Perles d’enterrement et humour noir : les anecdotes irracontables

0
2366
anecdotes irracontables

Il y a les anecdotes de pompes funèbres qu’on se raconte et qu’on raconte aux proches. Il y en a même qui en font des livres. Mais il y a aussi les autres, les anecdotes irracontables, les un peu honteuses, qu’on ne se raconte qu’entre soi, parce que l’humour, dans le funéraire, c’est comme le café, on le préfère noir et sans sucre.

« Une formation de secouriste pour les équipes de convoi ? Pour quoi faire ? Si le toubib a fait un mauvais diagnostic, c’est son problème, pas le nôtre ».

« Non, franchement, une formation de secouriste, dans les pompes funèbres, j’y suis opposé. C’est contre-productif. »

« Les progrès de la médecine ? Et ils y pensent, au petit commerce de proximité ? »

« T’as connu le père Chombier ? Il a habité toute sa vie en face du cimetière. Maintenant, il habite en face de chez lui ».

« Il ne faut pas mélanger travail et plaisir : ‘’On ne couche jamais avec un client’’, dans les pompes funèbres, crois-moi, ça prend tout son sens. »

(Le vieux formateur, entrant dans la salle ou attendent les futurs porteurs) « Bon, ici, pendant les formations, on écoute, on est attentifs, pas comme à l’école. Je dis ça, parce qu’il y en a beaucoup, qui n’ont pas compris pourquoi ils sont obligés de faire ce métier, maintenant. »

A la salle de pose, le matin « Houla, ils ont eu une dure nuit, les gars, on va avoir du convoi, cette semaine.
– A quoi tu vois ça ?
– Un mec que l’équipe de permanence a confondu son gobelet de café avec celui qui sert de cendrier. Deux fois. »

(Le petit-fils de la défunte, durant la réception de famille) « Vous savez, si vous nous racontez n’importe quoi, je le saurais, j’ai vu tous les épisodes de Six feet under ».
(Le conseiller funéraire, avec un regard noir) « Oui, et bien moi, j’ai vu tous les épisodes de Dexter ».
(Michael C Hall est le héros de ces deux séries, il joue un croque-morts dans Six Feet Under et un tueur en série dans Dexter).

Le veuf, à la thanatopractrice qui lui demande des vêtements pour habiller sa défunte épouse « Vous ne m’avez pas demandé de sous-vêtements. Vous n’avez peut être pas l’habitude d’en mettre ? »

« Je suis venu les mains vide. Après tout, on fait des cadeaux à la naissance, mais le bébé s’en fout, c’est la famille qui est contente. Pareil, on amène des fleurs aux enterrements, mais le défunt s’en fout, et sa famille, ben je les aime pas. »

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.