Professionnels et enseignes dans la presse à la Toussaint

0
139
Les enseignes de pompes funèbres, de la société familiale aux leaders du marché, sont à l’honneur en cette Toussaint. Les travailleurs de la mort… dans l’ombre toute l’année, ils sont souvent, à la Toussaint, mis en lumière. Revue de presse des sociétés et des portraits de professionnels.
Dans Ouest France – la marbrerie Daniel

Chez les Daniel, le marbrier, Yves, fonde une entreprise de monuments funéraires à Kergoff, en Loctudy. Son fils, Yvon, reprend le flambeau et s’installe à Penmarc’h en 1964, en face du cimetière. Le petit-fils Yves étend l’activité à Plomeur. L’arrière-petit-fils Florent coupe avec la lignée des prénoms mais pas avec le métier… Un article à lire ici.

Dans La Nouvelle République – Lorraine, la vocation des défunts

Itinéraire étonnant que celui de Lorraine Jean qui, après avoir envisagé une faculté dans l’audiovisuel des Arts du spectacle, a heureusement trouvé sa voie vers le métier qui l’a attiré depuis son plus jeune âge, les arts funéraires. Un article à lire ici.

A la télévision – documentaire Memento mori

Traité avec la grâce du regard poétique de Brigitte Barbier, ce film part à la découverte du sens de la vie et de la place de la mort dans notre vie. Lundi 2 novembre à 20 H 40 sur KTO.

Dans La Depêche – Gregory, étudiant en funéraire

Il y a des métiers plus délicats que d’autres, et ceux du funéraire en font partie. Grégory Migrenne, 38 ans, originaire de Belgique, est à Castelculier depuis quatre semaines. Il suit une formation pour devenir conseiller funéraire, aux côtés d’Éric Novarini, directeur de l’école. Un article à lire ici.

Dans le Parisien – nouvelles recrues

«Le funéraire a besoin de nouvelles recrues» D’après l’Insee, la mortalité va augmenter en France vers 2030, avec les décès des papy-boomers. Florence Fresse, qui dirige l’Ecole nationale des métiers du funéraire, explique cela très bien dans Le Parisien, ici.

Dans l’Etudiant – travailler dans le funéraire

Thanatopracteur, maître de cérémonie, fossoyeur… À l’heure d’Halloween et de la Toussaint, avant de pousser un cri d’effroi, prenez le temps de découvrir ces métiers et d’en savoir plus sur le secteur grâce à une infographie. C’est à lire ici.

Dans La Dépêche – Sandrine, thanatopractrice

Sandrine Caze, la quarantaine, est une jeune femme souriante et avenante qui fait pourtant un métier hors du commun et méconnu, thanatopractrice. Un portait à lire ici.

Dans Le républicain Lorrain – pompes funèbres d’avant et d’aujourd’hui

la Lorraine résiste avec des indépendants qui tiennent contre vents et marées, pieds ancrés dans la tradition d’entreprises remontant souvent à l’avant-guerre. Pour autant, tous le disent. Plus rien n’est comme avant. Le métier a basculé à une rapidité vertigineuse. La crémation sonnant probablement les trois coups. Non pas de la mort d’un métier, mais d’une transformation brutale. Un article à lire ici.

Dans Ouest France – pompes funèbres, un beau métier

Sébastien Peschet est le responsable des pompes funèbres éponyme. Son travail est une histoire de famille. D’un œil professionnel, il observe nos changements face à la mort. Ouest France lui consacre un article ici.

Dans l’Echo de l’Argoat – Pompes Funèbres Rolland

Chaque jour, de nouveaux décès. C’est pourquoi les pompes funèbres sont sollicitées. Mais en quoi consiste concrètement leur travail ? Michaël Sassi, conseiller funéraire dans la société Rolland depuis 18 ans, évoque son métier. Avec beaucoup d’humanité. Un article à lire ici.

Dans La Nouvelle République – Thanatopractrice de l’Indre

Emmanuelle Guesdon est la seule thanatopractrice indépendante de l’Indre. Un métier dur, physiquement et mentalement, mais qu’elle vit avec passion. Son portrait ici.

Dans e-tribune.fr – portrait de conseillère

Même si la boutique qui jouxte la chambre funéraire est accueillante, les fleurs et les plaques sont là pour vous le rappeler. Ici, lorsque l’on parle, c’est de mort, de décès et d’enterrement. Mais loin de l’image d’Épinal du croque-mort, triste et tout de noir vêtu, c’est une jeune femme tout sourire qui vous accueil. Elle s’appelle Amandine Flamant, et l’on parle de conseillère funéraire. Son portrait ici.

Dans La Voix du Nord – portrait 2.0

Pour Antoine Marchand, jeune entrepreneur de pompes funèbres à Gondecourt et Seclin, « de nouvelles tendances » se dessinent autour du deuil : le métier de « croque-mort » séduit les jeunes, l’écologie et la personnalisation sont au cœur des préoccupations. Et internet gagne du terrain. Portrait à lire ici.

Dans La voix du Nord – portrait, thanatopractrice

On ne devient pas thanatopracteur par hasard. Dans la liste de ces métiers pas comme les autres, auxquels on associe parfois l’expression malheureuse et un tant soit peu péjorative «Il faut bien que quelqu’un le fasse ! », la thanatopraxie est un cas à part. Rencontre avec une praticienne.

Dans la Voix du Nord – portrait d’un thanatopracteur

Certains l’appellent vulgairement « croque-mort ». Mais derrière le mot un peu barbare de thanatopracteur se cache un métier bien plus humain qu’on ne le pense. Le Téteghemois Gilles Deboudt restaure les corps des défunts depuis 25 ans, et il nous décrit sa profession. Un article à lire ici.

Dans Le Républicain Lorrain – personnalisation

L e concept consiste à rendre hommage au défunt autrement , explique Marc Hilairet, directeur général des pompes funèbres Pascal-Leclerc de Metz-Thionville. Cercueil, registre de condoléances, urne et faire-part sont personnalisables. Le but est de trouver un thème qui correspond le mieux à la personne décédée. » Un article à découvrir ici.

Dans le Huffington Post – que faisons nous après le travail

Des éclats de rire, une bonne dose d’humour noir et un peu d’émotion. Le quotidien de Claire, Christian, Guillaume et Fabien est rempli de vie. C’est vrai, au fond, à quoi s’attendait-on? À des croque-morts au teint vitreux, à la voix traînante, portant toute la tristesse du monde sur leurs épaules? Et non, la preuve ici.

Sur Turbo – collectionneurs de corbillards

Émission sur les collectionneurs de corbillards à revoir ici.

Dans Ouest France – marbrier funéraire

Max Baussan tente de garder un caractère humain à son métier. Pour lui, cette activité est source de création et de rencontres. Un article à lire ici.

La revue de presse vous est offerte par Avis de Décès.com

Premier site de publication d’avis de décès dans la presse française. Commandez votre annonce sans vous déplacer. Composez votre texte en fonction de votre budget. Publiez votre annonce dans plusieurs titres en un clic.

www.avis-de-deces.com

presse-papier-300x224 Professionnels et enseignes dans la presse à la Toussaint
Presse papier en France

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.