Quand Roc-Eclerc a besoin d’une Agence Funéraire de Presse (correctif)

1
929
Oups ! Boulette...

La communication est importante dans le domaine funéraire, comme dans beaucoup d’autres secteurs. Parfois, on invite la presse, justement, pour communiquer. Et on le regrette…

Boulette-300x200 Quand Roc-Eclerc a besoin d'une Agence Funéraire de Presse (correctif)
Oups ! Boulette…

Quand Roc-Eclerc ouvre à Saint-Brieuc, il y a matière à faire un article dans le journal, et un bel article, de surcroît : le numéro deux du funéraire en France lance la conquête de l’ouest, en s’appuyant sur un professionnel du secteur, la famille Foucher, marbriers bien connus du secteur, installé à Ploufragan et Trégueux, dans un environnement ou les règles de la concurrence seraient, selon certains, bafouées.

Bref, à Funéraire Info, nous en aurions fait un beau papier. En prenant connaissance de celui de nos amis d’Ouest-France, en revanche, nous en avons recraché notre café du matin. Quelle mouche avait donc piqué le prestigieux quotidien habituellement symbole de professionnalisme ?

Reprenons point par point, si vous voulez bien

Ouest France annonce que, depuis plusieurs mois, Roc-eclerc et son fondateur, Michel Leclerc, « dénonce le « téléguidage » des familles des défunts vers les régies funéraires municipales ». Intéressant, en effet, sauf que la société qui attaque les régies est le Sublimatorium, dirigé par Florian Leclerc, fils de Michel Leclerc, qui n’a plus aucun rapport avec Roc-Eclerc depuis des années, lorsqu’il a cédé son groupe.

Sandrine Thiéfine, présidente du directoire de Roc-Eclerc, présente sur la photo qui illustre l’article, ne voit son nom cité nulle part, ni en légende, ni dans le texte. Un détail, après tout, elle est « juste » dans le top 5 des personnes les plus puissantes du secteur Funéraire aujourd’hui. Un petit peu comme si on assistait à une inauguration d’une boutique de lunettes en présence d’Alain Afflelou sans le mentionner une seule fois.

Lire aussi :  Le Groupe OGF va gérer le crématorium de Saint-Georges-de-Didonne

Une accumulation de petites bourdes, sans doute passées inaperçues aux yeux du grand public, mais qui auront fait sourire, ou frémir, les professionnels.

Nulle remise en cause ici du travail du journaliste de Ouest France, qui ne peut simplement pas tout connaître du secteur, particulièrement son who’s who. Nous sommes tous pareils : moi-même, en une occasion, j’ai bu un verre, enfin, un Cacolac, avec Jean-Pierre Papin sans avoir la moindre idée de qui il était et ce qu’il faisait.

Mais c’est l’occasion pour nous de rappeler à nos confrères journalistes que, comme beaucoup l’ont déjà fait que le funéraire est notre métier, que nous savons qui est qui, qui fait quoi, et que l’on est joignable par téléphone, toujours disposés à rendre gracieusement service. Et de rappeler à nos lecteurs professionnels que des professionnels du funéraire et de la presse en même temps, pour servir d’intermédiaires, peuvent s’avérer utile.

Une agence de presse spécialisée dans le funéraire ? Oui, on sait faire.

L’article de Ouest France est ici

Mise à jour du 26 mai :

Roc-Eclerc nous informe qu’un correctif est paru dans l’édition papier d’Ouest France quelques jours plus tard. Celui-ci précise que la société Roc-Eclerc n’a entrepris aucune démarche juridique, au contraire de ce qui est indiqué dans l’article, et que l’initiative vient de Michel Leclerc, sans aucun lien avec la société qu’il a vendue il y a plusieurs années. Par ailleurs, Le nom de Sandrine Thiéfine apparaissait bien en légende de l’article sur l’édition papier, et sur la version numérique lorsqu’on la survolait avec le pointeur de la souris. Nos confrères d’Ouest France ont donc bien fait les choses.

Lire aussi :  Pourquoi le prix des cercueils va augmenter ?

Roc-eclerc-correctif-OF-1024x514 Quand Roc-Eclerc a besoin d'une Agence Funéraire de Presse (correctif)

1 commentaire

  1. C’est sûr que dans ce coin de la Bretagne, les professionnels auront tous reconnu Sébastien Foucher maintenant de là à reconnaitre la patronne de Roc’Eclerc il y a un fossé surtout quand on sait le désamour de la profession de journaliste de la presse non spécialisée pour notre métier qui ne se rappelle de notre existence que lorsque vient la Toussaint…Mais peut aurait -elle dû se présenter tout simplement ou bien Mr Foucher aurait-il pu le faire aussi pour ne pas froisser les susceptibilités par la suite non?

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.