Lombalgie aux pompes funèbres, plein le dos !

4
1474

Les postures dans les pompes funèbres, ou l’art de bien se tenir : une importance capitale, comme on s’en rend compte… Souvent quand il est trop tard…

Mon ami Marcel

Vous ais-je déjà parlé de mon ami Marcel ? J’ai changé de prénom, bien entendu. Lorsque je vais rendre visite à mon ami Marcel, je sais quand c’est lui qui vient ouvrir la porte : elle met un temps infini à s’ouvrir, et de derrière proviennent des gémissements déchirants. Lorsque c’est sa femme qui vient ouvrir, je me précipite au pas de course au salon pour lui serrer la main alors qu’il est encore assis.

Parce que voir Marcel se lever de son fauteuil est une douleur en soi : autant voir un caillou se déplier, grinçant et gémissant comme la montagne sur une faille sismique. Quand enfin je demande à Marcel comment il va, sa réponse est immuable : « Bah, le dos ».

Et je me rappelle Marcel, en convoi, qui se penchait en avant, saisissait le cercueil et le soulevait à la seule force de ses bras, ou qui, en équilibre précaire entre deux monuments, déplaçait une pierre tombale à mains nues. Ou râlant lorsque nous avions une formation sur les postures : « Ca sert à rien, ce truc ».

On dirait, comme ça, que Marcel a tort : une bonne posture, ça évite de se retrouver e invalidité avant soixante ans.

Les postures, une corvée

Il faut être clair : les postures sont une corvée. Se baisser en pliant les genoux avec le dos bien droit pour remonter parfaitement à la verticale pour soulever un cercueil n’est pas un mouvement naturel, alors qu’il suffit de se baisser pour le ramasser.

Lire aussi :  Inscrivez-vous gratuitement au 1er Salon du Funéraire Grand Sud

Il suffit de voir l’initérêt des vétérans lors des quelques formations dispensées pour se rendre compte du problème.

Le problème avec le dos, c’est qu’il s’agit d’un mal sournois, qui s’installe lentement, mais sûrement. Les premiers signes apparaissent à froid, après un effort conséquent. Une petite douleur, guère plus, en se redressant. Mais les nerfs se déplacent, les articulations prennent des positions non naturelles, et un jour ou l’autre, tout cela finit par vous clouer sur place de douleur.

charge2 Lombalgie aux pompes funèbres, plein le dos !
Alain Roulier source naturemania.com

Le mal de dos, un problème funèbre

« Dorsalgies », « lombalgies », « lumbago », « mal de reins », « tour de rein », peu importe, sont la première cause de l’invalidité chez les adultes de moins de 45 ans, et 80 % des français en souffriront un jour. Dans la majorité des cas, ce sont des contractures musculaires. Il peut s’agir de perturbations au niveau de l’articulation entre deux vertèbres : le noyau central du disque ou « nucleus » peut se déplacer et sortir de l’espace séparant les deux vertèbres en formant une « hernie discale ». Cette hernie n’est douloureuse que si le nucléus appuie sur une racine nerveuse. Le plus souvent la hernie discale régresse spontanément ; un glissement d’une vertèbre par rapport à celle située juste en dessous peut survenir, soit après un effort violent, soit par un phénomène de vieillissement. On parle de « spondylolisthésis ».

Et le funéraire, ou l’on est amené à porter des charges lourdes dans des situations pas toujours évidentes (les brancardages dans certaines réquisitions par exemple) est un domaine qui favorise la survenance de ces soucis.

Sensibilisation à la formation

Aussi, si un article n’est pas le terrain propice à la formation aux postures, il est néanmoins le lieu idéal pour souligner son importance. Non seulement la connaissance théorique de la bonne position pour soulever et porter un cercueil est important, mais plus encore son application.

Lire aussi :  Pourquoi le prix des cercueils va augmenter ?

Certes, ce n’est pas facile de s’y tenir au début, certes, vos collègues vous regarderont bizarrelent parfois, mais vous aurez, avec un peu de patience, la joie un jour de pouvoir leur adresser un sourire narquois lorsque vous les verrez grimacer.

Et vous vous éviterez surtout des douleurs intenses. Croyez-moi : les lombalgies, on en a vite plein le dos.

Guillaume Bailly

4 COMMENTAIRES

  1. Et le fait de porter un cercueil à l’épaule, quel genre de position favorable existe??????
    Il n’y en a pas!
    Tout simplement parce que nous ne sommes pas des mulets! C’est comme ça que tous les porteurs se « cassent » les épaules, la cage thoracique, la colonne vertébrale, et se « tassent »… Et je parle d’expérience. Il n’y a pas que le dos, beaucoup de collègues se font opérer des épaules « usées » de leurs années de portage.
    Voilà pourquoi ce genre de formation me fait bien rire!
    Certes il faut se baisser pour soulever et s’éviter certaines douleurs. Et je suis le premier à le faire et le dire aux plus jeunes, cela ne m’empêche pas de souffrir aujourd’hui des épaules et du dos!!
    Et oui car grande nouvelle, on ne fait pas que soulever, on porte surtout! Et là, aucune solution si ce n’est d’arrêter de vouloir « casser » des vivants pour des morts… Le portage à l’épaule ne devrait plus exister au 21ème siècle! C’est honteux ce genre de pratique quand on voit les dégâts sur les personnes.
    Le mal au dos maladie du siècle? Qui coûte chère au niveau humain, financier c’est vrai.
    Le problème est que rien, absolument RIEN n’est fait pour l’éviter alors qu’une solution toute bête existe : ne plus prendre les humains pour des animaux de trait.
    Mais on s’en fout. Des collègues qui finissent avec des soucis de santé, on en connait tous dans les pompes. Et après? On regrette? Mon cul!
    Bah on prend un jeune en pleine santé que l’on va casser et c’est reparti en lui faisant ce genre de discours et de formation et voilà…
    Soyons sérieux, c’est de la poudre aux yeux dans notre métier de porteur…..
    Désolé mais un peu de critique et de réalisme font du bien de temps en temps. Il y a une réelle souffrance dans le personnel des pompes funèbres…Mais ça chuuuut, faut rien dire, taboue….

  2. Dormons dans des lits longs. Pour les grands, un lit de 210 ou plus s’impose.

    Pourquoi cet avis ?

    On ne peut pas éviter le mal de dos. Notre vie le sollicite beaucoup alors que c’est la partie la plus fragile de notre corps. A moment de le reposer, cad la nuit, on le met dans une petite boite de 190 de long… N’avez-vous jamais remarqué combien notre corps est endolori quand on dort dans de mauvaises conditions ?

  3. […] Un temps infini Ë Se ouvrir, et de Derrière proviennent des … Lire la suite sur Funéraire-info Des Bons points d’écoulement l’e-cigarette Une Étude scientifique Publiée jeudi […]

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.