Revue de presse du funéraire du 15 avril 2014

0
421
pressenationale-300x287 Revue de presse du funéraire du 15 avril 2014
Revue de presse

Mystère

C’est une histoire mêlant tragique, insolite et mystère que rapporte ce lundi «Ouest France». Mercredi 20 mars, soit quelques jours avant le premier tour des élections municipales, un automobiliste tombe sur un homme inconscient, allongé sur un trottoir du village de Saint-Père (Ille-et-Vilaine). Les secours arrivés sur place concluent rapidement à la mort naturelle de la victime, un résident de la commune âgé de 82 ans. Jusqu’ici, une triste mais banale découverte. Sauf qu’à proximité du corps sont retrouvés un pinceau et un pot de peinture. Un début d’inscription figure également sur le panneau électoral juste à côté : «Votez R….». L’homme est donc décédé «en plein acte militant», raconte le quotidien régional, sans pouvoir désigner son favori. Car comble de l’histoire, Saint-Père voyait s’affronter deux candidats dont les noms de famille commençaient tous les deux par … un «R» : Noël Renard et Jean-Francis Richeux. Heureusement, sa voix manquante pour l’un ou l’autre des postulants n’aura pas eu d’impact sur le résultat final rappelle Ouest France, puisque Jean-François Richeux l’a emporté largement avec 57,86% des suffrages.

Kafka et Ubu sont en bateau…

Sylviane Esnault se serait bien passée de la mésaventure qui lui est arrivé en ce début d’année. C’est l’annonce d’un prélèvement automatique refusé par la banque, alors que son compte est approvisionné, qui l’alerte début février. Elle contacte l’organisme à qui est destiné ce prélèvement et apprend le motif du refus : elle est décédée et son compte est bloqué. Stupeur ! Mme Esnault venait de faire un séjour à l’hôpital à Tours pour une opération, était en maison de repos pour sa convalescence, mais elle se sentait toujours bien vivante ! Elle essaie un distributeur automatique à l’agence de Pocé-sur-Cisse, où elle habite, mais la carte est refusée, elle aussi. Elle prend immédiatement rendez-vous à sa banque à Amboise. Elle n’est pas reçue par sa conseillère habituelle, absente, mais par une autre femme qui ne comprend pas. Tous les mouvements, dépôts et retraits, sur le compte de Mme Esnault, sont bloqués. Elle se retrouve sans un centime pour vivre. Une solution d’urgence de 100 € est trouvée grâce au compte de sa belle-fille, dans la même agence bancaire. Une semaine plus tard, la caisse de retraite téléphone à la mairie pour avoir confirmation du décès de Mme Esnault car il n’y a pas de certificat de décès. Elle doit se rendre à la mairie avec sa carte d’identité et les services municipaux doivent lui faire une attestation de vie pour prouver son existence. Mme Esnault doit alors faxer ce certificat à la Carsat et aux caisses de retraites complémentaires. Finalement, la banque débloque ses comptes. Mais le mal est fait. Il faut recontacter tous les organismes qui interviennent par prélèvement ou virement automatiques. La banque, qui avait fait une avance d’urgence de 500 € à Mme Esnault, n’oublie pas de se rembourser et envoie une lettre d’excuses accompagnée d’un cadeau, un coffret de deux stylos. Un mois plus tard, l’affaire n’est pas totalement réglée car le versement d’une retraite complémentaire n’est pas rétabli. Mme Esnault demande à sa banque 10.000 € de dommages et intérêts. Celle-ci lui répond, par courrier, en lui renouvelant ses excuses et en s’engageant simplement à lui rembourser les frais de déplacement à l’agence d’Amboise et de téléphone occasionnés par les différentes démarches pour rétablir une situation normale. Elle lui fait également une remise totale sur les frais bancaires prélevés en 2013 et 2014 soit 104 € Cette situation est d’autant plus ubuesque que Mme Esnault continue de recevoir des relevés de compte au nom de son mari… décédé depuis plus de 2 ans ! (La Nouvelle République.fr)

Lire aussi :  Incendie PFG, visage du funéraire, Aurore Bergé…l’actualité du 20 avril 2018

Horreur

Le parquet de Rio de Janeiro a découvert 40 foetus et corps de nouveaux-nés entassés dans la morgue de l’hôpital Pedro Ernesto, géré par le gouvernement local. « J’enquêtais sur le cas d’un nouveau-né et je suis tombée sur cette situation épouvantable » de tiroirs frigorifiques plein de cadavres, raconte la procureure Ana Cristina Huth Macedo. Certains des corps se trouvent là depuis 2009 et une quinzaine restent sans identification. « On aurait dit un film d’horreur ! Notre but maintenant est qu’ils soient enterrés dignement le plus vite possible », a déclaré la procureure. Le directeur de l’hôpital, Rodolfo Acatuassu Nunes, a expliqué dimanche soir sur TV Globo que ces bébés avaient été abandonnés par les familles à la morgue, faute de moyens pour leur offrir des funérailles. Le parquet, qui a demandé à l’hôpital les noms et adresses des parents, va procéder à l’identification de tous les corps par le biais de tests ADN.

Imbécile au féminin

Un post sur Facebook peut vous valoir un tour au commissariat. Une ado de 17 ans, originaire du Pays de Galles, en a fait les frais ce week-end en Angleterre. La jeune fille, soupçonnée d’avoir posté sur Facebook des commentaires « grossièrement offensants » sur un garçon décédé, a été interrogée par la police samedi. Elle a finalement été relâchée, rapporte la BBC. « Les posts offensants peuvent engendrer une grande détresse et faire du mal aux individus et familles qui sont visées, à un moment très douloureux de leur vie », a ainsi mis en garde la police régionale au sujet de cette arrestation. L’adolescent dont la jeune fille était soupçonnée de se moquer a été retrouvé mort jeudi, pendu dans les bois, près du village de Hendrefoilan. James Lock, 15 ans, avait quitté le domicile familial le même jour pour se rendre au lycée. Mais personne ne l’a vu apparaître en salle de cours. Son corps a été retrouvé par la police une heure après sa disparition, raconte le Daily Mail. Pour le moment, la police n’a rien trouvé qui puisse éclairer les circonstances de la mort du jeune garçon de manière suspecte. James Lock aurait été victime de harcèlement. Une page Facebook lui rendant hommage a été créée.

Lire aussi :  Tête d'enterrement, Kilimanjaro…l’actualité du mardi 10 avril 2018

Corbillard

Article morbide … peut être. Article rapide … surement ! Car comment partir dignement vers notre dernière et éternelle demeure, en tant que respectable prophète de la passion de l’automobile et du moteur thermique ? Le corbillard sera ainsi l’ultime moyen de transport que nous emprunterons, et autant qu’il nous représente fièrement … De L’Essence Dans Mes Veines leur consacre un article sur les modèles surprenants à lire ici.

Parodie

Que donnerait une émission sur les enterrements ? Les personnes à l’origine de cette parodie d’Un dîner presque parfait ont eu leur petite idée…

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here