Mon cœur est un Cercueil, « Le Deuil de l’Amour »

1
378
Le Deuil de l'Amour
Le Deuil de l'Amour, les visions sombres de Cassandra

Nous avons souvent tort de penser que faire le deuil d’une personne décédée est la chose la plus insurmontable qui existe, (Bien sûr tout ceci varie suivant les personnes car nous n’avons aucun la même capacité émotionnelle à surmonter les épreuves).

Il est certes plus difficile, voire même impossible d’essayer d’atteindre une personne qui a quitté ce monde mais qu’en est-il des sentiments, de la frustration que nous ressentons vis à vis des vivants, qui par leurs choix prennent un départ, qui décident soit de changer de vie ou encore de changer ceux qui les entourent. Ces personnes qui ont la possibilité de dire « non » ou vouloir marquer un « stop », car comme nous le savons le point négatif à toujours le dessus. Le deuil n’est pas uniquement associé à la mort et nous le sommes bien plus souvent que nous le pensons, on ne s’en rend pas forcement compte tout de suite car c’est un grand mot qui a pour habitude d’être employé le plus souvent pour de grande  »Tragédie ».

Revenons sur le sentiment de frustration, tout le monde peut être concerné avec un ressenti propre à nous même, mais les résultats sont statistiquement les mêmes, car il est difficile d’atteindre une personne qui est dans une phase négative, sentimentalement parlant. Le deuil de l’amour comporte lui aussi ces 5 étapes : Le déni, la colère, le marchandage, la dépression, l’acceptation. Développons ces étapes de ce deuil vivant, le déni : refuser la situation, croire qu’une solution est toujours possible, vouloir croire encore et encore à une issue possible dans cette phase négative. La colère : cette phase de culpabilité, de ressenti qui transforme votre tête en vrai quizz, qui cependant se rattache quelque part au déni car on croit toujours à une solution possible. Le marchandage : vient le temps des négociations, des regrets, du fléchissement de l’âme ou ravalement de la fierté, des excuses qui suivant certains cas n’ont pas de sens réel car il est difficile de définir vraiment un problème concret, car ce qui n’a de sens pour nous peut en avoir pour l’autre. Cette incompréhension est due à nos différents modes de fonctionnement, car comme je l’avais expliqué dans une de mes théories, nous sommes près de 7 milliards sur terre, nous possédons certes une masse cérébrale physiquement identique mais nous avons 7 milliards de mode de fonctionnement différents, de quoi rendre la connexion parfois difficile entre individu. La dépression : phase qui varie suivant notre capacité émotionnelle à accepter les choses, qui pourrait être plus ou moins longue, phase du  » plus jamais » , où l’on rends l’être aimé unique, la nostalgie, où l’on se nourrit de ses souvenirs, où l’on essaye de retrouver la personne à travers chacune de celles que l’on rencontrera. C’est aussi la phase la plus naïve selon moi, celle qui avec le recule nous remémorera ce moment important en amont mais qui part la suite nous fera développer un sentiment de ridicule. Puis vient celle qu’on attend le plus : l’acceptation : la délivrance, le renouveau, le sentiment de se sentir prêt à recommencer une nouvelle vie, changer de « peau », se réouvrir aux autres, se sentir près à nouveau de ressentir de nouvelle sensation, avoir de nouvelles résolutions, croire en soi, réorganiser sa vie et retrouver son plein fonctionnement.

J’ai souvent comparé le mal d’amour à une maladie psychologique, car c’est une pensée un peu tourner vers l’extrême, mais si on prend le temps de l’analyser d’un peu plus près on peut parler de « symptômes », de trouble, de changement de la pensée, on sent même des changements qui sont intérieur et qui peuvent déclencher des douleurs physique parfois , on essaye de tromper son système , ces circuits par des médicaments, des placebo, mais il est impossible de tromper notre mémoire et capacité à se souvenir. Je ne crois pas au « Grand Amour », ni au fait que nous ayons la capacité de ressentir intensément des sentiments pour une seule et unique personne, car chaque fois que nous ressentons une émotion qu’elle soit de l’ordre de l’amour ou autre elle varie suivant les personnes pour qui nous les ressentons. Nous avons cependant un côté naïf, car quand nous sommes emportés par ce sentiment, nous idéalisons la personne, notre relation, qu’on ne cesse de bovaryser à chaque fois car celui qui fût blesser blessera, celui qui blesse fût blesser, c’est un cercle vicieux, mais le plus important est de profiter des instants présent car nos souvenirs sont bien les seules choses qui ne pourront jamais s’en aller.

« Derrière mon orgueil, moi je porte le deuil de la froideur dans l’œil car mon cœur est cercueil  » VII

Les-visions-sombres-de-Cassandra-300x300 Mon cœur est un Cercueil, "Le Deuil de l'Amour"Je m’appelle Cassandra, j’ai 21 ans , j’ai fait une formation de conseillère funéraire . J’écris depuis toujours, je suis une cartésienne qui écrit des textes purement nihiliste , mes théories sont basées sur certaines études, je suis une femme qui à soif de connaissance. Je m’intéresse plus particulière au cerveau humain ,à son mode de fonctionnement, au monde du funéraire . Ma grande source d’inspiration est basée sur la philosophie épicurienne. Je suis également très porter sur la criminologie. J’ai créé  »la parole des faignants » dans le but de vous faire partager mes théories , mes pensées , et que vous aussi puissiez vous exprimez librement sur votre philosophie.

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here