Salon Funéraire Paris le Bourget 2017, dans l’oeil de Funéraire Info

0
642
l'oeil de funéraire info

Je plaide coupable, je suis probablement responsable de l’usure des sols lors de cette 30 ème édition du salon funéraire tant j’ai parcouru les allées à votre rencontre, exposants, et visiteurs. Des choses j’en ai vu et entendu et vais même vous fournir un compte rendu en vidéo tant j’ai de choses à dire. Dans l’œil de Funéraire Info et plus modestement, le mien. Allez venez, petite visite guidée rétrospective.

Plein feux sur les visiteurs

Nous avons tendance à nous focaliser sur les exposants, mais sans visiteur, pas de salon. Les chiffres arriveront bientôt, mais tous diront que cette 30 ème édition a été marquée par une hausse de la fréquentation, notamment dès l’ouverture le jeudi 23 novembre. Qui sont ces visiteurs ? Que viennent ils chercher et en quoi est-ce essentiel pour la filière funéraire ? Je vous explique mon point de vue ci-après.

L’éveil des sens

Écologie et personnalisation… Finalement l’ouverture à d’autres possibilités depuis quelques années sur le marché funéraire, on ne parle que de ça, et si c’était plus complexe ? Cette année, une tendance a émergé et c’est toujours intéressant de voir que des professionnels qui n’ont au premier abord aucun rapport entre eux, développent une idée qui va dans le même sens. Cette année c’est le toucher, et je vous explique comment et surtout pourquoi.

Une compréhension du marché plus large

Deux conférences ont marqué ce Salon, l’une sur le médiateur de branche et l’autre sur la dématérialisation du certificat de décès. Deux sujets indispensables et dont la compréhension pour une meilleure préhension était nécessaire. C’est aussi une vue d’ensemble des marchés, des secteurs, des rapprochements, des partenariats, des indépendances. Des idées aussi qui arrivent dès cette édition pour être mises en place d’ici la prochaine édition. Je vous détaille tout.

Des familles oui, mais aussi des professionnels

On oppose souvent le marché du funéraire aux familles et à leur bien-être. Lorsque je parle d’opposition, c’est littéralement dans le sens où il y a d’un côté une offre et de l’autre de la demande. Or pour faire fonctionner le marché funéraire, il y a un levier essentiel qui, a été actionné cette année, c’est le bien-être des professionnels et notamment des conseillers funéraires. Comment être une profession d’accompagnement si soi-même l’on n’est pas suffisamment soutenu ? Une réponse à laquelle ont répondu plusieurs services.

Pour les particuliers

Vous n’êtes ni du funéraire, ni du médical, ni des collectivités, et vous suivez notre page Funéraire Info, vous pouvez être heurtés parfois mais compréhensifs souvent, et je vous en remercie. Il est essentiel pour toute la filière qu’elle soit vulgarisée même si la nature de son essence est une profession de l’ombre. Le Salon Funéraire pour vous, qu’est ce que ce ça peut bien représenter ? Éléments de réponses.

La synergie du collectif

Au Salon Funéraire il y a des exposants de tout horizon et tout parcours. C’est également l’un des seuls salons professionnels où l’ensemble des acteurs qui pourtant ont des entreprises concurrentes font preuve de courtoisie. L’intérêt va au delà d’un prisme micro voire méso entrepreneurial. Ce n’est pas parce que vous êtes fabricants de cercueils que vous ne vous intéressez pas à la thanatopraxie, ce n’est pas non plus parce que vous êtes fabricants d’urnes que les logiciels funéraires sont étrangers pour vous. Les parcours sont croisés et les intérêts aussi ce qui faisait que l’on pouvait voir de belles rencontres de personnes complètes différentes sur un même stand.

 


http://csnaf.fr/

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.