Revue de presse du funéraire du 16 octobre 2013

0
378
pressenationale-300x287 Revue de presse du funéraire du 16 octobre 2013
Revue de presse

Du triste à l’improbable, du drôle à l’inquiétant : pas de doute, vous êtes bien dans une revue de presse funéraire.

Décès

Le patron de Haribo, Hans Riegel, est mort à l’âge de 90 ans, a-ton appris mardi 15 octobre auprès de l’entreprise familiale. Fils du fondateur d’Haribo, Hans Riegel souffrait d’une tumeur au cerveau dont il avait été opéré au cours de l’été. Il partageait avec deux de ses neveux la direction du groupe, où il avait gardé la haute main sur le service marketing. Hans Riegel junior était à la tête de la marque allemande de confiserie depuis la mort de son père (Hans Riegel) en 1945. Fondée en 1920 à Bonn (d’où son nom pour HAns RIegel Bonn), Haribo est aujourd’hui la marque numéro un de la vente de sucreries en Europe. L’entreprise familiale produit dans 15 pays d’Europe, dont la France, emploie plus de 6000 personnes et exporte dans plus de 110 pays ses petits oursons gélifiés, ses fraises Tagada ou escargots de réglisse.

Progrès

Les visiteurs en sauront plus désormais sur un hôte méconnu du cimetière de Montauban: la tombe de Manuel Azana porte depuis peu un code QR, sorte de code-barres renvoyant via un smartphone à la vie du dernier président de la Seconde République espagnole sur internet. Manuel Azana présida la Seconde République de 1936 jusqu’à la fin de celle-ci en 1939 et la victoire des nationalistes de Franco aidés par l’Allemagne nazie. Il mourut le 3 novembre 1940 en exil à Montauban, malade et traqué.

Inondation

Comme une farce de mauvais goût, à deux pas de la Toussaint : voilà des jours que Romain Desenne et Cédric Dureux exhument, inhument, exhument leur défunt, parce que les caveaux prennent l’eau. Ainsi, il y a quelques jours, Romain a constaté que le cercueil de son père reposait dans 1,60 m d’eau. « Je souhaitais assister à la pose d’un monument sur le caveau. Lorsque je suis allé voir comment se passaient les travaux, j’ai constaté que le cercueil était immergé » Dans le même temps, Cédric Dureux, dont la maman est enterrée à proximité, a été alerté afin de vérifier l’état de la sépulture parentale. « Il y avait dix centimètres d’eau ! » Le site communal est situé en contrebas d’une route jalonnée d’une rigole qui, en cas d’importantes précipitations, sature. Selon l’artisan, le surplus file alors vers le cimetière, et s’infiltre sous les dalles. La solution consisterait alors à « creuser un puits d’infiltration », à proximité. Cette mesure pourrait être étudiée par les élus, pour remédier à ces débordements chroniques. Reste à comprendre pourquoi un tel dispositif n’a pas été mis en place dès la construction du cimetière, il y a deux ans.

Lire aussi :  Réception famille post-obsèques, Bill Gates et les Bitcoins, James Bond...au menu du réveil funéraire du jeudi 1 mars 2018

Patrimoine

Il était à l’origine du déplacement des ossements de l’ancien cimetière, à l’été 2012, reposant sur le site du chantier de la résidence du Clos de la Madeleine. Serge Ferry récidive. Ce Tournanais, passionné d’histoire s’inquiète de la dégradation de la tombe Gayet et Julien, au cimetière de Tournan-en-Brie et d’une éventuelle destruction. Elle est composée de deux stèles et une pierre tombale où reposent cinq personnes, dont Louis Julien et Charles Gayet. Particularité : les deux bras dont les mains se rejoignent pour « unir les stèles. ». Mais pour le maire de la commune, pas question de la détruire, ni de toucher au patrimoine. S’il concède que certaines tombes anciennes, qui sont à l’état d’abandon, peuvent être reprises, il précise que cela se fera dans les règles.

Toussaint

Basée à Évron, Gandon fleurs est une société d’horticulture et de création paysagère. Créée par Robert Gandon, en 1976, elle est gérée par quatre associés dont ses fils, Dominique et Patrick. En ce moment, c’est le chrysanthème qui est au centre de toutes les attentions. Depuis mi-septembre, les salariés ont commencé à ramasser les quelque 9 500 pots. Planté le 15 mai en plein champ ou en juin dans les serres, « tout est programmé pour fleurir fin octobre ». Les fleuristes ont les attentions de Ouest France entreprises.

Boulette

Rares sont les contrevenants qui jubilent quand tombe la contredanse. Mais celles-ci sont particulièrement amères à Joseph Vis. C’était le 2 octobre 2012, rue Maubecq, à Bayonne. L’homme conduit une voiture dans le cortège qui mène son défunt père, Henri Vis, vers le cimetière Talouchet. « J’ai été arrêté par la police. J’ai écopé de trois PV », soupire-t-il, résigné. Un an plus tard, il doit toujours 180 euros pour la dernière amende encore impayée. Elle ne passe pas. Toute son histoire dans Sud Ouest.

Lire aussi :  Corbillard Porsche, Michael Goolaerts, l’actualité du 9 avril 2018

Rencontres du mort-type ?

« Si vous cherchez l’amour et que vous êtes mort, Ghost Singles est le site pour vous ». Telle est la devise du site Ghotsingles.com (fantômes célibataires, ndlr), qui propose de mettre en relation des fantômes afin qu’ils « ne hantent plus seuls, mais à deux ». Le site est gratuit et pour s’inscrire, c’est très simple. Il suffit de remplir un petit questionnaire. Etes-vous un fantôme masculin ou féminin ? Recherchez-vous un fantôme homme ou femme ? Quel âge doit avoir le fantôme de votre coeur, le choix allant de 18 à 180 ans. Souhaitez-vous rencontrer un fantôme mort mystérieusement, tragiquement, subitement ou horriblement ? L’accès au site est réglementé : « Nous n’acceptons pas les non-morts, ni les morts-vivants. Si vous êtes mortel, ce site de rencontres n’est pas pour vous », explique le créateur du site qui propose tout de même d’aiguiller les non-morts vers des sites de rencontres pour vivants. « Sur demande, nous pouvons vous recommander certains sites de rencontre pour les vivants ».

Pas de bol

Et dire que NKM reproche à Jean Tibéri de faire voter les morts… Nathalie Kosciusko-Morizet inaugurait ce mardi 15 octobre son QG de campagne dans le 14e, arrondissement où la députée de l’Essonne a choisi de s’implanter pour briguer la mairie de Paris. Installée au 17, rue Mouton Duvernet, la permanence de l’ancienne ministre UMP serait presque passée inaperçue si une journaliste malicieuse de MetroNews n’avait pas relevé que le lieu abrita jadis une entreprise de pompes funèbres.

ephemeride-150x150 Revue de presse du funéraire du 16 octobre 2013

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here