait pas prévu ses funérailles, on va parler d’éthique, d’écologie, bref les marronniers habituels…

On va tenter de faire parler de nous et nous sommes tous en train de travailler nos RP vers la presse écrite, la radio et la télévision pour essayer de capter l’attention d’un ou d’une journaliste qui va peut-être traiter la Toussaint sous un angle un peu différent et plus techno.

google-analytics-supports-300x225 La Toussaint 2012 des sites internet dans le domaine du funéraire
La Toussaint des sites internet

Un article dans la presse, une radio ou un passage à la télé et c’est l’excitation, c’est bon, ca marche, il y a un frémissement, mon book de presse va s’épaissir… je vais pouvoir aller voir des investisseurs ou des professionnels du secteur, on se couche heureux mais on se réveille groggy !

Au mieux, nous avons eu pendant deux jours 500 visiteurs en plus, au pire (après un passage à la télévision) le site est down pendant deux jours… et oui les finances étant limitées, nous n’avons pas investi dans le serveur le plus robuste.

Communiqué de presse, la grille de lecture :

  • Une innovation majeure dans le monde du funéraire en France…
  • Une nouveauté dans le monde des obsèques…
  • Un développement national et international…
  • Pour la première fois en France… Et en Europe…
  • Nous avons déposé le brevet de…
  • Plus de 10000 visiteurs uniques…

Si on gratte un peu, on peut se rendre compte que nous n’avons rien inventé et que le concept existe depuis longtemps dans les pays anglo-saxons ou ailleurs. Nous pensons avoir découvert la martingale mais nos modèles économiques sont flous voir inexistants et l’idée souvent géniale dans la phase d’excitation liée à la création peut s’avérer irréaliste dans les faits.

Quelques exemples

  • Vendre un cercueil directement sur internet, c’est moins cher ! Vous allez souvent au restaurant avec votre entrecôte ? Et la pelle est offerte?
  • Un cimetière virtuel payant sur le principe de la concession ! Le marché Français est très différent du marché américain…
  • Le QR code ou datamatrix sur les tombes, pour le vendre au fond des deux Sèvres ou au Père Lachaise, c’est pas gagné…

On se connait tous

On a échangé des liens, on c’est rencontré pendant des colloques, des salons ou ailleurs. Les discussions peuvent être franches et constructives ou, au contraire, chargées de langue de bois… Exemple…

  • Je suis en train de finaliser un gros contrat avec un acteur incontournable du secteur.
    Il faut comprendre : Je m’épuise dans des RDV …
  • Je suis étudiant et je fais un mémoire sur internet et le funéraire.
    Il faut comprendre : Je vais monter un site et je cherche des idées…
  • Ca marche bien, 10 000 visiteurs uniques.
    Il faut comprendre : par semaine par mois ou par an ?
  • Je suis en train de finaliser un gros partenariat.
    Il faut comprendre : avec un site PR1 dans le domaine de l’automobile…
  • On travaille sur une levée de fond.
    Il faut comprendre : je colle des timbres sur des enveloppes pour envoyer des « executive summary ».
  • J’ai fait une augmentation de capital.
    Il faut comprendre : je suis passé de 1000 à 2000 euros de capital (merci société.com) !
  • Je serais présent au salon de…
    Il faut comprendre : Je tente d’échanger un stand contre une bannière sur mon site, sinon je serais à la buvette, j’ai pas d’invitation tu en aurais ?…
  • Mon CA se développe.
    Il faut comprendre : je suis passé de 200 euros à 400 euros sur l’année grâce à mes amis…
  • Nous devrions faire des choses ensemble et nous fédérer.
    Il faut comprendre : Je te téléphone au moment du dépôt de bilan pour éventuellement reprendre ton nom de domaine à la casse…
Lire aussi :  Suicide, croque-mort et Jawad…l’actualité du mercredi 25 avril

Je suis un peu caustique, mais certaines rencontres sont porteuses d’échanges et de projets et sans langue de bois, mais je ne vais pas vous en parler.

mauvaise-humeur-300x255 La Toussaint 2012 des sites internet dans le domaine du funéraire
Les sites internet dans le funéraire

La réalité, comme dans la vraie vie, les sites internet dans le funéraire meurent aussi !

