Marbrerie, savoir présenter un monument funéraire

3
1309
Schéma de pierre tombale 1. semelle, 2. soubassement, 3. stèle, 4. tombale
Après avoir reçu une famille pour des obsèques, il faudra peut être leur vendre un monument. Pour cela, il convient de connaître certains éléments.
Le monument

A moins que l’on ne vous commande une chapelle, cas rarissime, vous aurez la plupart du temps à vous occuper de la vente de tombes. Du monument basique aux modèles les plus travaillés, les règles restent les même. Un monument est généralement constitué de quatre parties.

La semelle : partie horizontale qui forme l’assise du monument. Elle peut être constituée de plusieurs parties (ou monolithe). La partie de la semelle sur laquelle repose le poids du monument est appelées « recette de pose ».

Le soubassement : appelé parfois parpaing, le soubassement peut être composé de quatre ou cinq pièces ou d’un seul bloc, appelé alors monolithe. C’est la base du monument funéraire. Généralement, sa hauteur varie de 15 à 22cm. On peut le finir avec une jardinière, ou un prie-Dieu.

Le socle et la stèle : élément vertical destiné à recevoir l’épitaphe et/ou l’ornement. La stèle peut prendre diverses formes en fonction de la demande. Certaines sépultures s’en dispensent.

La tombale : élément horizontal recouvrant tout ou partie de la sépulture. Ses formes et dimensions peuvent également varier.

Les matières

Un monument peut être fait de différentes matières, un nombre desquelles le marbre, peu fréquent et franchement déconseillé.

Le granit : Le granit ne demande aucun entretien. C’est un matériau naturel poli donc il ne faut rien mettre dessus mise à part de l’eau. Il est aussi déconseillé de le frotter. Les couleurs du granit révèlent généralement son origine : le bleu pour la Scandinavie, le rose pour la Chine, l’Inde, l’Espagne, le Brésil ; le noir pour la Chine, l’Inde, l’Afrique ; enfin le gris pour le Tarn ou la Bretagne. Le granit du Tarn étant généralement moins onéreux et plus résistant.

La pierre : la pierre est une matière beaucoup plus poreuse. Elle prend énormément la poussière, qui s’incruste et la noircit. Elle davantage d’entretien que le granit.

Le marbre : même si il a donné son nom à la marbrerie et aux marbriers, le marbre est très rarement utilisé. Le choix des couleurs est plus restreint, noir ou blanc, et le marbre n’est pas adapté à l’extérieur et aux éventuelles intempéries comme la pluie. Poreux et cassant, il est de surcroît plus difficile à travailler.

Le métal : et oui, c’est nouveau, mais les traitements et le travail du métal ont tellement évolué que la sidérurgie vole au secours de la marbrerie traditionnelle. Citons les monuments de Funeral concept, par exemple, qui prouve à lui seul les capacités quasiment illimitées de ce support.

Et ensuite

S’il convient de connaître les différentes possibilités offertes par les monuments, il est absolument impératif de connaître la législation et les spécificités de chaque cimetière ou vous aurez à les implanter. Au Père Lachaise ou au cimetière Montparnasse, dans certains carrés, par exemple, vous vous verrez imposer un certain type de pierre. Dans bon nombre de cimetières du sud-est de la France, tâchez de ne pas vous présenter avec un monument de 1 mètres sur deux, gain de place oblige, le 80 par 180 centimètres est en vigueur sur beaucoup de sites.

Mais poser votre monument fraîchement vendu est un autre sujet, nous y reviendrons donc dans un article dédié.

3 COMMENTAIRES

  1. Ce sont des informations intéressantes sur les monuments funéraires. Je ne savais pas que généralement la hauteur d’un monument varie de 15 à 22 cm. Je me demande ce qu’on ferait si on voulait un monument plus grand que cela. J’imagine que c’est quelque chose qui se passe souvent.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here