Revue de presse du funéraire du 30 avril 2014

0
483
pressenationale-300x287 Revue de presse du funéraire du 30 avril 2014
Revue de presse

Nouvelles des pros

Après le transport aérien ou encore les coiffeurs, voici un nouveau secteur qui joue la carte du low cost. Autrement dit, la carte des prix très économiques en bon français. Lequel : celui des pompes funèbres, avec l’arrivée à Rennes, rue de Saint-Malo, de l’enseigne Eco Plus Funéraire. Mais attention, son fondateur et directeur général, Philippe Martineau, tient à affirmer directement sa philosophie : « Low cost, ce n’est pas synonyme de cérémonie au rabais ou de matériel de mauvaise qualité. C’est surtout permettre à des gens qui ne disposent pas de beaucoup de moyens d’offrir à leurs proches une cérémonie digne et respectueuse. » Autre cible, et non des moindre, une partie grandissante de la population qui se refuse d’investir des sommes importantes pour une cérémonie qui ne dure, en fin de compte, que quelques heures. « Nous avons créé cette enseigne justement pour suivre l’évolution de la société et tenir compte aussi de la période de crise. Est-ce normal que des gens puissent se demander s’ils auront les moyens d’offrir une cérémonie digne ? », s’interroge Philippe Martineau.

Prothèses

Bras, jambe, genou, hanche, mais aussi pacemakers et autres défibrillateurs, la médecine contemporaine a considérablement développé le recours à toutes sortes de prothèses et autres dispositifs implantables. Que ce soit pour trouver des solutions à des problèmes articulaires ou pallier à des amputations ou des insuffisances cardiaques, le développement de ces dispositifs médicaux a révolutionné les pratiques thérapeutique et le confort des patients. Mais que deviennent ces corps « étrangers » lorsque leur porteur décèdent ? C’est la question à laquelle répond Science et Avenir ici.

Générosité

La sépulture donnée à Adélaïde, la petite fille morte le 20 novembre sur la plage de Berck après avoir été abandonnée par sa mère, n’a pas été payée avec les deniers de la collectivité boulonnaise. « En ma qualité de maire, je souhaite offrir une sépulture digne à cette enfant, victime du pire des drames s’il en est », avait déclaré l’élue avant de quitter la conférence de presse sans répondre aux questions. C’était apparemment par pudeur car lundi soir, lors du conseil municipal de Boulogne-sur-Mer, une délibération a évoqué cet aspect ignoré du drame. « Au moment où Adélaïde est décédée, j’ai pris la décision en mon nom propre de lui payer une sépulture. J’ai réagi en tant que maire mais aussi en tant que mère, en tant que maman. Je n’ai pas souhaité pour autant que les Boulonnais payent cette sépulture. Quand j’en ai parlé avec les élus de la majorité, ils m’ont dit qu’ils participeraient également au frais de sépulture. Le don porte mon nom mais en réalité, il est le fruit de tous les élus de la majorité », insiste Mireille Hingrez-Céréda.

Lire aussi :  Salon funéraire Toulouse, les morts de la rue...L’actualité du 1er juin 2018

Assureur voleur ?

Le lendemain du décès de son fils de 24 ans, Marie-France reçoit la visite d’une inconnue, représentante d’une société d’assurance. Elle lui soumet un document dont elle n’a pas saisi la nature: Marie-France renonce à toute poursuite et accepte un dédommagement financier limité. «J’étais sous le choc et elle en a profité pour me faire signer…» L’intervention des compagnies d’assurances auprès de familles éplorées et sous le choc peut poser de graves problèmes. Notamment la pression qu’elles peuvent mettre pour conclure un accord au plus vite. Et au moins cher… Un cas de figure auquel a été confrontée Marie-France Aubecq, une habitante de Basècles (Wallonie picarde). (Nord Eclair.Be)

Bizarre…

Un cadavre en état de décomposition a été découvert mardi après-midi dans un cimetière de Granby, en Montérégie. La victime, dont on ignore toujours le sexe, pourrait avoir été victime d’un meurtre. C’est un employé du cimetière situé à deux pas du zoo qui a fait la macabre découverte, vers 13 h. Le corps se trouvait complètement au fond du cimetière, dans un secteur isolé et à l’abri des regards. «Le cadavre a été trouvé dans un fossé, dans une partie du cimetière où on retrouve plusieurs tas de terre», a dit l’agent Guy Rousseau, porte-parole de la police de Granby. Le corps était face contre le sol et partiellement enterré, ce qui tend à renforcer la thèse du meurtre. Toutefois, les autorités ont fait savoir en milieu de soirée qu’aucune hypothèse ne pouvait être écartée à ce stade-ci de l’enquête. «C’est vraiment l’autopsie qui nous permettra d’en savoir davantage sur la cause du décès», a fait remarquer l’agent Rousseau. Un périmètre de sécurité a été établi dans le secteur afin de protéger la scène. Les techniciens en identité judiciaire de la Sûreté du Québec ont été appelés sur les lieux pour assister la sûreté municipale de Granby dans l’enquête. Selon la police, le corps reposait dans le fossé «depuis déjà un bon bout de temps». (Le Journal du Québec)

Lire aussi :  Crimes contre l’Humanité, Cercueil en carton... L’actualité du 8 juin 2018

Et dans le vaste monde des vivants

L’émission « On n’est pas couché » a été samedi le théâtre d’un nouvel accrochage, coupé au montage, de son chroniqueur Aymeric avec en invité : le réalisateur Alexandre Arcady. Caron aurait établi un parallèle entre les enfants palestiniens tués par les soldats israéliens et les meurtres de Mohamed Merah. Insupportables et chargés de haine, les propos d’Aymeric Caron, qui a par exemple justifié les meurtres de Mohammed Merah, avaient été préparés. Le chroniqueur bobo emblématique sera présent samedi prochain à l’antenne comme si de rien n’était.

ephemeride-150x150 Revue de presse du funéraire du 30 avril 2014

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here