Les professionnels du secteur nous regarde avec gourmandise nous épuiser tout en se frottant les mains car nous sommes quelque part effectivement des précurseurs et la franche rigolade d’il y a trois an se transforme chez certains en inquiétude….

Nous travaillons chacun dans notre coin en faisant souvent la même chose alors que nous devrions clairement faire une alliance pour être présents sur les salons, dans la presse professionnelle et les événements de manière groupée.

Se fédérer : voilà l’objectif.

Tout en gardant chacun notre indépendance, avoir l’intelligence de travailler ensemble, pour, poids plumes du marché, former une masse compacte et prête à résister contre les avanies. Ne soyons pas naïfs : les gros du marché ne voudront sans doute pas, le jour où le créneau sera suffisamment développé, et c’est demain, travailler avec nous. Ils voudront nous évincer : hors de question de partager le gâteau. Même pas un merci pour avoir défriché le terrain. Et certains travaillent déjà sur le sujet…

Les sites apparaissent, vivent, survivent et disparaissent. Pour preuve, le nombre d’acteurs présents au Salon de la mort aujourd’hui au panthéon numérique, 2day4ever, laviedaprès, sans oublier les autres dont j’ai oublié le nom et mon navigateur aussi. Des grosses ambitions au démarrage, puis de grosses déceptions…

Il faut pour percer, des moyens, un modèle économique, de la chance, un réseau, on ne peut se battre contre les gros professionnels du secteur ou la presse, il faut donc travailler ensemble.

Lire aussi :  Arme dans le cercueil, gens du voyage…l’actualité mortelle du 30 mars

Nos chouchous, car tout n’est pas sombre!

Avisdedeces.net, sur les avis de décès, obsèques-info.com de Charles ou comitam de Camille sur la mise en relation et les devis obsèques, les sites coffres fort ou de transmission comme Edeneo, de Gael et Sébastien, le travail de Sandrine de Foruforever.net, teinté d’humanité, la volonté de Fanny d’e-mylife qui, sans gros moyens mais avec cœur, poursuit son activité, le portail grand public de Virginie avec Alloleciel.fr. (un peu de réclame pour nous aussi avec nos sites, www.memoiredesvies.com, www.netcropole.com, www.mediahub.fr, www.avis-de-deces.tv, www.funeraire-info.fr

et notre solution de retransmission vidéo de cérémonie funéraire pour les crématoriums et les chambres funéraires)

 

La Toussaint 2012 ne vas pas déroger à la règle : nous allons assister à la naissance de nouveaux sites avec un concept novateur qui va révolutionner le monde du funéraire en France (mon œil), des nouveautés pas nouvelles, des sites venant bouleverser le paysage car avant eu « il n’y avait rien »…

Sans parler, bien sûr, des sites qui existaient déjà avant la Toussaint, voyaient leur audience et leur part de marché stagner, et voient là une bonne occasion de faire parler d’eux en se présentant comme « nouveaux » et « révolutionnaires ».

La réalité est la suivante : un hébergement coûte cher, un développeur coûte cher, faire travailler des amis gratuitement ne dure pas même contre la promesse d’actions de la société quand le concept va décoller, faire de la pub sur google ou dans les revues professionnelles coûte cher, se rendre à un RDV coûte cher, faire un salon coûte cher, embaucher coûte cher, se faire référencer coûte cher, une assurance en responsabilité civile coûte cher, animer son site, son compte Facebook, son twitter, son google +, son Youtube, c’est du temps, donc de l’argent et il serait intéressant de circulariser les sommes investis dans le secteur funéraire par les nouveaux acteurs sur internet, sans doute plusieurs millions d’euros sans oublier le temps et l’énergie difficile à quantifier !

Bienvenue aux nouveaux sites mais nous vous souhaitons d’avoir « la vraie bonne idée », d’être armé de persévérance et de quelques moyens financiers, sinon la Toussaint 2013 pourrait être l’occasion de votre éloge funèbre, votre requiem ou votre chant du cygne.

Bonne Toussaint 2012 à tous !

PS: ne pas hésiter à nous transmettre vos communiqués de presse, nous les relayerons et si le sujet nous semble important nous vous contacterons pour une ITW!

 

 

 

 

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here