Revue de presse du funéraire du 1er octobre 2014

0
584
presse papier
Presse papier en France

Concours de Thanatopraxie

Le numerus clausus pour l’examen de thanatopraxie 2014 a été relevé à 60, au lieu de 50 l’an passé. Bon courage aux candidats !

Nouvelles des cimetières

En septembre 2009, le conseil municipal de Corte, en Corse, votait à l’unanimité l’aménagement d’un nouveau cimetière pour la ville. La municipalité avait acquis en 2004 le terrain nécessaire à l’extension – pour la somme de 67 000 euros -, les travaux ont débuté à l’été 2013 et sont aujourd’hui en cours d’achèvement. Le dernier conseil municipal du 16 septembre était l’occasion pour les élus d’adopter son règlement intérieur, ainsi que de définir les prix des différents types de concessions et du columbarium (lire par ailleurs). Des tarifs qui demeurent « inférieurs à ce qui se pratique généralement dans les nouveaux cimetières, assure le maire, Antoine Sindali. Car l’objectif de la commune n’est évidemment pas de réaliser des bénéfices avec cet aménagement ». Au chapitre du financement des travaux, le coût total de l’opération se chiffre à 526 000 euros, dont 236 000 proviennent d’une subvention de la collectivité territoriale de Corse, alors que la part du conseil général avoisine les 141 000 euros. Quant à la participation de la commune, à laquelle il incombe de prendre en charge la TVA, elle correspond à près de 150 000 euros. Conformément à la réglementation, un carré juif et un carré musulman, seront réservés pour les défunts de ces religions. Ces concessions cinquantenaires – renouvelables – seront donc attribuées, « dès le début du mois de novembre ».

Nouvelles des reprises de concession

La commune met aux normes le cimetière. C’est une disposition classique dans ce genre de dossier : la mairie peut agir sur le site dans sa partie publique, mais ne peut légalement pas entretenir les caveaux et stèles qui appartiennent, eux, à un tiers. Et comme souvent dans ces cas-là, la mairie n’a plus de contact avec les familles d’ayants droit. Or, à Flaugeac, la commune et les familles ne disposent pas des documents d’attribution des concessions : du coup, la commune se retrouve concessionnaire unique de toutes les sépultures… Elle cherche donc à réparer cette « aberration administrative ». Il faut donc « rendre à chacun la légitimité de la sépulture » des siens, pour « garantir l’entretien soigné des monuments », explique la mairie. En clair : retrouver les propriétaires pour leur demander d’intervenir, notamment dans la partie ancienne du cimetière. Pour cela, les services doivent constater de façon publique et « incontestable », par procès-verbal, que les emplacements ont encore un ayant droit. Le maire Jean-Luc Denoux lui remettra alors l’arrêté ad hoc afin de maintenir ses droits et places dans le cimetière, mais aussi le rappeler à ses obligations d’entretien. La procédure est assez compliquée pour que la mairie soit assistée par un cabinet spécialisé, Élabor. De plus, une réunion publique est organisée vendredi pour impliquer les habitants.

Lire aussi :   Crématorium, agent funéraire, Mandela… l’actualité du 3 avril 2018

Nouvelles de la police

Des corps pendus, défigurés, troués de plomb, allongés au sol face contre terre, reposant paisiblement dans un lit, piqués par des seringues, tâchés de sang, accidentellement tombés dans la rue, dans les escaliers ou dans la salle de bain, défenestrés, étouffés, assommés ou seulement trop fatigués pour tenir quelques heures de plus. Mais les policiers de terrain assurent que depuis plusieurs mois, ils doivent batailler avec SOS médecins pour obtenir le déplacement d’un praticien afin d’établir un constat de décès et ainsi permettre la levée de corps. « Pendant de longues heures d’attente, parfois même des nuits entières, des corps sont laissés et donc gardés sur les lieux de leur découverte, par des effectifs de police qui pourraient être déployés ailleurs », assure le syndicat Unité SGP Police-FSMI-FO. Échéances électorales obligent – les élections professionnelles ont lieu cet automne – les syndicats se sont en effet positionnés sur le sujet. « On perd une latitude opérationnelle », s’insurge Éric Marrocq, secrétaire départemental d’Alliance, qui a rencontré le procureur hier et a fait des propositions concrètes à étudier.

Nouvelles du public

Pas évident d’entrer en concurrence avec le privé quand on est un acteur public, surtout dans des domaines aussi sensibles que le funéraire… Ouvert il y a près de six mois, le crématorium du Caudrésis-Catésis est en passe d’« atteindre sa vitesse de croisière ». L’article est à lire ici.

Nouvelles des pros

La piste criminelle reste d’actualité dans l’incendie qui a ravagé, dans la nuit de samedi à dimanche, deux hangars et détruit deux véhicules des pompes funèbres Magali, entreprise située route de Bellegarde à Beaucaire. Les enquêteurs de la police nationale de Beaucaire-Tarascon  font état de la présence de deux foyers, mais il faudra attendre les résultats des analyses confiées à la police scientifique pour en savoir plus. Par ailleurs, Magali Sire, gérante de l’entreprise, assure que, selon un témoin « il n’y avait rien à 1 h 30 et les flammes atteignaient quatre mètres de haut une demi-heure plus tard. Quelles conclusions en tirer ? », interroge-t-elle, n’excluant pas « la piste d’un concurrent auquel nous ferions de l’ombre »

Lire aussi :  Les pompiers au crématorium de Châlons-en-Champagne

Profanation

Plus de 40 tombes ont été vandalisées au cimetière juif du mont des Oliviers. Les tombes vandalisées étaient situées dans la section hassidique Ger du cimetière de Jérusalem. De nombreuses pierres tombales ont été renversées ou brisées, et des lampes en laiton et d’autres articles ont été volés.

Et dans le vaste monde des vivants

La France vient d’atteindre les 2000 milliards d’euros de dette. Ce qui veut dire que vous, qui lisez cette revue de presse, commencez votre journée avec 30000 euros de crédit. Voilà. Ca l’a gâché ma journée, je voulais juste gâcher la vôtre.

pressenationale1-300x287 Revue de presse du funéraire du 1er octobre 2014

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here