Simon Beckett, l’homme qui raconte l’histoire de l’homme qui fait raconter leurs histoires aux morts

0
1189

Il y a des genres à la mode, dans le polar. Patricia Cornwell a lancé celui du thriller médico-légal, en mettant en scène un médecin légiste. Le problème, c’est Patricia Cornwell elle-même. Son prestige largement surfait éclipse, par ailleurs, d’autres auteurs, qui eux, ne manquent pas de talent. Simon Beckett est un de ceux-là.

fbiuhprnmpmf-300x225 Simon Beckett, l'homme qui raconte l'histoire de l'homme qui fait raconter leurs histoires aux mortsUn parcours classique

On croirait, en lisant la biographie de Simon Beckett, que tous les écrivains contemporains suivent à peu près le même parcours : études de lettres, petits boulots, et puis une carrière dans l’enseignement ou le journalisme. Pour Beckett, ce sera le journalisme. Son métier amènera l’anglais dans une « body farm », une ferme des corps ou la décomposition humain est étudiée à des fins médico-légales ou scientifiques. C’est ce qui lui inspirera son premier roman.

Un héros récurrent

Son héros, c’est le Docteur David Hunter. Médecin légiste spécialisé en anthropologie médico-légale, il s’exile comme médecin généraliste dans un petit village Anglais à la suite du décès de sa femme et de sa fille dans un accident de voiture. Le premier tome raconte comment il se trouve impliqué dans une affaire de meurtre, et comment il « repique au truc » après s’être totalement impliqué dans l’affaire. Une fin inattendue, un meurtrier aux motivations complexes, le premier essai est un coup de maître. David Hunter s’est imposé et « La mort à nu » est un excellent polar.

Des décors à tomber

La seconde aventure de David Hunter le mène aux îles Hébrides, au large de l’Ecosse, dans une petite communauté insulaire. Redevenu anthropologiste médico-légal, Hunter, sur le chemin du retour chez lui, accepte de faire un  »crochet » vers une île pour examiner un corps. Il s’agit de déterminer si il s’agit d’un accident ou d’un homicide. Bien entendu, c’est un meurtre, et les personnages vont d’ailleurs tomber comme des mouches tandis que la tempête se déchaîne et que le continent est injoignable.

Lire aussi :  FÉDÉRATION FRANÇAISE DE CRÉMATION, communiqué Toussaint 2018

Dans ce second livre, intitulé « Poussière d’os » Simon Beckett, comme dans le premier, nous emmène dans une communauté en vase clos, en ne manquant pas une occasion de décrire les décors grandioses des Hébrides, ces îles perdues au milieu de l’océan. La fin, de surcroît, est inattendue et réserve des surprises jusqu’à la toute dernière ligne.

Retour aux sources

Le troisième tome est un retour aux sources. Suite à ses aventures dans les Hébrides et leurs dramatiques conséquences, le Docteur Hunter s’exile pour quelques mois aux Etats-Unis, dans une ferme des corps. Il y retrouve son mentor, qui l’entraîne dans une traque au tueur en série qui aura des développements aussi inattendus que dramatiques.

On retrouve dans « Les murmures des morts » les gimmicks classiques de Simon Beckett : un tueur inattendu, des personnages principaux qui tombent les uns après les autres, un coupable stupéfiant dévoilé à l’issue d’un final à rebondissements. Mais on ne s’en lasse définitivement pas.

Le tome est également l’occasion de parler de la formation de Hunter, et de la qualité majeure des livres : leur excellente documentation. Chaque ouvrage est l’occasion de glaner, ici ou là, sans l’ir d’y toucher, des informations sur l’anthropologie médico-légale. Loin des cours magistraux de Patricia « moi je m’y connais » Cornwell, les éléments sont ici fluides et parfaitement intégrés à l’intrigue.

En conclusion, un auteur à découvrir : intrigues et chutes finales soignées, histoires connexes présentes sans être envahissantes, documentation impressionnante, une alternative parfaite aux productions bas de gamme et principalement axées sur les histoires d’amours de leurs personnages superficiels que vous proposent Cornwell ou « Bones ».

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.