Le presbytère de Borley : le canular le plus hanté d’Angleterre

0
1290

Le presbytère de Borley, en Angleterre, est réputé être le lieu le plus hanté du monde, bien que sa sinistre réputation repose sur un canular. Visite.

Borley-Rectory-1892-300x224 Le presbytère de Borley : le canular le plus hanté d'Angleterre
Le presbytère vers 1892

Fantômes contre fantômes

L’Angleterre est la patrie des fantômes, après que nos amis britannique aient renoncé à lutter contre la France sur le terrain culinaire. Piètre combat en vérité. Je me rappelle qu’un jour, alors que je visitais un château hanté, je demandai au guide si il avait déjà vu des spectres. Il me répondit tristement « Non, monsieur, il n’y a pas de fantômes ici » puis il partit, tout simplement, en traversant le mur sur un dernier sanglot lugubre. Je trouvais cela curieux : la porte était à moins de deux mètres, il eût été plus simple de l’emprunter.

Or donc, ce presbytère est réputé le lieu le plus hanté d’Angleterre. Bien entendu, tout cela part d’une légende immémoriale, digne d’un roman à l’eau de rose.

L’histoire du presbytère

Il fut construit en 1863 sur les restes d’un prieuré cistercien lui-même bâtit en 1362, par un révérend du nom d’Henry Bull. C’est ici que commence la légende : un jeune moine serait tombé amoureux d’une future none. Ils cherchèrent donc à s’enfuir dans un chariot mais ils furent rattrapés puis condamnés. La future Sœur fut emmurée vivante dans la crypte et son compagnon, quant à lui, fut suspendu par les cervicales au bout d’une corde. Pendu, en un mot.

Hanté ou en café ?

En 1930, la demeure fut rachetée par le révérend Lionel Foyter. Il s’y installa en compagnie de sa femme et de sa fille adoptive. Ils n’y restèrent que 5 ans. En effet, sa compagne, Marianne, aurait témoin de plusieurs manifestations surnaturelles. Le principal phénomène qui s’y produit fut l’apparition d’écritures sur les murs, du papier, venu de nulle part. Quant au révérend, il raconta que la cloche se mettait à sonner toute seule, et que Henry Bull lui apparut à maintes reprises. Le mystère s’épaissit encore lorsque des livres et divers autres objets apparurent comme par enchantement pour venir se briser sur le sol ou s’écraser sur les murs de la bâtisse. La famille tenta de procéder à un exorcisme mais en vain. L’épouse du révérend fut lancée plusieurs fois hors de son lit. Cela en était trop pour la famille, ils décidèrent de partir. Plus personnes ne voulait habiter la demeure maudite, mis à part Harry Price, célèbre chasseur de fantôme. Il y installe une équipe d’enquêteurs. Il affirma que de nombreuses manifestations paranormales eurent lieu en sa présence.

Lire aussi :  Pourquoi le prix des cercueils va augmenter ?

La suite, la suite !

Peu de temps après, c’est la famille Gegson qui vint y loger. Le jeune fils du Capitaine William Gegson et son frère, Anthony, furent les derniers témoins manifestations. En effet, lors de la nuit du 27 au 28 février 1939, le prieuré pris feu. Alors qu’il n’était plus que ruine, on y découvrit un squelette, probablement celui de la none emmurée longtemps auparavant.

L’histoire ne s’arrête pas là : en 1955 une célèbre photographie par un journaliste de Life fut prise montrant une pierre se mouvant toute seule …

En 1958, il fut porté un sacré coup à la crédibilité de cette histoire. Marianne Foyter avoua avoir menti. Elle et son mari avaient mis tout cela en scène.

Pourtant aujourd’hui encore, de nombreux témoins du monde entier qui visitent les ruines de la funeste demeure, ont affirmé avoir vu, entendu des choses étranges. Pour corroborer ces faits, des dizaines et des dizaines de photographies furent prises sans jamais révéler quoi que ce fut d’irréfutablement probant.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.