Revue de presse du funéraire du 3 décembre 2013

0
297
pressenationale-300x287 Revue de presse du funéraire du 3 décembre 2013
Revue de presse

Drame

Un sapeur-pompier professionnel des Yvelines de 58 ans est décédé dimanche en fin après-midi des suites de ses blessures causées par une mauvaise chute lors d’une intervention sur l’A13.

Décès

Adieu Elwood. Le chien qui avait remporté le concours du chien le plus laid du monde en 2007 est mort en fin de semaine dernier dans sa maison du New Jersey. Ce croisé chihuahua et chien chinois à crête, particulièrement peu gâté par la nature, avait eu quelques problèmes de santé durant l’année. Avant de devenir une « icône de la tolérance », cette petite boule de laideur avait échappé de justesse à l’euthanasie. Depuis son titre obtenu en Californie, sa maîtresse avait écrit un livre et il était apparu dans plusieurs événements caritatifs.

Recyclage ?

Chaque année, en Grande-Bretagne, des milliers de pacemakers sont enterrés avec leur propriétaire décédé. « Un gâchis », soupire Balasundaram Lavan, interrogé par la BBC. Cet entrepreneur, fondateur et directeur de l’ONG britannique Pace4Life, pense que de nombreux patients pourraient être sauvés si les appareils encore fonctionnels étaient envoyés dans les pays en développement. Dans certaines régions du monde, le prix des dispositifs médicaux implantables est un obstacle majeur à l’accès aux soins : Balasundaram Lavan estime que 2 millions de personnes meurent chaque année dans le monde, faute de pouvoir se les payer. Son association veut donc mettre en relation les pacemakers du Nord avec les patients du Sud. Le projet consiste à obtenir le consentement des (futurs) défunts britanniques, à récupérer leurs appareils, à les stériliser, à les tester et enfin à sélectionner ceux qui disposent d’une batterie suffisante pour être encore utiles. Une fois ces tâches accomplies, Pace4Life veut envoyer le fruit de sa récolte dans les pays en développement.

Profanation

Des croix gammées ont été découvertes par des riverains au cimetière de Terre-Cabade de Toulouse, lundi en début d’après-midi. Elles ont été peintes sur le mur d’enceinte, du côté de l’avenue de la Gloire. La mairie va procéder à leur effacement dans les plus brefs délais.

Polémique

«Réinventer l’un des plus anciens outils juridique au monde: le testament». La formule claque, l’ambition sonne une révolution. Surtout qu’elle ne vient pas des notaires, mais d’une entreprise privée, sans affiliation à la profession, qui, mardi, lance le premier testament en ligne. En mettant les pieds dans le plat du notariat, le site iconoclaste, baptisé «Testamento», crée la polémique. La démocratisation de cet acte juridique, marqueté à travers des offres commerciales allant de 35 € à 70 €, choque les experts sur le fond comme sur la forme, tant pour la désacralisation de ce choix aux implications existentielles que pour la dématérialisation de l’accompagnement humain. Le «Testament Express» prend «30 minutes chrono», vante le site. En effet, en France, dans 9 successions sur 10, il n’y a pas eu de testament. Le service vise tout particulièrement le testament olographe, qui est la forme la plus simple et la plus courante des testaments.

 ephemeride-150x150 Revue de presse du funéraire du 3 décembre 2013

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.