Le Choix Funéraire sur le policier de TF1 : quel mobile ?

0
394
Ce soir, la série policière sur TF1 sera sponsorisée par Le Choix Funéraire. Un bon choix ?

Une musique guillerette, un spot uniquement rédactionnel, sans images (où est passé le gentil conseiller funéraire qui rendais son nounours à la petite fille?) pour annoncer que le Choix Funéraire vous présente votre feuilleton de ce soir. En prime time sur TF1 : manifestement, il y a des tirelires qui se sont cassées.

Le choix de TF1 semble, au passage, une évidence : alors que les autres chaînes traversent des zones de turbulences, la première télévision de France le reste dans tous les sens du termes, absolument imperturbable. Sans rancune, d’ailleurs : TF1 est propriété de Martin Bouygues, et le Choix Funéraire, comme l’ensemble de la profession, ne lui tient pas rigueur de ses efforts pour se soustraire à ses obsèques prématurément annoncées par l’AFP.

Du choix d’un feuilleton

Les feuilletons policiers ont toujours été un bon choix pour les sociétés de pompes funèbres, mais avec un ciblage extrêmement précis. Les sociétés étaient prêtes à tuer pour passer leur spot juste avant Derrick. Horst Tappert restera sans doute dans l’histoire comme le plus important prescripteur de contrats obsèques de l’histoire.

Mais Derrick, quoique restant une excellent série télévisée à la profondeur philosophique inversement proportionnelle à son rythme endiablé (je ne tiens pas à me faire lyncher par des fans, il en reste) se distinguait par son extrême componction. Les assassins étaient toujours polis, propres sur eux, et tuaient de la façon la plus discrète possible.

Ce soir, dans Section de Recherches, le premier épisode nous raconte l’histoire d’une maire de village retrouvée dévorée par des loups en robe de soirée au fin fond d’une forêt, le second l’histoire d’un homme abattu après avoir été torturé, bref, des intrigues un brin sadiques, retorses, des enquêtes menées par des personnages écorchés vifs (dont on se demande comment les psys de la gendarmerie à laquelle ils sont censés appartenir les laissent encore exercer), et l’on soupçonne que le fan moyen de Derrick ne sera pas devant son poste.

Lire aussi :  La place des femmes dans le milieu du funéraire à travers les siècles
Quelle cible ?

Alors, on s’interroge : à qui s’adressent ces spots ? Manifestement, ce sont des publicités de notoriété, piqûres de rappel efficaces pour les réseaux qui sont déjà bien présents dans les esprits. Spontanément, on en citera deux, et si le Choix Funéraire est connu, il ne fait pas partie encore du duo : cette phase là est à parachever.

Cibler des clients potentiels ? TF1 vise avec ces séries les « ménagères de moins de cinquante ans », qui ne se sent généralement pas encore concernée par les contrats obsèques. De ce point de vue, le spot aurait été plus efficace juste avant « les feux de l’amour ». Quand aux familles en deuil… Les familles qui viennent de perdre un proche et cherchent une société de pompes funèbres ne regardent généralement pas section de Recherches ou la télévision en général : elles ont d’autres préoccupations.

L’entrepreneur en quête d’un réseau à rejoindre ? Peut être… mais il existe d’autres canaux d’informations, moins coûteux et largement plus efficaces. Ce ne sont pas un ou deux membres de plus qui pourraient amortir le coût de la campagne.

Et donc ?

Le Choix Funéraire doit savoir ce qu’il fait en sponsorisant ainsi la série phare du jeudi soir sur TF1, créneau ultra-stratégique précédemment occupé par Navarro ou Julie Lescaux, mais sa stratégie n’est pas aisément lisible par le néophyte. Nous serions ravis qu’ils nous l’expliquent. Une seule certitude, que nous pouvons, sans avoir l’information précise, avancer : ça a dû coûter des sous.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here