Mourir chez soi : de moins en moins vrai

0
425

On meurt moins chez soi et davantage en maison de retraite et à l’hôpital. Une tendance qui se dessinait déjà. Mais, dans la revue spécialisée « Médecine Palliative » de mai, deux chercheurs y mettent des chiffres, montrant l’ampleur du phénomène. Ils ont étudié la mortalité française entre 1990 et 2010.

Sur cette période de vingt ans, le domicile est le lieu de 28,5 à 24,5 % des décès. L’hôpital stagne (de 55,5 à 55,9%). La maison de retraite passe de 13,2 à 15,8%.

D’après Lucas Morin et Régis Aubry (de l’Observatoire national de la fin de vie), les personnes âgées n’ont majoritairement pas la mort qu’elles souhaitent : 80% aimeraient décéder chez eux. Mais la réalité est toute autre. Seul un quart y parvient. Car la société s’est médicalisée. Ce qui n’est pas sans poser des questions grandissantes : notre système de santé peut-il « absorber » cette tendance, accueillir ces patients, et les financer ?

Si la tendance se poursuit, note l’étude, les décès en établissements de soins seront multipliés par 3,7 d’ici à 2050… Or, mourir à domicile est moins coûteux (et moins anxiogène, par ailleurs). Hier à l’hôpital, aujourd’hui en maisons de retraite : la mort reste cachée, tenue à distance. Ce qui n’est pas le cas en Grande-Bretagne ou aux Pays-Bas, par exemple, où on décède de plus en plus chez soi.

Arrivant souvent par défaut dans une maison de retraite (la famille ne peut pas forcément s’occuper de son aîné), les personnes âgées y perdent leur repère quotidien, sans y trouver les ressources hospitalières liées à la fin de vie. Sans compter que ni les collectivités locales, ni l’Assurance maladie, ni même nombre de familles (2.400 euros mensuels en moyenne) ne seront à terme en capacité de répondre financement à cette tendance, accélérée par l’augmentation prévue du nombre des décès dans les prochaines années.

« Où meurent les personnes âgées ? Étude nationale en France (1990-2010) », par Lucas Morin et Régis Aubry, Médecine Palliative, 2015

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.