Revue de presse du 19 août 2013

0
421
Revue de presse
Revue de presse
pressenationale-300x287 Revue de presse du 19 août 2013
Revue de presse

Bon anniversaire !

Une fois n’est pas coutume, entamons cette revue de presse avec un (bien) vivant. Le Bolivien Carmelo Flores Laura, 123 ans, serait l’homme le plus vieux du monde, selon les registres officiels boliviens. L’homme vit à plus de 4000m d’altitude dans les Andes. Il y coule des jours paisibles dans le hameau perdu de Frasquia, à l’ouest de La Paz près du lac Titicaca. L’homme marche sans aucune aide et n’a plus de dents. Il a confié à l’AFP « avoir parfois quelques douleurs » à la poitrine et à l’estomac mais ne prend pas de médicaments. Les autorités de La Paz ont indiqué que ces documents seraient envoyés au Livre Guinness des Records pour qu’il puisse être homologué comme l’homme le plus vieux du monde. La plus vieille personne vivante dont l’âge est officialisé par une preuve de sa naissance est la Japonaise Misao Okawa, âgée de 115 ans. Le record de la plus vieille personne identifiée revient à la Française Jeanne Calment, décédée à l’âge de 122 ans en 1997.

Disparition inquiétante

Philippe Marchal n’a plus donné de nouvelles depuis mercredi 14 août. Ce jour-là, vers 20 h, le Vésulien de 48 ans a quitté son domicile à vélo. Il venait d’apprendre le décès de sa mère. Son épouse, ne le voyant pas revenir, a alerté les secours vendredi matin. Il était vétu d’un short, d’un tee shirt et d’une paire de sandales.

Scandale au cimetière ?

Un cimetière protestant du Sud Ouest aurait été réduit en douce. L’histoire est simple, même si elle empoisonne les services de l’État, tel que le cadastre ou la commune de Nieulle-sur-Seudre incriminée. Selon Jacky Lefèvre, époux de Lily née Vincens, propriétaire des lieux avec son frère Jean-Claude, « à l’origine, le cimetière mesurait 1 700 mètres carrés. Aujourd’hui, il se réduit à 1 245 mètres carrés, amputé qu’il est de ses chemins latéraux et d’un terrain à l’arrière, accessoire du cimetière, prévu en cas d’agrandissement. » Le remembrement de 1994 est passé par là dirait-on. Aujourd’hui, un lotissement a pris corps sur les champs qui entouraient alors ce cimetière privé protestant, le seul sur la rive droite de la Seudre. Mais pourquoi des faits vieux de dix-huit ans remontent-ils à la surface aujourd’hui ? « Nous habitons Marseille et ne venons ici que de temps en temps », racontent les époux Lefèvre. (Sud Ouest)

Lire aussi :  Les pompiers au crématorium de Châlons-en-Champagne

Camping sauvage

Mauvaise surprise pour une famille de Vergèze restée enfermée dans le cimetière communal vendredi soir. Une grand-mère, sa fille et ses deux petits-enfants se sont retrouvés coincés à l’intérieur, sans téléphone portable, après que les portes du cimetière se soient fermées automatiquement à 19 h alors qu’elles devaient l’être à 21 h. Un changement d’horaire, dû a des vols récents, qui n’avait pas été indiqué à l’entrée. La famille a réussi à sortir en lançant des arrosoirs sur le capot d’une voiture qui passait devant.  Mais, il leur a encore fallu 1 h 30 pour réussir à joindre un agent communal qui les a libérés à 20 h 30. (Midi Libre)

Surprise

Désormais, elle ira « chercher son compost ailleurs ». Une habitante de Bonlieu (Jura) a fait une macabre découverte à la décharge de sa commune. Alors qu’elle était venue se ravitailler en compost pour son jardin, cette femme est tombée sur une boîte en bois contenant… un squelette humain ! Les ossements ont depuis été envoyés à l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) de Paris, qui procède à une analyse ADN. A côté d’un tas de poussière de foin, dont elle comptait se servir comme engrais pour le gazon de son jardin, la femme a repéré « une belle boîte en bois » d’environ un mètre de longueur sur 50 cm de largeur. «J’ai décidé de la récupérer […], mais avant de la rapporter à la maison, j’ai voulu l’ouvrir», a-t-elle expliqué. La boîte contenait des ossements, dont un crâne humain. Le reliquaire et le squelette ont l’air récents, a indiqué le procureur de la république. (Le Parisien)

Lire aussi :  Trafic d'organes sexuels, AdVitam, crématorium…les news du mardi 27 mars

Bon appétit !

L’histoire fait froid dans le dos. Comme le révèle le site RTL.be, Mr Xiung, un chef spécialisé dans la cuisine japonaise et installé au Mexique, a servi pendant une semaine des plats contenant les restes de sa femme. Il l’a tuée au cours d’une violente dispute. Ne sachant pas comment se débarrasser du corps, il l’a découpé et a dissimulé les morceaux dans sa recette de ravioli et de brochettes yakitori. Au bout d’une semaine, un client, surpris par la texture et le goût de son repas, a alerté la police : « Ce n’était pas le goût habituel, la viande était très amère et élastique. J’ai d’abord pensé que c’était du chien ou un animal errant comme il y en a tant au Mexique. Je suis horrifié et dégoûté d’apprendre que la viande n’était autre que de la chair humaine, » a déclaré le malheureux, cannibale malgré lui. Mr Xiung, qui a avoué le crime, a été placé derrière les barreaux. Des restes du corps de sa défunte épouse ont été retrouvés dans la chambre froide du restaurant.

ephemeride-150x150 Revue de presse du 19 août 2013

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here