L’art funéraire, de la céramique au potager

0
416
(Capture Facebook Gaëlle Le Guillou)

Un univers de fantaisie, de mouvement, d’optimisme : c’est ce qu’a trouvé la céramiste nantaise Gaëlle Le Guillou pour « apprivoiser la mort ». L’art funéraire est l’un des thèmes actuellement privilégiés par l’ancienne styliste de mode. Elle expose (notamment) dans les cimetières de la ville, une tombe potagère par-ci, une gisante en fleurs par-là.

Le-Guillou-150x150 L'art funéraire, de la céramique au potager
(capture Facebook)

Lauréate 2014 du prix des arts visuels de Nantes, elle y exposera ses compositions dans quelques jours. Ceux qui suivent la quadragénaire se remettent à peine de sa dernière prestation au cimetière de la Bouteillerie, près du Jardin des plantes.

Ayant acheté une concession pour 15 ans, elle a décidé d’en faire une « tombe potagère », et d’y associer son public. Le 30 mai dernier, entourée d’amis, elle y installait son jardin hors sol, « en lasagne », c’est-à-dire accumulant plusieurs couches de carton, paille, fumier, compost et terreau, le tout entre quatre planches.

Ceci fait, elle y a planté des fleurs, des légumes dont des courgettes blanches qui ont donné tout l’été, et qu’elle a cuisinées. Quatre fois en août, elle a convié au cimetière ceux qui souhaitaient arroser les légumes, et papoter un peu. Une façon d’animer artistiquement ce lieu, qu’elle jugeait trop austère et minéral, mais aussi d’alerter sur les produits chimiques utilisés sur place, et de démontrer qu’on peut personnaliser une tombe. A l’instar de ce qui se fait dans d’autres pays européens.

Le-Guillou3-300x199 L'art funéraire, de la céramique au potager
La tombe gourmande (capture Facebook)

Ce n’est pas la première fois qu’elle investit ainsi un cimetière, elle qui crée par ailleurs des « urnes nuage ». Outre la « tombe potagère » (une idée dont elle parlait depuis plusieurs années), Gaëlle Le Guillou a exposé dans la ville les œuvres céramiques « La tombe gourmande » (2013) et « La gisante en fleurs » (Toussaint 2012 au cimetière nantais de la Miséricorde).

Lire aussi :  Crématorium, cimetière, Pompes funèbres… L’actualité du 4 juillet 2018

Pour sa « Gisante », elle a dépoussiéré le genre, s’inspirant des couronnes de fleurs en céramique qui peuvent orner des tombes. Cela en fait une silhouette fleurie et colorée, revêtue d’un voile. Sa « tombe gourmande », pleine de fantaisie, de la taille d’une sépulture standard, n’a rien d’austère non plus. Elle est recouverte d’un joyeux tapis de fleurs bariolées. Et ça change tout.

Exposition à Nantes du 21 octobre au 15 novembre (à L’Atelier, 1 rue de Chateaubriand). Site internet : www.gaelleleguillou.net

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here