La vie après la mort, une réalité biologique

0
1316
morgue mort

Il y a de la vie après la mort. Etonnante certitude scientifique désormais, qui interroge nos repères. Une équipe de microbiologistes de l’université américaine de Washington (menée par Peter Noble) a publié ses résultats voici quelques jours, qui portent sur la souris et le poisson-zèbre. Etonnant.

Ces chercheurs ont posté leurs constats sur le serveur de pré-publication scientifique BioRxiv. Ils ont constaté que plusieurs heures après la fin de la vie, des centaines de gènes continuaient à fonctionner, parfois avec plus de force encore. Le cœur, le cerveau, la respiration sont arrêtés. Médicalement parlant, le corps ne fonctionne plus. Et pourtant, en laboratoire, 515 gènes de la souris sont encore actifs dans les premières 24 heures, et 548 gènes sont toujours actifs quatre jours après la mort du poisson-zèbre.

Beaucoup d’entre eux interviennent pour lutter contre le stress et l’inflammation. D’autres interviennent dans le développement embryonnaire. Problème : parmi ces gènes, certains favoriseraient la croissance de cancers. D’où une interrogation légitime sur le prélèvement d’organes et la transplantation, qui pourraient expliquer que des greffés ont plus de chances de développer ces pathologies.

En attendant de voir ces résultats soumis à contre-vérification de la communauté scientifique, il faudrait évidemment aussi valider ces constatations sur l’homme, et peut-être redéfinir notre définition de la mort.

L’équipe de l’université de Washington, qui parle d’indices laissant penser que la situation serait la même chez nous, extrapole d’ailleurs déjà l’utilité d’une pareille vérification. Notamment pour la médecine légale, qui pourrait ainsi dater précisément un décès en étudiant la dégradation des gènes post-mortem. Un outils bien utiles dans les enquêtes criminelles.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.